Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne indisponible  [?]

Rush
Presto
Page  1 |

le 28 Mai 2017 par LEO


Après la parenthèse live en 88 avec le perfectible A Show Of Hands qui résumait en concert les 4 précédents disques studio, RUSH revient en 1989 avec Presto, 1er volet d'une nouvelle tétralogie (déjà la quatrième dans l'histoire des Canadiens !).
Le trio change a nouveau de co-producteur et cette fois c'est le grand Rupert Hine et son fidèle ingénieur du son Stephen W. Tayler qui sont chargés de mettre en son ces 11 nouvelles compositions.
Non seulement producteur, mais également chanteur/multi-instrumentiste de talent ayant intégré la technologie depuis longtemps dans ses propres albums comme dans ses productions pour d'autres grands noms tels Anthony Phillips, Camel mais surtout avec Saga (2 albums), The Fixx (4 à 5 albums) et Howard Jones (3 albums), le choix de Rupert Hine était plutôt naturel et évident. il est d'ailleurs assez surprenant que le groupe n'ait pas fait appel à lui plus tôt !
Il contribue également à quelques choeurs et claviers additionels (autant ici que sur le futur Roll The Bones).
Comme à l'accoutumée chez RUSH, c'est un morceau marquant qui ouvre le disque. "Show Don't Tell" n'est pourtant pas un titre très énergique mais il est fort contrasté et suffisamment alerte et convaincant. une bonne entrée en matière.
J'aime beaucoup aussi "Chain Lightning" tout en clair-obscur, dont les couplets et le pré-refrain sont vifs mais le refrain plus aérien et fort mélodique.
Je n'accroche pas à "The Pass" ni à "War Paint", pas plus qu'au morceau qui donne son nom à l'album qui m'évoquent le peu captivant Hold Your Fire.
En revanche le très rythmique et entraînant "Scars" m'est plutôt sympathique tout comme le remuant "Superconductor".
"Anagram (for Mongo)" retombe aussitôt dans les travers de Hold your Fire, avec son côté mielleux.
Je ne trouve pas non plus "Red Tide" très palpitant ni marquant, si ce n'est par sa ligne vocale de fin ("let us not go gently to the endless winter night").
Par contre j'aime bien les 2 derniers morceaux, "Hand Over Fist" et le prégnant "Available Light" qui font partie des titres que RUSH n'a hélas jamais joué en concert.
Verdict final: Presto est plus vigoureux et assuré que ne l'était Hold Your Fire mais néanmoins on pouvait espérer mieux car il n'est pas très audacieux et peut paraître un peu timide et décevant dans ses choix musicaux et ses arrangements.
J'en retiens 6 compos sur 11. ma note sera donc un peu plus élevé que pour l'album précédent.













1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod