Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
4 commentaires notés  
[?]



Depeche Mode
Music For The Masses
Page  1 |

le 26 Août 2016 par YM


"DEPECHE MODE, tu les enfermes dans ta cuisine pendant une semaine, il te font un album..."
C'est une de nos blagues préférées à l'époque.
Les masses, déjà, n'étaient pas dupes !

DEPECHE MODE, virtuoses du clavier monotouche joué à un doigt (confère les mélodies à une seule note) : ting ting ting tsouin tsouin !

le 26 Août 2016 par NONO


"Music for the masses" contient des pépites, mais dans l'ensemble cet album est quand même assez "lourd" et pompeux. Même si la musique est bonne, on a l'impression que ça n'en finit pas. C'est mon impression en tout cas.
Contrairement à Violator qui, bien que plus sombre, est paradoxalement plus "compact", léger et efficace que son prédécesseur.

le 26 Août 2016 par EL PACHENKA

J'ai acheté ce disque il y a à peu près une dizaine d'années, par impulsion, à cause d'un seul morceau : "Never Let Me Down Again". C'est un des rares titres qui résiste à l'outrage du temps, à l'inverse de "Strange Love" qui est tristement devenu pompeux. Après, dans l'ensemble, il existe du bon mêlé à du restant jetable, hélas.

le 24 Août 2016 par MARTIN GAHAN


1987 fut l'année où le groupe accéda à, dira-t-on, la confirmation après la révélation. Le groupe fait encore appel à Anton Corbijn pour l'originalité de ses clips. Musicalement parlant, il continue son trip électro-pop en utilisant du matos hi-tech (pour l'époque) français. Mais ce fut sans compter sur le spleen de Martin Gore, auteur-compositeur de tous les titres. L'aspect gothique, déjà bien présent sur "Black Celebration", s'est sensiblement renforcé. Cela n'aurait pas non plus donné grand chose sans la complémentarité de Gore avec Wilder. Celui-ci n'a pas son pareil pour structurer, arranger et peaufiner presque n'importe quel morceau. En ayant partagé la production avec David Bascombe, le résultat fut ce "Music for the Masses" massif. Si, aujourd'hui, bien des bidouillages et certains morceaux ont très mal passé les années, c'est dans son ensemble, cette atmosphère gothique ("Pimpf" n'y est pas pour rien) qu'il faut se plonger. Les clips, novateurs en leur temps, ont énormément contribué à 'spreading the news around the world' ("Sacred") que DM était devenu un groupe majeur. Ce n'était pas une mince affaire de se faire une place au sommet en 1987 vu les retours en force de mégastars comme M.Jackson, B.Springsteen, Prince, U2, The Cure, Sting (pour ne citer qu'eux), les confirmations australiennes de Midnight Oil et Inxs, sans compter les nombreuses révélations. Au-delà des ventes, c'est l'image de DM qui a explosé, portée par la voix grave et sensuelle de Dave Gahan. Celle d'un groupe enfin épanoui, bien dans son élément. A tel point que la tournée mondiale fut un immense succès. Y compris outre-Altantique puisque l'album live de 1988, "101" (c-à-d nombre de concerts joués sur cette tournée), fut enregistré lors du passage de DM au Rose Bowl de Pasadena (Californie), devant 75000 personnes. Bref, de la musique pour les masses... . 3,5/5

le 10 Août 2011 par LEO


Music For The Masses est la suite logique de Black Celebration, même genre d'ambiances et sonorités similaires, cependant l'album précédent contenait pour moi bien plus de morceaux accrocheurs et mémorables tandis que celui-çi m'ennuie dans sa quasi-totalité!
L'excellent Never Let Me Down Again démarrait pourtant l'album sur les chapeaux de roue suivit par le très beau et atmosphérique The Things You Said.
et ensuite.... ben voilà, pour moi la suite est décevante et n'est pas à la hauteur de ce début pourtant très prométteur.
Le tubesque Strangelove n'est pas ma tasse de thé tout comme Sacred, Little 15 ou le très monolithique Behind The Wheel.
I Want You Now, To Have And To Hold et Nothing (qui porte bien son nom!)n'agissent pas mieux sur moi. je les oublie aussitôt!
Le meilleur (si j'ose dire!!!) pour la fin du vinyl d'origine: le disque se referme sur l'horrible instrumental Pfimpf! un truc qui porte bien sur les nerfs (comme si c'était pas suffisant avec tous ces morceaux décevants!).
Le CD lui, contient 2 inédits: Agent Orange, un instru complètement inutile et inintéressant et la grosse surprise que l'on attendait plus et qui aurait mérité de figurer sur le vinyl: Pleasure, Little Treasure. un truc mi-electro/mi-pop/mi-rock vraiment sympa et qui porte à 3 le nombre de morceaux que je retiens de cet album globalement médiocre et pourtant soit disant "mythique" de la part des fans et de la presse dite spécialisée!













1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod