Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
3 commentaires notés  
[?]



Elton John
21 At 33
Page  1 |

le 09 Août 2014 par DE PASSAGE


Cet album dans l'ensemble, je le trouve agréable à écouter et aussi je trouve bien dommage que lorsque l'album est ressorti remasterisé en 2003, je pense qu'il aurait pris plus de valeur en incluant les six titres des faces B des singles extraits de l'album.
Il y a tout particulièrement "Conquer the Sun" (face B de "Little Jeannie") qui est magnifique et qui est bien supérieure à certaines chansons de l'album.

le 21 Mars 2014 par NONO


Personnellement j'ai toujours bien aimé ce disque.
Beaucoup de spontanéite, de fraîcheur, d'inventivité.
Cet album, je crois qu' il faut le prendre tel qu'il est, le problème étant que beaucoup de gens font constamment la comparaison avec la gloire passée...
Beaucoup de très bonnes choses ici: l'excellent "Chasing the crown" (d'autant que le style rock pur et dur n'est habituellement pas ce qu'Elton fait de mieux), "Little Jeannie": une bien belle ballade qui sonne comme une sorte de "Nikita" avant l'heure, "Sartorial Eloquence" est magnifique, "White powder/White lady" est un rock bien entrainant à la saveur west-coast... La face B est légèrement moins convaincante mais pas mauvaise du tout, oh que non!
Je retiens spécialement "Never gonna fall in love again" , et le formidable duo avec Judie Tzuke "Give me the love". Le seul morceau que j'aime moins est "Two rooms at the end of the world", un peu trop expérimental et répétitif à mon goût.
J'ajouterais que, contrairement à la croyance générale, les années allant de 1980 à 1982 (soit: les albums "21 at 33", "The Fox" et "Jum Up") sont de belles années artistiquement pour Sir Elton. Pas de grande réussite commerciale, certes, mais 3 albums de très bonnes factures, assurément !

le 18 Avril 2012 par FEELGOOD


Un album mineur mais point dépourvu de charme. L'excellent Chasing The Crown, aux frontières du hard rock, débute brillamment ce vingt-et-unième effort. La suite est plus calme mais n'en propose pas moins d'excellentes compositions, sans doute trop sages, mais indéniablement plaisantes. Little Jeannie n'est pas sans rappeler Daniel, l'un des vieux tubes d'Elton. Sartorial Eloquence et le plus enlevé Two Rooms At The End Of The World permettent à la face A de passer comme une lettre à la poste, même si l'on demeure ici plus proche de la variété de qualité que du rock.
White Lady White Powder et ses choristes de luxe ( pas moins de trois membres des Eagles, à savoir Don Henley, Glenn Frey et Timothy B. Schmit ) débute agréablement la deuxième partie de l'opus. On en retiendra surtout Dear God et ses choeurs gospel, ainsi que la sympathique incursion country Take Me Back, Never Gonna Fall In Love Again et Give Me The Love donnant eux dans une variété plus traditionnelle.
Aux côtés de vieilles connaissances ( Olsson, Murray et bien sûr Taupin ), on note la présence de tout un aéropage de requins de studio et d'arrangeurs permettant certes à l'ensemble de ne pas sombrer mais révélateur aussi de la crise de confiance et d'inspiration que traversait alors Elton.













1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod