Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Téléphone
Dure Limite
Page  1 |

le 27 Janvier 2018 par ARTHOFZAFT


L'album de la prise du pouvoir par Aubert. On est en 1982.
Au sortir des 70s, Téléphone avait su faire illusion. Un rock bien balèze, un premier album qui fout un coup de tronche, un deuxième qui crache fort, un troisième qui déjà sentait le rance et voilà que vraiment le vent tourne . L'utopie des débuts marque le pas, y'a des histoires de droits, de sous, et le monde tourne ronds dans tous les sens. Téléphone a montré qu'il était un groupe de scène monstrueux (voir "Téléphone Public" et mourir!!!) mais que les quatre deviennent trois puis deux ça finit par s'entendre. L'âge adulte ne leur va pas si bien en fait. Téléphone comme voisins de garage qui sortent le matin avec les yeux rouges c'était putain de bon dans la France de Giscard. Téléphone qui sort du studio la mâchoire crispée pour partir aux quatre coins de la ville en CX ça fout la trouille pour la suite. Dure Limite est un mauvais album, sans envergure. Comme si ceux qui voulaient voir le monde l'avaient vu sans y trouver leur place. Et arrivaient en retard pour la suite. On sent la fin, ça fait chier, c'est trop tôt. Et si c'est trop tôt, c'est parce que ceux qu'on aurait aimé avoir comme potes, frangins, copains, tout ça, en fait c'étaient que des nazes avec des égos et pas des masses de considération pour tout ce qui gravitait un peu loin de leurs nombrils. Des poseurs. Alors d'emblée, leur mur d'amour il est inflammable. Ils gueulent que "ça c'est vraiment toi" et c'est la première fois que ça veut rien dire. Pas si con le gros qui écoute l'album, il se dit ça c'est vraiment plus moi... c'est vraiment de la merde. Ok. Avec Bob Ezrin aux manettes... c'est lui qui a produit The Wall je crois, et I was made for Lovin' you de Kiss. Oui il a le son, il fait la bonne soupe le Bob, mais le texte tout ça rien à battre. T'as raison Bob, prends nous pour des cons, ça c'est vraiment toi et ça se vend super bien, t'as rempli le contrat, et les quatre ex-rockers vendeurs de lessive ils sourient bien à la télé. Bingo! Jour contre Jour est une bonne chanson de variétoche pourrie comme il faut (Et même si tu peux t'envoler ailleurs, En avion de fer et de sueur (?), Il n'y a pas de machine, Il n'y a pas de formule au bonheur... yeah man! Deep Deep Deep Jean-Louis!!!) Après c'est l'ex-Robin des Bois qui sue le texte écrit vite fait au comptoir. Musicalement pas mal, mais quand même on a vu mieux comme rockers... Oui c'est un brin contre pouvoir (Bouh le méchant Mitterand!!!) mais même travailler pour le roi c'est plus l'idée de Téléphone qui travaille pour sa Sacem maintenant. Il a beau cracher sa race le Jean-Louis, ça ne renverse plus rien du tout. Vient le Chat... heureusement, celle-là elle donne envie de les regretter les Téléphone. C'est la seule bonne chanson de ce disque de trop. Parce que je préfère éluder la suite (Oh Cendrillon, quelle blague!). Pathétique tentative de jouer serré! Heureusement, en même temps, dans les squats de Paris et d'ailleurs, La Souris Déglinguée, OTH, Béruriers Noirs, Oberkampf, Parabellum et tous les autres vivent et racontent ce qui se passe dans la rue, loin loin loin des studios de Ezrin. Merci à eux. Qui ne courent pas encore après leur âme. Ploum Ploum.













1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod