Recherche avancée       Liste groupes



    


[-] 2018
Gibson, le rock, le rap et les musiques des "dominés"
Par STREETCLEANER
Le 20 Juillet 2018

Chez Long John Silver
Par MARCO STIVELL
Le 25 Mars 2018

Les victoires de la musique 2018
Par BAKER
Le 26 Février 2018

Référendum 2017
Par GEGERS
Le 14 Janvier 2018

Les victoires de la musique 2018
Par BAKER le 26 Février 2018 Consulté 1061 fois

VICTOIRES DE LA MUSIQUE 2018 : PLUS JAMAIS CA


(NdAUTEUR : Je préviens, c'est super-super-long. Mais pas plus long que la vraie cérémonie. De toutes façons, ça, c'est impossible, Einstein l'a prouvé).




RAPPORT AUDIO N° 24B 35C 65C7 de l'an solaire 2018, février 9. Retranscription automatique par authentification vocale.


VOIX-OFF : Journal de bord du capitaine. Position stellaire Alpha 2 07 34 B89 point 2. Notre vaisseau, le navire d'exploration USS Enterprise, a capté dans une galaxie voisine l'extinction soudaine d'une étoile. Ce phénomène rare est peut-être annonciateur de catastrophes multiples à venir, et mon conseiller scientifique le docteur Spock nous a demandé de mettre le cap sur cette galaxie, afin d'observer les éventuelles répercussions.

Nous nous dirigions donc vers l'épicentre de ce phénomène naturel, lorsque notre vaisseau a reçu un signal de détresse provenant de l'astéroïde LV-426. Nous y avons recueilli un humanoïde répondant au nom de Baker, qui y était échoué depuis plusieurs semaines et sujet à de terribles maux de ventre suite à, je cite, "une ingurgitation de drôles d'oeufs pas frais". Dôté d'un charisme impressionnant et de mensurations génitales hors-normes qui ont semé le trouble chez notre médecin de bord, le docteur McCoy, cette créature native de la planète Terre s'est avérée un compagnon de route relativement agréable, malgré un langage riche en métaphores pittoresques. Tout semblait bien aller, lorsque ce matin...

BAKER : Salut les Martiens ! Bon, alors ?! On le prend, cet apéro ? Ou on s'encule ?

SPOCK : On... Capitaine, j'avouerai que la juxtaposition de ces deux paradigmes me laisse perplexe.

KIRK : Laissez tomber Spock, on va picoler. Bones ? Vous sortez les Tuc ?

McCOY : C'est pas de refus. J'ai travaillé sur ce squelette de Vendéen Royaliste toute la nuit, je suis fourbu. Un petit remontant me fera du bien, surtout avant d'arriver aux victoires.

BAKER : Les Victoires ?

SULU : Oui, c'est une galaxie toute proche où nous allons assister à l'extinction d'une étoile. Nous serons les premiers à pouvoir filmer et étudier un tel phénomène, c'est une grande première !

KIRK : Qu'y a-t-il Baker, vous semblez pâle ?

BAKER : C'est que... les victoires, hum.... J'en reviens. A votre place, je n'irai pas. C'est une galaxie tragique. On dit que tous ceux qui s'en approchent subissent des lésions cérébrales et auditives irréversibles.

McCOY : Des fanfaronnades, des billevesées. Nombre de légendes spatiales circulent sur des fantômes qui hanteraient plusieurs de ces planètes, mais on n'en a jamais vu la trace.

BAKER : Kékidit ?

KIRK : Que ce sont des... comment dites-vous ? Des conneries, mon cher. Santé !

BAKER : Ah ben enfin un vocabulaire comprenable ! Tchin mec !

UHARA : Commandant, Commandant, nous approchons de la galaxie Victoires. Vous avez un visuel sur la passerelle.

McCOY : Nom d'un petit bonhomme en bois de pipe ! Regardez cette étoile s'éteindre !

KIRK : C'est magnifique. Je n'ai jamais rien vu d'aussi beau. Scotty ? Savez-vous comment s'appelle cette constellation ?

SCOTTY : Non.

KIRK : Non ? Vous ne savez pas ?

SCOTTY : Non, mon con. Non, enne ho enne, non, niet, nada, keudchi.

KIRK : Et pourquoi osez-vous ignorer une information aussi cruciale dans la réussite de notre mission ?

SCOTTY : Paske moi ch'uis machiniste. Mon kiff c'est les têtes de delco. La cartographie, c'est pour le ruskov.

CHEKOV : Ca pas très protocolaire cher Scotty. Peu de respect pour officier navigateur. Est-ce moi dire vous si outillage sous la jupette ?

KIRK : Bon, au lieu de vous chicaner, Chekov, dites-moi quelle constellation est en train de mourir ?

CHEKOV : Constellation Hallyday. Majeure dans la galaxie Chanson Française où nous nous trouvons. C'est même, comment dire vous... la clef de voûte.

UHARA : Regardez Capitaine, j'ai de multiples taches sur mon traceur de chaleur !

McCOY : Lieutenant Uhara ! Vos problèmes de toilette intime ne concernent en r...

KIRK : Elle a raison Bones, regardez ! On dirait que d'autres étoiles évoluent autour d'elle pendant qu'elle s'éteint !

CHEKOV : Je constate présence étoile Pagny et étoile Slimane.

SPOCK : Slimane ? Pouvez-vous revérifier vos calculs, Chekov ?

CHEKOV : Déjà fait. Elles évoluent toutes à la même vitesse sidérale : Vernerey, Cassar, Yodelice...

KIRK : C'est incroyable... Regardez ça ! Même l'étoile Slimane qui d'habitude éclaire pas plus qu'une LED de torche frontale made in Taïwan réussit à briller. C'est comme si... si toute la galaxie se mettait à sa hauteur.

SPOCK : C'est tout à fait remarquable, capitaine. Brillant, et impressionnant.

KIRK : Regardez ! Elle s'est tout à fait éteinte. C'est absolum... Baker ? Que se passe-t-il, vous avez l'air soucieux ?

BAKER : Après la lumière, viennent les ténèbres.

SULU : C'est vrai que l'intensité a soudainement baissé.... On n'y voit plus clair.

BAKER : Et merde... Je le savais. Vous entendez ce générique ? C'est le début d'une longue série de catastrophes. Nul n'en réchappera vivant.

KIRK : Mais vous avez déjà vécu une telle expérience ?

BAKER : Plusieurs fois. L'horreur... L'horreur !!!

UHARA : Capitaine, regardez sur l'écran radar, quelque chose est en train de se passer.

KIRK : Damned ! Un champ biométrique gravitazéral s'est formé tout autour de la galaxie Victoires !

SPOCK : Capitaine, si mes calculs sont exacts, cela signifie que nous ne pourrons pas nous échapper avant la fin du cycle.

KIRK : Nous sommes piégés à la merci sans rien derrière ! Scotty ! A combien de temps estimez-vous la possibilité de quitter cette force gravitationnelle ?

SCOTTY : Eh bien en temps astral, environ trois heures et demie, mais en temps sidéral, à peu près 72 siècles.

SPOCK : Fichtre. (Bruit de verre cassé)

McCOY : Hein ? Quoi ? Euh j'dormais pas ! Quoi qu'y s'est passé ?

SPOCK : Ne craignez rien docteur. J'ai levé un sourcil et du coup avec la pointe de mon oreille j'ai pété un néon.

KIRK : Chekov ! Uhara ! Sulu ! Crochet ! Quel phénomène spatiotemporel régule ce cycle de verrouillage de la galaxie ?

UHARA : Une monstrueuse entité connue sous le nom de Daphné Burqa.

McCOY : Non, Burki.

UHARA : C'est pareil, elle réduit tout le monde au silence. Notre vaisseau ne pourra pas ouvrir de porte interdimensionnelle avant qu'elle n'aie fini son cycle.

KIRK : Oui je connais, c'est pareil pour ma machine à laver. L'ordinateur de bord ne peut-il pas parlementer avec cette créature ?

UHARA : Non... Elle est sourde, ce qui explique qu'elle régisse cette galaxie. Aucun être biologique dôté d'une capacité auditive ne pourrait survivre plus de dix minutes. Et en plus, elle est parait-il d'une vulgarité plus importante que celle de notre hôte.

BAKER : Oh putain sa mère !

KIRK : Comme vous dites. Siri ? Que nous conseillez-vous de faire afin de minimiser les dégâts sur la coque infligés par les attaques soniques ? Siri ?

SPOCK : Capitaine, lorsque nous nous trouvons dans la galaxie Victoires, je crois qu'il faut l'appeler Sira.

KIRK : Sira ? Comme sira les pompes ?

UHARA : C'est la coutume de cette galaxie, capitaine.

ORDINATEUR : Etude de la situation. Vaisseau bloqué, propulseurs principaux limités. Risque de collision avec divers astéroïdes sonores. Conseil : zigzaguer entre les planètes en attendant la fin du cycle.

KIRK : Scotty, vous avez entendu ? Pensez-vous que le vaisseau tiendra le coup ?

SCOTTY : Je l'ignore, capitaine. Pour le moment tout semble calme, mais mes détecteurs sentent des parasites contre la coque.

BAKER : Oh mon dieu, CA RECOMMENCE ! NOOOOOON !

KIRK : Que se passe-t-il ?

BAKER : C'était déjà comme ça l'année dernière... On va se prendre des Louane dès le départ !

SPOCK : Eh bien... l'observation de cette créature, outre qu'elle soit fort agréable, laisse à penser qu'elle ne doit pas avoir beaucoup d'impact sur la coque. On l'entend à peine.

BAKER : Ouais mais ça c'est que le début !

CHEKOV : Elle volé rideaux Babushka Chekov ! Moche !

SCOTTY : Capitaine ! Sa molesse est en train d'entamer notre coque ! Si nous ne faisons pas quelque chose rapidement, ils vont tout faire fondre avec leurs conneries !

KIRK : Vous avez raison mais où aller ? On dirait que cette galaxie n'est composée que d'atomes gluants et de carambars prémâchés !

BAKER : Ca je vous dirai pas le contraire. J'ai même connu des publicitaires qui avaient des pénis plus vigoureux.

McCOY : Vraiment ?!

BAKER : ...Non, j'déconne. Mais presque.

McCOY, murmurant : ...parce que quand même... ces parties génitales...

UHARA : CAPITAINE CAPITAINE ! Tir de missile !

KIRK : Très bien. Tout le monde à son poste ! Scotty ! Préparez les boucliers !

SCOTTY : Mais capitaine, rien ne fonctionne ici ! Cette galaxie annihile toutes nos facultés défensives !

KIRK : Mais je croyais que sur Arrakis vous aviez troqué votre vieille Fuego 6CV vert pomme contre une arme révolutionnaire à base de musique ?

SCOTTY : Ben justement... On est aux Victoires ici, la musique, les musiciens, les instruments, ça marche pas. Y'a pas écrit Hellfest là !

KIRK : Damned, palsambleu le butor ! Mais nous n'avons pas des défenses naturelles qui nous empêcheraient de nous faire happer dans le vide intersidéral, comme Tex ou Jacques Pradel ?

SPOCK : Nous avons bien un Sting, c'est un modèle robuste, mais je crains que ses capacités soient très limitées. Il y a marqué "à utiliser en cas de diversité, de créativité et de tolérance", j'ai peur que son usage soit caduque.

SCOTTY : Je vais voir ce que je peux faire.

UHARA : Capitaine, j'ai identifié le missile. Il s'agit d'un Eric Morena.

BAKER : Oh bonne mère fatche de cong !

KIRK : Eric Morena ? Mais ce genre d'arme est interdite par la convention de Genève !

SPOCK : Gardez votre calme, capitaine. Je pense pouvoir identifier précisément la menace. Uhara, corrigez-moi si je me trompe, et je ne me trompe jamais puisque je suis Vulcain...

BAKER : Vulcain ? Comme le groupe de hard rock, style musical brillamment représenté aux Victoires de la Musique ?

SPOCK : ...(après dix minutes d'un silence gêné) corrigez-moi mais Eric Morena n'avait pas un chapeau ridicule auquel il mettait des boucles d'oreilles ?

UHARA : Ah non. Il en avait des choses, Morena, mais pas ça. On dirait plutôt un Soprano, modèle extrêmement proche.

(NdTranscripteur : ici le micro extérieur de la coque a pu capter un signal de détresse strident : "jeroule jeroule jeroule jeroule jeroule")

KIRK : ARGHHHHHHHHH ! MAIS C'EST INFAME ! Spock !

SPOCK : Je vous ai dit que j'étais capable d'identifier plus précisément notre ennemi, je n'ai pas dit que ça serait indolore.

SCOTTY : Capitaine, rien qu'avec cette attaque nous avons perdu 1/10ème de nos capacités. Encore quelques salves de cette taille et nous serons pulvérisés !

McCOY : Qu'allez-vous faire, Jim ?

KIRK : Eh bien je vais m'asseoir de traviole comme si j'avais le cul sur une punaise, mettre mon menton sur mon poing et faire semblant de réfléchir, comme d'habitude. Chekov, quel est notre prochaine étape ?

CHEKOV : Victoire Musique du Monde.

EMMA PEEL : Kirk, c'est notre chance ou jamais ! Il suffira de trouver une faille interdimensionnelle au sein de cette planète et nous pourrons repartir !

KIRK : Qu'est-ce que vous foutez là, vous ?

EMMA PEEL : Grâce au Holodeck, les fantasmes de la veille restent actif 5 heures après le réveil. D'ailleurs il y a Karine Le Marchand qui vous attend sur le pont B.

KIRK : Hem... Oui bon ben OK. Scotty ? Cap sur un des continents terrestres !

SPOCK : Continents terrestres, capitaine ?

KIRK : Oui Spock. Cette planète contient tous les continents de la planète Terre recréés à l'identique.

SPOCK : Tous, Capitaine ?

KIRK : En tous cas c'est ce qu'ils prétendent. Scotty ! Rendons-nous au Canada !

SCOTTY : Ca roule ma poule ! (NdTranscripteur : Bruit d'atterrissage).

KIRK : Ah ! Ca va cailler un peu le zboub, mais au moins on aura... Scotty ??? Mais qu'est-ce que vous avez foutu ?

SCOTTY : J'en sais rien capitaine, j'ai demandé un continent dans le monde.

McCOY : Jim, d'après mes capteurs on serait au Mali.

KIRK : Damned ! Vite, retournons à la passerelle. Si notre vaisseau rentre en contact avec François Hollande, nous serons transformé en une pauvre flaque de zirconium !

SCOTTY : Très bien capitaine. Je mets le cap sur l'Inde.

KIRK : Parfait Scotty. Les sons de là-bas ne nous sont pas familiers mais n... mais vous avez picolé Scotty ?

SCOTTY : Euh pas beaucoup plus que d'habitude, pourquoi ?

SPOCK : Capitaine, nous sommes revenus au Mali.

KIRK : Sacrebleu ! Vite, changeons de cap ! J'ai entraperçu un commercial de Total s'avancer vers notre vaisseau.

BAKER : Ah oui là on serait vraiment dans la merde.

SULU : Capitaine ! J'ai repéré un Chedid Junior.

SPOCK : Ces animaux sont redoutables. Leur voix provoque chez l'humain un grincement de dents si strident qu'il peut fendre le cervelet.

KIRK : Peu importe, au moins connaissons-nous sa provenance, la France ! Scotty, téléportation !

SCOTTY : Comme si c'était f... Beuh c'est quoi ce délire ?

McCOY : Jim, on est ENCORE au Mali !

SPOCK : Tout ceci me parait d'une implacable logique. Dans la galaxie Victoire, le centre de gravité est désaxé et "le monde" est en réalité réduit au Mali.

KIRK : Nous n'avons pas le choix. Nous allons devoir braver la tempête d'astéroïdes.

UHARA : Regardez capitaine, une étoile semble briller plus fort !

KIRK : C'est la Lavilliers. Elle est quand même restée superbe. Elle nous guidera vers... (choc) Mais qu'est-ce que c'est ?

SCOTTY : Moteur numéro 2 endommagé, capitaine ! Nous avons heurté un BigFlo & Oli en version symphonique !

BAKER : Seigneur..... C'est comme ça que j'ai perdu mon dernier vaisseau. A cause d'une chanson d'Henri Dès arrangée par Victor Smolski. Mais c'était moins violent que ça.

KIRK : Nous n'allons pas nous laisser faire ! Sulu ! Préparez la manoeuvre de Riker ! Mais faites-la euh... pas comme Riker. Comme ça ça marchera. Envoyez des salves de riffs rock ! AC/DC !

SULU : Envoyé !

KIRK : LED ZEP !

SULU : Envoyé et touché. Rien n'y fait capitaine.

KIRK : ROLLING STONES !

SULU : Toujours rien.

BAKER : WHITE STRIPES !

KIRK : Mais vous êtes ivre, Baker ! Vous racontez que des...

SULU : Capitaine, capitaine, le riff, enfin les notes, enfin le euh... le chose bidule des White Stripes a réchauffé l'atmosphère !

KIRK : Mais que...

BAKER : Je vous avais prévenu, Kirk. Cette galaxie est maudite. Le mal devient le bien, le bien devient le mal. Il vous faut penser à l'envers. Les Victoires de la Musique couronnent les textes. On prône l'éclectisme en réduisant chaque année le nombre de styles joués. On mélange tout pour faire passer toujours les mêmes plusieurs fois.

KIRK : Comment avez-vous survécu la dernière fois ?

BAKER : J'ignore si on peut appeler ça survivre... Mais j'ai pris les coups l'un après l'autre. Il faut savoit esquiver. Tenez par exemple cette météorite là...

CHEKOV : Ca vieux caillou. Là depuis longtemps, va faire trou dans la coque.

UHARA : Oui, en plus elle vient d'un autre système, le système Solaar.

KIRK, souriant : Elle m'scie.

SPOCK : Oh putain, alors cette-là elle est grâtinée aux oignons !!!

KIRK : Certes mais je la prépare depuis 4 épisodes. Comment se fait-il qu'il ne nous ait pas écrasé ?

BAKER : Parce qu'il a surpris avec un rythme rock et quelques arrangements intéressants. Ici, rien n'est prévisible. Enfin, les vraies calamités on les voit de loin. Il faut vérifier la température. Si c'est chaud, la coque tiendra.

SPOCK : Pouvez-vous nous donner un autre exemple ?

BAKER : Dirigez-vous vers la comète Brigitte.

CHEKOV : Ouh là. Ca très tiède.

BAKER : Oui mais.... voilààààà... comme papa dans maman. C'est pas génial mais c'est mignon du coup ça nous a protégé. On dirait Lilicub ou Autour de Lucie.

McCOY : Vous avez connu ces spécimens ?

BAKER : Oui. Mais hélas ils n'ont pas survécu ici. Trop musiciens.

KIRK : D'accord, je pense avoir compris. Donc là si je vais v...

BAKER : PAS CA MALHEUREUX !

SCOTTY : Capitaine ! Notre bulbe rachidien a fondu !

SPOCK : Capitaine, votre manoeuvre m'est apparue profondément illogique !

KIRK : Beuh quoi, elle avait de belles jambes !

BAKER : Aliose ? Ah oui mais justement ! C'est un piège, James Tiberius Kirk, vous n'avez pas compris ? Vous n'avez pas vu Louane ?

KIRK : Ah si si je l'ai vue, même que c'était très bien.

BAKER : Et vous l'avez entendue ?

KIRK : Ah euh ça non. Personne l'a entendue.

McCOY : Jim, si vous continuez à molasser notre vaisseau, nous sommes faits comme des rats !

KIRK : Je ne me laisserai pas faire ! Sulu ! Envoyez une torpille de Sting !

SPOCK : Mais capitaine, nous n'aurons droit qu'à un seul tir !

KIRK : Je tente le tout pour le tout.

SULU : La manoeuvre a échoué capitaine. Le missile Sting a été intercepté dans les vapeurs d'un Shaggy. Faut dire qu'on pouvait pas faire autrement, l'autre prend toute la place.

BAKER : Ah ça, plus c'est médiocre plus ça prend de l'espace. Demandez à mon ex...

UHARA : Capitaine, ils ripostent depuis la planète Victoire Scène !

SPOCK : Vous êtes sûre, Uhara ? On dirait plutôt un Cotorep qui est venu réciter sa liste de courses au Monoprix.

UHARA : Non non lieutenant Spock, c'est la révélation scénique musicale de l'année.

SPOCK : Ah.

CHEKOV : Au secours au secours ! Plein missiles ! Armes chimiques ! Galaxie énervée !

BAKER : Ah ben c'est sûr vaut mieux énerver le spectateur qu'énerver la super ambiance dans la salle que wouahou trop chouettos les copains...

McCOY : Ah les fumiers ! Ils nous envoient des chanteurs bobos !

KIRK : Bones ! Surveillez votre langage !

McCOY : Pardon Jim. Ah les trous du cul ! Ils nous envoient de la merde !

SCOTTY : Capitaine, je viens d'esquiver une guimauve de 7 hectares d'Albin de la Simone, et un truc appelé Fishbach complètement déglingué qui a failli nous bousiller le moteur. On dirait une mauvaise parodie d'une mauvaise parodie de The Cure. Quand eux-mêmes se parodient.

BAKER : Oui mais elle a un univers.

KIRK : Oh vous, ça suffit avec vos sornettes !

BAKER : Non, vous pouvez dire connerie, là c'en est clairement une. Baveuse, même.

KIRK : Scotty, il nous faut trouver une cachette pour reprendre des forces. Regardez la constellation Catherine Ringer, droit devant.

SCOTTY : C'est risqué.

KIRK : Oui mais généralement ça passe. Elle nous aidera à atteindre l'oasis que je vois droit devant.

SCOTTY : Capitaine la manoeuvre a réussi, la Ringer n'est pas à ranger, ah ah ah !

SPOCK : Capitaine, nous sommes sur la planète Victoire Rock. N'est-ce pas se jeter dans la gueule du loup ?

CHEKOV : Oui ! J'ai entendu dire, planète peuplée de BB Brunes.

KIRK : Et alors ? C'est la supra-médiocrité hallucinante de ce groupe inepte qui vous fait peur ?

SPOCK : Oui.

CHEKOV : Oui.

McCOY : Oui.

KIRK : ....Bon OK, j'admets, c'est risqué. Mais j'ai cru voir un pont là-bas et si nous l'atteignons...

BAKER : Faites attention, Kirk. Vous avez du courage, c'est bien. Mais je vous préviens. Là-dessous, c'est infesté de Gaëtan Roussel.

KIRK : Nom de Zeus.

BAKER : Eh ouais c'est pas l'pied. Gaëtan Roussel solo, Gaëtan Roussel en groupe, Gaëtan Roussel en duo, Gaëtan Roussel partout. On dit merci qui ?

SPOCK : Merci Jacquie et Michel !

KIRK : Peu importe. Restez derrière moi et suivez-moi quoi qu'il arrive. GO !!!

(NdTranscripteur : La bande laisse entendre des bruits de pas, des tirs de laser et quelques cris de guerre scandés par l'équipe de l'USS Enterprise, dont celui-ci : "THIEFAINE ! OLDFIELD ! JARRE ! MITCHELL ! GENESIS ! ZAZ ! MAIS TA GUEULE CHEKOV T'ES ENCORE RINCE A LA VODKA ORANGE !")
KIRK, haletant : Voilà... Je m'en doutais. Regardez là : Shaka Ponk, un pont. Un pont entre l'électro, le rock, la disco pop et le metal mélodique. Ca va nous permettre de traverser et passer à la planète suivante.

SPOCK : Votre logique est stupéfiante, capitaine. Comment saviez-vous qu'ils seraient là ?

KIRK : C'est Baker qui me l'a fait remarquer. Il m'a dit que ce pont était tout le temps là.

BAKER : Tout le temps. Comme une horloge suisse.

SPOCK : Mais vous disiez qu'il n'y avait pas de catégorie metal, et pourtant ce que nous entendons ici est...

BAKER : Novlangue, Spock. Souvenez-vous. Rien n'est vrai.

KIRK : Kirk à Enterprise. Scotty ? Combien de temps s'est déroulé depuis le début des hostilités ?

SCOTTY, par radio : Environ deux siècles trois quart, général.

BAKER : Putain comment ça passe pas vite... Eh, on a eu du bol de les trouver ! Il parait que comme ce sont des rockeurs ils passent leur temps à saccager les chambres d'hôtel. C'est Daphné qui l'a dit.

KIRK : Vraiment ? Eh bien moi un jour, j'ai vu un rappeur qui n'était pas trafiquant de drogue.

BAKER : Ah ah ! Bien vu Kirk. Mais bon c'était vrai hein... Kirk ? KIRK ? REVENEZ !

SPOCK : On dirait qu'il a vu quelque chose. Il faut absolument qu'il trouve un moyen de revenir au vaisseau.

McCOY : On pourrait simplement faire demi-tour non ? Maintenant qu'on sait qu'il n'y a pas de Roussel dans les parages...

BAKER : Oui, d'ailleurs c'est très bizarre. Je n'ai pas vu de Vianney non plus. Ca ne me dit rien qui vaille.

McCOY : Alors venez... KIRK ? K... Bon, il nous retrouvera bien. On est à un kilomètre, on y sera vite.

BAKER : J'ai l'impression d'avoir entendu du bruit.

SPOCK : Ca ne m'étonne pas. Ce serait de la musique j'aurais été étonné, mais...

BAKER : ATTENTION !

McCOY : AAAAAAAHHHHHHHH !!!

BAKER : On va tous crever, bordel ! Oh bordel ! J'veux pas crever comme ça ! Nan !

McCOY : Prenez ma main... attrapez cette fiole...

SPOCK : Je passe derrière...

BAKER : Mamaaaaaaaaaaaaaaaan....

(NdTranscripteur : Les minutes suivantes sont inaudibles mais l'on peut entendre des bruits de lutte et de cris de souffrance).

BAKER : Merci Spock. Sans vous nous y passions.

SPOCK : C'est naturel. Nous autres Vulcains sommes nativement insensibles.

McCOY : Mais quand même, ça m'étonnera toujours. Une attaque de Kyo, logiquement c'est mortel pour tout être vivant.

SPOCK : Certes, mais nous avons des prédispositions.

BAKER : Surtout que c'était un sauvage. Quand il a voulu finir façon Cradle of Filth, bon, ça sonnait comme Dorothée OK mais quand même, ça m'a foutu les jetons. J'ai cru ma dernière année arrivée.

McCOY : On dit dernière heure.

BAKER : Ah non quand on écoute du Kyo les mesures temporelles changent. Merci docteur en tous cas pour m'avoir soigné et bandé partout.

McCOY, murmure : Tout de même, ces parties génitales...

SPOCK : Et qu'avez-vous utilisé contre Kyo, docteur ?

McCOY : Contre une morsure de Kyo ? Pour éviter que ça s'infecte, il n'y a qu'un seul remède : de l'eau précieuse.

BAKER : Allons rejoindre Kirk. Il aura peut-être trouvé un moyen de nous téléporter.

McCOY : Regardez, il est juste là... Jim ? JIM ?

SPOCK : Il est comme paralysé.

BAKER : Mais qui regarde-t-il ainsi ?

McCOY : JIM ! Bon sang, réveillez-vous !

KIRK, doucement : Véroniiiiiiiiiiiiiiique...

BAKER : Ouate ?

SPOCK : Mon datacorder m'indique que ce spécimen s'appelle Juliette Armanet. Soit notre capitaine a des visions, soit il est hypnotisé.

KIRK : Véroniiiiiiiiiiiiiiique...

McCOY : Ah non mais ça chante ça en plus !

KIRK : Ouiiiiiiiiiiiiiiii... Elle chante bien Véroniiiiiiiiique...

BAKER : Docteur, giflez-le.

McCOY : C'est pas l'envie qui m'en manque parfois, mais pourquoi ?

BAKER : Faites-moi confiance, GIFLEZ-LE !!!!

KIRK : AAAAAAAAAAAAAIE ! Mais ça va pas, Bones ? Vous êtes saoûl ?

McCOY : Et vous, vous avez toute votre tête ? Vous étiez en train de vous pâmer devant cette créature.

KIRK : Attendez... Pendant que vous étiez partis, j'ai entendu une voix me dire... Véronique Sanson. Véronique Sanson. Plusieurs fois. Alors comme elle a été là deux années de suite, je me suis dit que...

BAKER : Il faut partir de cette planète au plus vite. Vous avez été victime d'une hypnose collective.

McCOY : Oui parce que franchement, déjà côté chanson c'est pas si terrible, et puis...

BAKER : Et puis on comprend pas un broque de ce qu'elle couine. C'est Véronique Sanson sans son. Il est temps de revenir au vaisseau avant d'être tous lobotomisés.

SPOCK : Mais la planète grouille de bobos electros, comment allons-nous survivre ?

BAKER : Faites-moi confiance. On va faire le tour et passer directement par le village de la Victoire Electro.

McCOY : C'est encore pire que se mettre la bite dans un trou de taupe, ça.

SPOCK : Il s'agit d'une pratique médicale courante chez les humains, docteur ?

McCOY : On appelle ça la résonance cognitive, et je vous emmerde, mon petit pote.

BAKER : Allons-y. Electro Français, je suis sûr qu'on va trouver des alliés. Carpenter Brut, Boucle Infinie...

SPOCK : Vous déconnez ?

BAKER : Oui ! ...Mais c'est la solution la moins pire.

SPOCK : Effectivement. Les sons créés par ce... Dominique Dalcan sont plutôt agréables. C'est aussi électro que Culture Club mais ça passe. Tout ceci est profondément illogique.

BAKER : Mais pas du tout Spock, je vous répète : l'illogique est logique. Comme chaque année, l'artiste électro de l'année fait tout sauf de l'électro, et c'est pour ça que c'est moins nul que le reste.

McCOY : COUCHEZ-VOUS ! UNE ATTAQUE DE CHARLOTTE GAINSBOURG !

BAKER : NON ! Non.... baissez votre arme Docteur. Elle est avec nous. Hein ? On ne te veut pas de mal... On va s'en aller, regarde, tu ne risques rien. Tu peux continuer à jouer, ne chante pas.

SPOCK : Ce qu'elle fait au clavier et avec son groupe est agréable aussi. Et sa voix mue pour former un troublant syllogisme avec celle de sa génitrice.

BAKER : Kékiraconte le pointu ?

McCOY : Il dit qu'elle hamstérise comme Birkin.

BAKER : Ah oui ! Oui c'est vrai. Regardez... Elle est toute calme... On peut s'en aller maintenant.

SPOCK : Ne serait-il pas plus sage de rester ici et attenre notre vaisseau ? La Victoire Electro me semble moins hostile que le reste de cet univers.

BAKER : Ne vous y fiez pas.

McCOY : Regardez là-bas, c'est quoi ce truc ?

SPOCK : Mon datacorder m'indique un "Finger de Cadbury". Non, un "Petit beurre Nantais". Non, un... Baker ?

BAKER : Courez.

McCOY : Quoi ?

BAKER : COUREZ !

SPOCK : Attendez, il va jouer de la...

McCOY : AH MON DIEU UN MULTI-INSTRUMENTISTE COMME MIKE OLDFIELD OU RENE LA TAUPE MAIS PLUS RENE LA TAUPE !!!

BAKER : SCOTTY ! TELEPORTATION ! TELEPORTATION !

(NdTranscripteur : Il semble que l'équipage ait été rassemblé dans le vaisseau.)

KIRK : Vous allez mieux, docteur ?

McCOY : Jim... Je n'oublierai jamais... Cette molesse, ces mélodies ratées, ce semi-playback à la Jain, cette prétention pédante et inutile à la fois... C'était....

BAKER, sobrement : C'était un artiste électro français. N'oubliez jamais qu'ils ne sont pas tous inoffensifs. Comme les serpents, certains peuvent vous mordre. Ou vous étrangler. Ou vous casser les couilles, mais ça c'est pas les serpents.

KIRK : Cela signifie que nous ne pouvons pas nous abriter sur cette planète. Il va falloir nous adapter et... Baker ? Pourquoi pleurez-vous ?

BAKER : Je viens de voir la liste des décès de la galaxie.... Désolé, j'ai un petit coup au moral.

KIRK : Ah, oui, Yves Sanna... Super batteur, on n'en a pas parlé, il était vraiment bon...

BAKER : Non, Bruno Lorenzoni ! C'est affreux, j'avais tellement adoré sa reprise de Bâtisseur de Cathédrales en première partie de Jean-Marc Thibault...

SCOTTY : Capitaine, je pense que vous feriez mieux de venir voir...

KIRK : "Eddy De Pretto" ? Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?

McCOY : On dirait Ron Weasley qui raconte sa partouze ratée avec Hermione et Croûtard après sept bouteilles de Suze Cassis.

SCOTTY : Capitaine, il est en train de verrouiller toutes nos terminaisons nerveuses !

SPOCK : La violence de l'impact est inédit. On dirait que les armes qu'ils fabriquent sont de plus en plus sophistiquées.

KIRK : Nous devons absolument atterrir sur une planète pour réparer les dégâts. Scotty ! Cap sur la chanson de l'année. C'est censé être l'endroit le plus sûr non ?

SPOCK : Exact. Il y a 5 ans, Jeanne de Laurent Vouzy y abritait toute la flotte USS.

BAKER : Et il y a un an, Sapés Comme Jamais de Maître Gim's abritait le cul à ta soeur. Ca débordait un peu mais y'avait pas de marque de bronzage.

SCOTTY : Capitaine, planète en vue. J'ai eu du mal à la trouver, on dirait qu'elle n'est plus au centre de la galaxie.

SPOCK : Ce désintérêt pour cette planète cache un danger bien plus redoutable, je le crains capitaine.

KIRK : Nous allons... mais... euh... Scotty êtes-vous sûr de la destination ? Nous sommes revenus au point de départ de notre périple !

SCOTTY : Destination vérifiée. La chanson de l'année est "Dommage" de Bigflo et Oli.

BAKER : Jamais une chanson n'a aussi bien porté son nom. A part "Grosse Merde" mais je sais plus si elle est sur le EP symphonique ou en face B de leur première démo.

SPOCK : Capitaine, mon datacorder indique que Stromae est derrière ce plan machiavélique.

KIRK : Damned, nous sommes piégés... Même mort il est toujours là lui. Et le vortex là-bas qui brille, ne peut-on pas y accéder ?

SCOTTY : Le Daho ? Impossible, l'accès est triplement gardé par le Ed Sheeran du Poitou, la Sheller de Lidl et le meilleur groupe de rock du monde dans la catégorie qui s'appelle BB Brunes.

SPOCK : Capitaine, il serait possible de faire la chasse au Daho. Comme ses interprètes ont un talent très largement plus court que le sien, il suffirait de les appeler et ils se péteraient la g...

KIRK : ...non, c'est prendre trop de risques. BB Brunes c'est comme Beetlejuice, tu prononces le nom trois fois et ils apparaissent. Même dans tes chiottes, et surtout là d'ailleurs.

BAKER : Regardez, une autre étoile qui s'est éteinte ! Nous pourrions utiliser la force centrifuge pour nous expulser de cette galaxie !

KIRK : Non, c'est 15-32. Elle est gardée par Louane, si nous l'approchons elle videra le peu de carburant dont nous disposons.

SPOCK : Qui, capitaine ?

KIRK : 15-32.

McCOY : Jim, je vous l'ai déjà dit cent fois, France Gall c'est une chanteuse, c'est pas un match de rugby.

KIRK : Ah merde. Oui. Baker, avez-vous une idée ?

BAKER : Ouais. Ne plus jamais jamais mais alors jamais faire confiance au service public pour distiller ne serait-ce qu'un atome de culture.

KIRK : Alors mes amis, je crains que notre fin ne soit proche. Nous sommes condamnés à périr ici sous les assauts répétés des artistes médiocres.

BAKER : NON ! Scotty ! Vous reste-t-il assez de propulsion pour vous rendre sur cette planète là-bas ?

SCOTTY : A peine mais ce sera notre dernière chance. Vous avez un plan ?

SPOCK : Mais enfin il s'agit de la Victoire du meilleur concert... C'est l'un des endroits les plus chi... enfin, les plus détestables de la galaxie ! Baker, votre illogisme va nous mener à notre perte !

BAKER : C'est notre dernière chance. Scotty, plein gaz.

McCOY : Non, n'allez surtout pas utiliser une telle expression avec ce bouc ! Scotty, droit devant.

BAKER : Encore quelques secondes... elle doit être là... elle est forcément là...

KIRK : Mais qui donc ?

SPOCK : Capitaine... Mais... Regardez...

SULU : Oh mon Dieu, c'est elle !

KIRK : ELLE

SPOCK : Vous êtes un génie, Baker... ELLE !

BAKER : .......Camille.

SULU : Dois-je la tirer ?

McCOY : Non mais vous avez vu l'engin ?

SULU : Non, je veux dire : dois-je tirer sur elle ?

BAKER : ...Camille... Ainsi nous revoici face à face. Je savais que tu serais là. Tu es toujours là. Tu n'existes que par les victoires. Tu as toujours un prétexte pour casser un carreau et t'inviter. On inventerait la Victoire de la meilleure taxidermiste unijambiste gauchère diabétique que tu serais encore foutue de postuler...

SULU : Je la tiens en joue...

SCOTTY : Sulu ! Nous n'avons pas assez de puissance pour tirer !

BAKER : Ce ne sera pas nécessaire.

KIRK : Mon dieu, elle se met à chanter ! AAAAAAAAAARGH !

SPOCK : Capitaine ! C'est encore pire que Christine and The Queens !

McCOY : Capitaine, entre ça et Fishbach, je crains que le stock d'anxiolitiques de notre vaisseau ne suffise pas à ralentir les décès en cascade !

SCOTTY : Ni le stock de laxatifs d'ailleurs !

CHEKOV : Capitaine ! Le vaisseau ! Il bouge !

KIRK : Mais par quel prodige ?

BAKER : La puissance de la médiocrité de Camille a déjà déplacé des galaxies entières. Il suffit de ne pas s'exposer trop longtemps.

McCOY : Et quel est le seuil humainement supportable ?

BAKER : Une demi-seconde environ.

SCOTTY : Capitaine ! Les réacteurs sont à 200% ! Nous allons nous écraser !

BAKER : Mais non Scotty. Le cycle est pratiquement terminé.

KIRK : Comment pouvez-vous en être si sûr ?

BAKER : Chaque année, l'apparition de Camille est le signe que le cycle touche à sa fin.

SCOTTY : REGARDEZ ! Il a raison, un vortex vient de s'ouvrir ! Nous allons pouvoir rentrer chez nous sains et saufs !

KIRK : Il me semble pourtant que nous avons oublié quelque chose.

SCOTTY : Ouais ! Le rap !

KIRK : Oui voilà, le rap.

McCOY : C'est vrai qu'on n'en parle pas assez, du rap.

UHARA : Oui, il est souvent boudé par les victoires, le rap.

CHEKOV : Voire ignoré, le rap.

BAKER : Exact, il est ignoré le rap. Ca fait vingt ans qu'il est ignoré aux victoires de la musique, le rap. Moi perso, j'aimerais bien être ignoré comme ça par Shione Cooper pendant vingt ans, m'enfin...

KIRK : Et qu'est-ce qu'on va faire ? Regardez, le vortex commence à se réduire !

SCOTTY : On ne passera jamais !

McCOY : Oh mon dieu ! C'est Orelsan ! Le nouveau mecharappeur destiné à éradiquer le monde de la musique à tout jamais !

BAKER : Mais il y a quelques années, il n'avait pas été plutôt correct ?

McCOY : Si mais là, c'est Orelsan-San ! Une version modifiée, améliorée, invincible. C'est le Terminator de la médiocrité ! Grâce aux nouvelles nanotechnologies, ils ont réussi à produire un chanteur auteur compositeur qui ne possède par un angstrum de musique en lui.

BAKER : AH NON MON DIEU IL VA OUVRIR LA BOUCHE !

SCOTTY : AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

(NdTranscripteur : La bande laisse entendre une énorme explosion nucléaire).


VOIX-OFF : Journal de bord du capitaine. Position stellaire Beta 7 07 04 07B69 point 0. Malgré ses nombreuses avaries, notre vaisseau USS Entreprise a pu regagner Starfleet. L'équipage est à jamais marqué par cette expérience traumatisante, mais nous nous en sommes sortis à force de ténacité et de courage. L'explosion a semble-t-il totalement annihilé la galaxie Victoires. Cependant, je ne peux m'empêcher de penser que d'autres formes de terreur, d'autres dangers et d'autres chanteurs sans voix à Fender Rhodes midifié restent encore à découvrir dans les multiples galaxies qui nous entourent.

(Shhhhhhhhhhht)

KIRK : Ah, Baker. Ainsi voilà le temps du départ ?

BAKER : Wesh j'me casse, j'vais fourrer de la paille fraîche sur Venus.

KIRK : Je ne saurai comment vous remercier. Sans vous, nous serions restés prisonniers de cette galaxie.

McCOY : Ah Baker ! Ca va mieux ces bandages ?

BAKER : Très bien doc, merci.

McCOY : Et pas de séquelles ?

BAKER : Je rêve encore de temps en temps que jroule jroule jroule jroule, mais ça va. Les 17 sédatifs que vous m'avez prescrits quotidiennement m'aident pas mal.

McCOY : Bon, je dois filer, j'ai un membre du Parti Socialiste à disséquer. Oui, il parait qu'ils en ont retrouvé un. Je veux absolument voir ça. Bonne chance Baker. (voix indistincte) Tout de même, ces parties génitales...

BAKER : Vous m'avez l'air pensif, mon ami.

KIRK : Je me demandais si vous étiez le seul survivant de votre expédition. Aviez-vous des compagnons lors de votre première rencontre avec les Victoires ?

BAKER : Ils sont tous.... pardon. Je suis le dernier. Et je dois oublier désormais.

KIRK : Non ! Non bien au contraire. Vous devez vivre avec ces souvenirs, pour que personne n'oublie jamais que de telles atrocités ont existé. Car si vous ne perpétuez pas le souvenir, qui sait, ces "victoires de la musique" pourraient revenir un jour.

BAKER, pensif : Elles reviendront, Kirk. Elles reviendront.

KIRK : Pourquoi en êtes-vous si sûr ?

BAKER : A-t-on retrouvé le cadavre de Camille ?

KIRK : Non, pas que je sache.

BAKER : La capitale de la France est-elle toujours le Mali ?

KIRK : D'après BFMTV, oui.

BAKER : ...Et les instances culturelles du pays sont-elles prêtes à se bouger le cul pour arrêter les grands discours de tolérance et de diversité vides de sens et laisser la place à des musiciens et pas des égos sur pattes ?

KIRK : Je ne pense pas.

BAKER, lui tenant l'épaule avant de s'en aller : Alors que Peter Gabriel vous garde, mon ami. Que Peter Gabriel vous garde.

VOIX-OFF : Les derniers mots de Baker résonnent encore dans ma tête alors que je me prépare au débriefing de cette périlleuse mission au centre de commande de Starfleet. Sommes-nous réellement seuls dans l'univers ? Avons-nous affronté toutes nos peurs ? Vianney et Gauvain Sers seront-ils un jour capables de procréer ensemble et ainsi annihiler la planète ? La menace est bel et bien éteinte pour cette année, mais... qui sait ce que l'avenir nous réserve ?


(Tin tiiiiiiiiiiiiiiiin la la la la laaaaaaaaaaaaaaaaaa enfin Star Trek quoi)



Le 13/03/2018 par BAAZBAAZ

Hé bien moi j'avais passé une bonne soirée devant ma télé ce soir-là. Que des bonnes chansons.

On devrait appeler cela "Les victoires de la vraie musique".


Le 26/02/2018 par HEART OF STEELE

Merci pour ce long délire post-constructif. Cela fait déjà bien longtemps que la santé psychique de votre serviteur a été purement atomisée dans la galaxie du Vide Nonchalant du Mauvais Gout (un nom un peu long pour citer la galaxie de la Merde Musicale). Bref, c'est fendard. Surtout quand on est fan de STAR TRIQUE comme moi...



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod