Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


The MOTELS - The Motels (1979)
Par LE KINGBEE le 20 Avril 2017          Consultée 275 fois

La pochette de ce disque avec cette quadragénaire souriante et toute bronzée en tankini rappelle l’American Way of Life du début des années soixante. Si le visuel peut aujourd’hui prêter à sourire, il n’indique aucunement le contenu du disque intitulé sobrement « The Motels ».

Formé au début des années 70 à Berkeley, endroit paradisiaque et universitaire, les Warfield Foxes se transforment en MOTELS sous la houlette de la chanteuse Martha DAVIS. Le groupe quitte ses pénates au milieu des seventies pour rejoindre Los Angeles, mégapole pouvant répondre aux ambitions de la chanteuse. De la formation d’origine, la bassiste Lisa Brenneis, les guitaristes Chuck Wada et Dean Chamberlain sont remplacés par une nouvelle line-up, seule Martha Davis est toujours là. Si le groupe est alors constitué des frangins Jeff (guitare) et Marty (claviers, saxophone) Jourard, du bassiste Michael Goodroe et du batteur Brian Glascock (ex Toe Fat, Carmen et Captain Beyond), c’est bien Martha Davis qui tient les rennes du groupe devenant aussi la principale pourvoyeuse en matière d’écriture. Malgré son âge, Martha a de la bouteille, elle est l’heureuse maman d’un bambin né alors qu’elle n’avait que 15 ans, en clair c’est elle qui décide pour le groupe et qui porte la culotte.
Dès 1978, les MOTELS ne tardent pas à se faire connaître, le groupe passant dans les principales émissions télévisuelles : « Saturday Night Live », «  American Bandstand », « Solid Gold », « Midnight Special » et toutes les soupes diffusées par MTV. A l’instar des Knack, autre groupe de Los Angeles proposant une musique nouvelle, les MOTELS vont poser les fondations d’un genre nouveau. Ils deviennent le premier groupe américain de New Wave, registre en provenance d’Angleterre qui connaîtra son heure de gloire entre 1978 et le milieu des eighties. Le band se produit au Radio City Hollywood, l’un des premiers concerts de la Cité des anges dédié à ce nouveau répertoire. Une démo est proposée à la Warner mais la firme n’est pas intéressée par ce groupe inconnu.

Si la formation aurait pu atterrir sur le label de Sire de Seymour Stein, l’un des instigateurs du terme New Wave, probablement plus apte à promouvoir le groupe, l’idée n’en restera qu’au stade de projet, le label étant en passe de changer de distributeur. Capitol, le plus rapide, signe le groupe en 1979 et l’envoie direct en studio. La firme américaine a décidé de confier la production à John Carter, plus connu sous le nom de Carter, un ancien de la maison Atlantic recruté par Capitol pour gonfler la production. Capitol édite un premier single avec « Closets And Bullets » qui passe totalement inaperçu et n’intègre aucun classement. La maison de disque récidive alors avec « Total Control » un superbe slow synthétique porté par une voix éraillée et torturée et « « Love Don’t Help ». Le single atteint péniblement la 109ème place des charts américains, mais se classe 4ème en Australie. Le 45 tours est aussitôt édité dans plusieurs pays d’Europe. Chez nous, Capitol France via Pathé Marconi sort le single avec une autre pochette sur laquelle seule Martha Davis est représentée, idem pour la face B « Love Don’t Help » est supprimé au profit de « Closets And Bullets ». « Total Control » rentre dans notre Top 20 et passe à la radio. Au fil des années, Tina TURNER, le groupe Natasha’s Ghost, Abbe May ou la country woman Emma Swift en délivrent leurs versions, mais aucune n’atteint l’intensité, la force dramatique voire le sentiment d’anxiété impulsé par la voix de Davis et la rythmique des MOTELS. Quelques petits riffs toux doux de guitares nappés par l’orgue de Marty Jourard, une ligne mélodique imparable et simple, un petit coup de sax et une voix aux confins de la tourmente permettent au groupe d’accéder à la popularité. Quatre mois après l’enregistrement du premier single (celui qui a fait un flop), Capitol décide de passer à la vitesse supérieure.
Cet album éponyme ne s’arrête pas à une chanson intemporelle. Les MOTELS boostent le tempo avec « Kix », titre vitaminé évocateur des Talking Heads. « Love Don’t Help », de son côté, tient plus d’une sorte de Soul synthétique bien dans le style des B 52’s. Même impression avec « Closets And Bullets ». Si « Atomic Cafe » sonne résolument synthétique, la mélodie est relevée par un bref passage de sax et les inflexions vocales qui lui confèrent un tempo nuancé. Porté par une ligne de basse, « Celia » est lui aussi porté par le timbre de Davis. Changement de rythme et de sonorité avec « Porn Reggae » une ballade jazzy reggae des plus soft. Les deux derniers titres « Dressing Up » et « Counting » proposent un honnête interlude entre les répertoires de Siouxies and the Banshees, B 52’s et Kate BUSH.

Premier des six disques publiés par Capitol, «The Motels » est celui qui connaît le plus grand succès. Le groupe subit ensuite d’incessants changements de personnels qui nuisent à la cohérence du répertoire. Martha Davis s’est toujours considérée comme une songwriter, le chant et la scène venant en complément. Le groupe a splitté en 1987 mais s’est reformé à plusieurs reprises sous diverses appellations. En mars de cette année, une anthologie devait paraître ainsi qu’un nouvel album. Marty Jourard, le claviériste saxophoniste d’origine a répondu favorablement à la demande de la chanteuse réintégrant le groupe de ses débuts. Un disque et un groupe marqué et bouffé par le succès de « Total Control », un paradoxe des plus ironiques au vu du titre.

A lire aussi en NEW-WAVE :


SPARKS
Angst In My Pants (1982)
A mustache on every lip!




The SMITHS
The Queen Is Dead (1986)
Vive la reine!


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Martha Davis (chant, guitare rythmique)
- Jeff Jourard (guitare)
- Marty Jourard (claviers, saxophone)
- Michael Goodroe (basse)
- Brian Glascock (batterie)


1. Anticipating.
2. Kix.
3. Total Control.
4. Love Don't Help.
5. Closets And Bullets.
6. Atomic Cafe.
7. Celia.
8. Porn Reggae.
9. Dressing Up.
10. Counting.



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod