Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
14 commentaires notés  
[?]



Muse
Black Holes And Revelations
Page  1 | 2 | 3 |

le 16 Mai 2020 par CLANSMAN57


Je me suis laissé tenter par cet album, alors que j'étais resté sur une impression mitigée avec "Showbiz"...
Et définitivement, ce groupe n'est pas pour moi.
J'ai l'impression d'entendre du sous-Radiohead, avec un clone de Yorke qui ne me touche absolument pas, alors qu'avec l'original, c'est autre chose.

Tant pis, j'aurais au moins essayé.

le 11 Avril 2014 par KINGKILLING


"Absolution" se terminait sur ces vers :

You're working so hard - And you're never in charge - Your death creates success - Rebuild and suppress

Dans "Take A Bow", ouvrant le quatrième album des anglais, on trouve ces paroles :

Hold - You'll behold - And beholden for all that you've done

Le trio parle t-il de lui même à travers ces mots ?

"Black Holes And Revelation" est souvent considéré comme le début de la fin pour Muse, figure de proue du Rock électrique et classieux au début des années 2000 avec l'épatant "Origin Of Symmetry" puis le plus travaillé (et médiocre) "Absolution" qui proposait des titres bien plus calmes et réfléchis, l'ardeur du précédent opus se muant en une chose hétérogène et peu reluisants dans son ensemble. "Black Holes And Revelation" continue dans cette voie, tout en ajoutant une touche de fraîcheur et de folie qui manquait cruellement à son grand frère.

Si Muse renoue à quelques occasions avec son passé brutal comme sur la chanson "Assassin" au riff simple mais très efficace où Dominic Howard propose un jeu hypnotique et costaud, il se porte bien plus sur les expérimentations en tout genre. Attention, nous restons toujours dans le cercle du Rock mais on retrouve tout au long de l'album des petites nouveautés qui forment, à la fin, un mélange savant et fort agréable.
Pour moi, trois chansons se démarquent du reste de l'album.

La première est "Supermassive Black Hole" où Muse (au grand dam des amateurs die-hard) effectue un large virage dans une Pop légère et aérienne, plutôt sensuelle et qui n'est pas sans rappelé les travaux de Prince dans les années 80. La chanson est tout simplement envoûtante et rapidement addictive, grâce en particulier à la voix suraiguë d'un Matthew Bellamy convaincant et un air syncopé assez amusant.

Si "Supermassive Black Hole" faisait bouger le corps, "Invincible" est un morceau idéal pour se recueillir. Se basant sur une montée en puissante lente et ensorcelante, elle débouche sur un solo d'un beauté quasiment sublime, tout en tapping (une constante dans le jeu de Bellamy : "New Born", "Hysteria" en sont les meilleurs exemples). Le solo, bien que dénue de difficulté est une petite pépite, gardant toujours un effet de puissance crescendo. Il faut l'écouter pour le croire.

La dernière est celle qui revient le plus souvent quand on parle de l'album : l'épique, la majestueuse, la "westernienne", que dis-je, le chef d'oeuvre qu'est "Knights Of Cydonia". S'étalant sur six minutes, la chanson est déstructuré entre parties grandiloquentes, riffs de fou-furieux ou beauté spontanée. Difficile de décrire cette composition d'une perfection rarement inégalée. Si il n'en fallait qu'en garder une, prenez celle-là.

Ces trois chansons citées, l'album sonne bien faible, non ? Que nenni. Le problème, avec le reste, c'est que la moitié sont médiocres voir anecdotiques. Je pense en particulier à l’enchaînement "Exo-Politics/City Of Delusion/Hoodoo", des compositions, qui sans être réellement mauvaises, peine à convaincre. Le côté poussif de "Exo-Politics" (oh ce vilain refrain), l'excursion ratée dans l'hispanisme de "City Of Delusion" (les orchestrations laissent présager la direction future prise sur "The Resistance"), l'aspect jazzy du pauvre de "Hoodoo" (Muse retombe dans les travers de "Absolution" ici)... des choses qui bloquent l'écoute et qui laissent un goût peu agréable dans la bouche. Citons aussi l'horrible et terriblement pénible "Soldier's Poem", moment poétique d'une mièvrerie insupportable.

Du côté des bonnes chansons, on retrouve donc "Assassin", citée plus haut et qui reste sans conteste la chanson la plus énergique de l'album (avec "Knights Of Cydonia", bien que celle-là se trouve être dans une autre galaxie). "Take A Bow" essaye de refaire le coup de "Apocalypse Please". Tout en restant fort acceptable et hypotonique à souhait avec sa grandiloquence assumée, elle souffre de la comparaison avec son aînée, les deux étant tout de même fort similaire au niveau de l'ambiance. L'agréable surprise se trouve être "Map Of The Problematique", délivrant une ligne de piano magique, rappelant je ne sais pourquoi le "New Years Day" de U2. Pourtant, la composition revêt une certaine beauté, une réussite même !
Finissons par "Starlight", single de bonne facture au début mais qui devient lassante à force du matraquage radiophonique.

Que dire pour conclure ? "Black Holes And Revelation" est assurément meilleur que "Absolution", dont il est la suite logique. Même si il reste inégal, il propose d'excellentes choses qui finissent d'assouvir la puissance de Muse sur la musique des années 2000. La suite sera un peu moins rose avec un "The Resistance" raté. Pourtant, 2012 marquera l'apogée du trio avec "The 2nd Law", mon petit préféré.

le 17 Juin 2013 par TOLL DESTRO


Travaillé et ordonné : un MUSE entrant dans la cour des grands.

le 05 Mai 2011 par RENERION


J'ai toujours eu du mal avec Muse, parce que bon, c'est quand meme de la musique de fiotte (terme utilisé pour un besoin explicatif du pourquoi du comment hein !) pis bon ils passent à la radio tout le temps, c'est des gros vendus ! La reflexion a évolué mais tout de meme, musicalement y'a des trucs superbes (j'adore un morceau comme Bliss, que je trouve vraiment beau) mais dans l'ensemble muse je n'accroche pas.

Sauf la, en fait. J'ai pris une méchante baffe en écoutant cet album, ca a commencé avec Knights of Cydonia (merci guitar hero III) (rahhh ce break à 3m20) qui touche plus au space rock qu'à la pop. Puis Take a bow dans les trailers du film Watchmen, Map of the problematique dans une video trouvée sur le net. De chanson en chanson, je prenais des baffes. Et j'ai toujours plaisir à réécouter ces morceaux, ce d'autant que starlight est très bon, Supermassive black hole est un rock groovy au possible. City of delusion et sa montée en puissance surprenante.
MAis bon le naturel revenant au galop, je trouve soldier's poem insipide et Exo-politics d'une affligeante platitude...

Alors certes, Muse n'est pas mon groupe fétiche, mais on trouve dans cet album nombre d'excellentes surprises qui font que j'ai commencé à comprendre pourquoi ce groupe était finalement, si différent des autres groupes de vendus (parce que bon, ca reste des vendus qui passent à la radio, pis leur chanteur il a toujours une voix de tapette d'abord ! {figure de style ironique utilisée afin de démontrer le coté tétu et borné de mon esprit})

2.5/5 au final (arrondi à 3 pour la surprise)

le 30 Octobre 2009 par ALBIRéO


Cet album me pose problème.
J'adhérais totalement au style si personnel de ce groupe qui transcende ses influences (plutôt que les pomper, comme je le lis si souvent) à l'intérieur d'un rock énergique, inspiré, issu d'un esprit vraiment brillant artistiquement parlant.
Et là, PAF ! Morceaux spaciaux gorgés d'effets spéciaux, mélodies plus sombres (sauf "Starlight"), rôle nettement plus discret de la guitare saturée, sensation d'orchestration super chargée, etc...
J'ai pris peur et j'ai commencé par détester cet album pour me retrancher en terrain connu.
Et puis, de temps à autre, je me surprends à écouter quelques morceaux épars de cet Black Holes and revelations. En tant qu'astronome amateur, je n'avais pas le droit de tourner le dos à un album semblant traiter de ce sujet.
Maintenant, après 3 ans d'apprivoisement, j'ai appris à aimer cet album. Mais je le considère comme atypique, comme une première évolution franche du groupe en me demandant vers quelle soupe il risque de plonger...
Je délaisse toutefois systématiquement les 2 ballades (ils ne les réussissent pas souvent !) et "Assassin" que je trouve brouillonne - dommage pour le morceaux le plus violent de l'album.
Jusqu'il y a un an, j'aurais donné 2 par arrondi de 1,5. Là, je donne un 3 franc et massif.













1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod