Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Sheila
Tous Les Deux
Page  1 |

le 31 Janvier 2022 par MARCO STIVELL

Martin, après ce nouveau plaisir d'éplucher ton érudition habituelle, et pas qu'une fois, je ne me permettrai de ne mentionner que deux points :

-je ferai en sorte de réécouter l'album avec un nouveau regard, possiblement !
-ce n'est pas tant dit de source sûre qu'un adulte ne peut pas fredonner du DOROTHEE, contrairement à un enfant... ^^

Bien à toi !

le 27 Janvier 2022 par MARTIN LA BOTTE


Chronique de Marco très complète et informative (Merci pour la marimba que je n'aurais bien sûr pas su reconnaître)

Cela dit, sa note m'a un peu étonné car si ce "Tous les deux" n'est peut-être pas mon album "sixties" préféré de SHEILA, je pense néanmoins que c'est l'un des meilleurs avec peu de déchets. À ce rayon, ou plutôt à celui du "léger excessif" comme le traduit si bien Marco, je ne compte réellement que "Toujours des beaux jours" qui ne méritait pas une cover avec ses pénibles onomatopées canines ("aouh ! aouh !"), ses changements de tempo de colonies de vacances et ses nouvelles paroles fades. Sans en abuser, je lui préfère quand même "Il fait chaud" tout aussi léger-léger mais qui peut se laisser apprécier sur un madison bon enfant.
Toujours légère mais plus mignonne, "Il suffit d'un garçon" avec son intro a capella et ses petits airs de génériques de dessins animés pour jeunes filles et que DOROTHÉE aurait très bien pu s'approprier 20 ans plus tard. D'accord avec le "modérément appréciable" qualifiant l'échange entre SHEILA et la même pas étoile filante "AKIM" sur "Devant le juke box". Il n'en demeure pas moins que le titre a plutôt bien marché et marqué son temps de par le caractère emblématique de l'appareil en question et aussi parce que c'était le premier duo sur disque pour la chanteuse qui en enregistrera très peu.
La chanson qui donne son titre à l'album obtiendra un accueil très en dessous des attentes de CARRÈRE qui avait clairement misé dessus pour renouveler le gros succès du récent slow estival, "C'est toi que j'aime". Sauf que là où une douce et belle harmonie régnait sur ce dernier titre, "Tous les deux" se révèle plus cafouilleux et moins mémorable avec une tonalité pour Sheila parfois plus "sermonnante" que tendre et rassurante. Du coup, pas étonnant que le grand public et les programmateurs se soient rués sur la face B , le fameux "Folklore Américain", adaptation sympathique d'une rengaine westernienne du début du XXe : bingo pour SHEILA qui en fait son plus gros tube des années 60 après "L'École est finie". La grosse différence avec une chanson de DOROTHÉE justement, c'est ce que ce type de chansonnette enjouée aux paroles tout à fait honorables peut être entonnée par n'importe quel membre de la famille (quand il est d'humeur guillerette...)
"À la même heure" adaptation d'un Sonny sans Cher n'a pas les faveurs de Marco, alors que c'est une chanson que j'aime plutôt bien (choisie pour représenter SHEILA sur la compil "C'est chic" pour le marché britannique en 2010 et destinée à mieux faire connaître nos chanteuses yéyé). Une interprétation forcément moins nonchalante mais à la progression mélodique assez inédite pour notre chanteuse. En revanche, je n'hésite pas à préférer la version touchante de SHEILA sur " Je n'en veux pas d'autre que toi" à l'originale des SEEKERS qui me fait l'effet d'une réunion d'anciens camarades de collège autour du feu.
Contrairement à toi, Marco, je pense que ces petites histoires de querelles et de retrouvailles (ou pas) entre jeunes amoureux étaient particulièrement payantes auprès du public de SHEILA et son producteur reproduira régulièrement le schéma ("C'est toi que j'aime" donc en 65, "Quand une fille aime un garçon" en 68, "Reviens je t'aime" en 70 ou "Le Couple" en 74) avec à chaque fois des ventes loin d'être anodines.
"Je ris et je pleure (JJ.DEBOUT) ne rentre pas dans cette catégorie, non seulement parce que c'est une chanson qu'on n'avait (curieusement) pas choisie pour la course au tube mais surtout, Marco, parce que le thème est bien différent ! On a là une fille désespérée de voir le garçon dont elle est clairement amoureuse ne lui manifester aucun signe d'attirance physique parce qu'il ne la voit que comme une bonne copine (il ne peut donc pas la tromper comme tu le dis ! ;) ). C'est nerveux, bien fichu, nouveau comme approche des sentiments non partagés pour SHEILA, j'aime beaucoup ! Mais moins que "Il faut se quitter" (signé Jacques REVAUX et Michèle VENDÔME), autre morceau original, une des rares fois où la jeune femme prend l'initiative de la rupture sur un ton aussi lucide que déterminé. J'adore ! Comme j'adore "Dans la glace", adaptation très convaincante et assez irrésistible du "Sunglasses" de Skeeter DAVIS (repris presque 20 ans plus tard par Tracey ULLMAN dans une version accélérée à la sauce "RONETTES").
Enfin, Marco, je n'ai pas très bien saisi ce que tu trouvais de si "excessif" à "Enfin réunis" qui n'a vraiment rien à envier au morceau original de Gary LEWIS & The PLAYBOYS, "Count me in". Je la trouve au contraire accrocheuse et d'assez bel effet avec sa relecture habile plus récente sur scène donnant l'impression que le message avait toujours été adressé à son public.
Je rajoute, si besoin était, que Sam CLAYTON n'est qu'un pseudo de Jean CLAUDRIC.

Verdict : vraiment pas le moins intéressant regroupement de chansons de SHEILA dans les sixties : 3,5/5













1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod