Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Alice Cooper
Special Forces
Page  1 |

le 22 Février 2021 par FEELGOOD


Le changement de producteur est révélateur de la notable perte d'influence du Coop' en ce début d'années 80. Le producteur « star » Roy Thomas Baker (Queen, Journey, The Cars) laisse la place à Richard Podolor (Three Dog Night, Steppenwolf, Iron Butterfly), dont les heures de gloire remontent à la première moitié des années 70.
Le son, plus rugueux que celui de « Flush The Fashion », n'en est pas moins conforme aux canons de 1981 et en phase avec la thématique « paramilitaire » générale, même s'il ne s'agit pas d'un album conceptuel.
La plage de synthés initiale installe une ambiance lourde, sinistre, tout à fait dans l'esprit des délires dystopiques de l'époque (la BO de « New York 1997 », les expérimentations post-punk). La voix d'Alice n'avait pas été aussi inquiétante depuis longtemps. Pas de ballade sirupeuse sur cet album mais un rock moderne, parfois agressif (« Who Do You Think We Are »), parfois délirant (« Prettiest Cop On The Block »), souvent accrocheur (« You Want It, You Got It », « Vicious Rumours »), quand il n'est pas tout simplement irrésistible (« You Look Good In Rags » et sa reprise/citation/réappropriation - comme on dit de nos jours – du riff du « Atomic » de Blondie).
Je n'ai jamais été très fan de la reprise du « Seven Seven Is » de Love et de ses «Oop-ip-ip oop-ip-ip, yeah! ». En revanche, « Skeletons In The Closet » constitue une belle réussite, avec son ambiance si particulière qui nous renvoie à l'Alice bizarre et inquiétant d'antan.
Même s'il diffère du style traditionnel du Coop', « Special Forces », aussi méconnu et sous-estimé soit-il, n'en demeure pas moins un bon album, certainement supérieur, artistiquement parlant, à certains de ses successeurs pourtant plus fortunés d'un point de vue strictement commercial.

4/5 pour ce disque à la fois très représentatif de son époque et si intemporel par d'autres aspects.

le 22 Février 2021 par TAILGUNNER


Il y a des choses intéressantes, mais trop de bizarreries pour en faire un très bon album. Sur chacun des albums d'ALICE COOPER du début des années 1980, il y a des choses intéressantes, mais diluées dans des albums qui partent dans tous les sens malheureusement.

Je préfère la version 81 de Generation Landslide, plus lourde et plus sombre.













1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod