Recherche avancée       Liste groupes



    

Pascal Pacaly, son chapeau, sa plume et le rock !!
Par LONG JOHN SILVER le 11 Mai 2019 Consulté 1549 fois

Bien établi à Saint-Etienne (Sainté pour les intimes), Pascal Pacaly y est devenu écrivain et y a même depuis – avec quelques complices - fondé sa propre maison d’édition : les Éditions du Joyeux Pendu. Alors pourquoi interviewer Pascal ? Parce que s’il est issu du chaudron du foot, son domaine de prédilection c’est le rock, le rock bien de chez nous La France ! Depuis il a rencontré des tas de zicos parmi les plus renommés mais aussi parmi les plus obscurs et sa passion c’est justement de faire partager la leur de passion : la musique Rock ! Et tout ce qui va avec, la vie sur la route, les anecdotes, foireuses et/ou glorieuses, toujours dans un style littéraire, car Pascal est avant tout écrivain, plutôt que journaliste. Quelque part sur les traces de Lester Bangs, mais aujourd’hui et en France. Si d’aventure vous croisez un type affable, portant chapeau, en train de présenter des bouquins dans une salle de concert, y’a des chances que vous tombiez sur lui. Alors laissez vous tenter et allez taper la causette, un bon moment en perspective.


Long John Silver : Pour commencer j'aimerais que tu nous proposes une courte présentation de tes activités.


Pascal Pacaly : Et bien je suis écrivain, depuis l'adolescence, mais, on va dire un peu plus sérieusement, depuis une petite dizaine d'années.... J'ai beaucoup plus écrit sur le rock français, mais la poésie, et le foot (et oui à Sainté on n'y échappe pas !) font aussi parties de mon univers littéraire.


LJS : Tu es également éditeur, peux tu nous en parler ?


PP /Alors nous sommes plusieurs aux Editions du Joyeux Pendu. Là encore nous sommes plus branchés rock qu'autre chose... Nous avons eu par exemple la chance et l'honneur de publier l'autobiographie de Spi, ancien chanteur d'OTH et actuel des Naufragés. Pour nous l'art est un message, une vision de la vie, d'une époque. Tout savoir, toute culture permet de mieux appréhender notre société...

LJS : Peux tu définir ton rôle dans cette structure ainsi que celui de ceux qui t’accompagnent.

PP : Et bien, en plus des livres, je gère une partie de la com et des visuels des livres, d'autres le font aussi, une autre personne également est là pour la partie administrative.
Nous sommes complémentaires au final! Et cela fait notre force !

LJS : Revenons à l'écrivain, pourquoi avoir choisi le rock français comme matière ? Es tu toi-même musicien ?

PP : Non, je manque cruellement de temps. J ai commencé écrire suite à une adolescence, comme des tas d autres, bof... puis je me suis tourné vers la nouvelle après avoir découvert des auteurs comme Bukowski, Salinger ou Mc Cullers...le rock, est venu après avoir écrit une nouvelle semi-fictionnelle décrivant des ados montant un groupe de rock dans le but de séduire les filles. Plonger dans les souvenirs des groupes est venu ainsi.

LJS : Il est vrai que ton style d'écriture est très littéraire, cependant, on constate en te lisant que tu n'inventes rien puisque tu vas toi même à la rencontre des musiciens, ce doit pas être évident, comment te présentes tu pour obtenir des entretiens ?

PP : Et bien, avec Internet on a un outil sympathique pour ce genre de choses ! Donc je les contacte par ce biais... parfois ça peut arriver aussi qu’on se trouve lors de concert... et franchement peu, très très peu, refusent ce qui est vraiment cool !

LJS : Ton actualité brûlante, c'est la publication de "La France est (vraiment) rock !!", qui fait suite à "La France est rock" (publié en 2018), peux tu nous en donner l'idée directrice ?


PP : L'idée directrice, c'est de montrer qu'en France aussi on sait faire du bon rock ! Parce que, ce qui "domine" en France c’est hélas la variété... mass média system... or il existe une foule de bons groupes dont on n'entend pas toujours parler.... en outre, ces deux volumes montrent qu'être et vivre d'un groupe de rock n'est pas chose aisée. Il y a beaucoup de difficultés... la fatigue, les ego, l'argent, les conditions d'accueil, etc. C'est ainsi un bon résumé, loin donc d'être exhaustif, de ce qui se fait chez nous

LJS : Ton bouquin traite aussi bien de pointures, dans le sens où elles sont médiatisées et/ou existent depuis pas mal d’années (Les Wampas, Shaka Ponk) que de groupes cultes (OTH, Ludwig Von 88), de revenants (Elmer Food Beat, Matmatah), que d’artistes bien moins exposés comme Lady Fuel, c’était important pour toi de mettre en lumière tout ce panel finalement très hétéroclite ?

PP : Bien sûr, chaque histoire est importante, car chaque humain est évidemment différent... Tous ces groupes ont vécu des choses à la fois semblables et différentes. Ce n'est pas le niveau de notoriété qui compte, mais bien le vécu du groupe, sa vision, son approche de la musique, de la société.

LJS : Y-a-t-il des artistes que tu aurais aimé traiter, dont tu aurais souhaité avoir le témoignage ? Si oui, lesquels ?

PP : Oui et non.... on peut quand même citer Daniel Darc (chanteur de taxi girl puis en solo décédé en 2013) et Serge Tessot-Gay (ex guitariste de Noir Désir), tant par ce qu'ils ont apporté au rock et leur personnalités.

LJS : Revenons à ton boulot aux Éditions du Joyeux Pendu, lorsque tu bosses sur l'autobiographie de Spi, en quoi consiste ton rôle, tu publies le texte tel que ou tu interviens sur l'agencement et l'organisation du récit, sa structure ?

PP : Aux éditions nous sommes partant pour laisser les textes tels quels... c'est un peu comme la poésie : un texte va plaire à certains, et pas à d’autres.... les jugements, faut faire attention... La vision de l'artiste, il faut respecter cela. Bien sûr, il ne faut pas non plus que ça parte dans tous les sens, hein ! Un minimum de cohérence... Par contre il y a des personnes qui relisent par rapport aux corrections orthographiques, cela va de soit.

LJS : Comment êtes vous entrés en contact avec Spi, tu lui as proposé de le publier, avait-il déjà un projet d'autobio ?

PP : Non, c 'est venu de Valou, la manageuse des Naufragés qui m'a dit que Spi avait un manuscrit et qu'il cherchait à l'éditer. Nous nous sommes ensuite rencontrés avec Spi, et c'était parti !

LJS : "La France est (vraiment) Rock !!" vient de paraître, y-at-il d'autres ouvrages sur le feu aux Editions ?

PP : Voui, mais par prudence, tant que rien n'est sorti je ne préfère rien dire, mais ce sera un mélange de rock et d illustrations artistiques...

LJS : Quel est le rythme des publications, comment parvenez vous à les faire découvrir au public
?

PP : Il n y a pas de rythme à proprement parler : c'est plutôt dès que nous avons un coup de coeur...
Pour ce qui est du public, et bien il y a les réseaux sociaux mais rien ne vaut le réel : les festivals, les concerts les fêtes du livre... nous essayons d être partout !

LJS : Pour conclure, peux tu nous laisser un moyen permettant de découvrir les Editions, comment se procurer les bouquins, sinon que faut-il vous souhaiter pour 2019 et les suivantes ?

PP : Par le biais d’internet, c’est assez simple de nous trouver*.
Sinon que souhaiter ? De continuer ainsi, même si ce n'est pas toujours évident, c'est une question de foi, de vision de la vie, d'ambition, de chance, et de talent ! La vie est courte et pour nous, les rêves sont faits pour être réalisés ! On y travaille dur !

* http://leseditionsdujoyeuxpendu.com/ouvrages/




             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod