Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Jeff Beck Group , Dust
- Style + Membre : Beck Bogert Appice

CACTUS - Son Of Cactus (the New Cactus Band) (1973)
Par LONG JOHN SILVER le 13 Juin 2017          Consultée 403 fois

L’histoire du Rock regorge d’objets improbables, comme ce Son Of Cactus qu’on doit au NEW CACTUS BAND, sorte de spin off du groupe CACTUS, installé sur le même label et comprenant dans ses rangs un musicien éphémère dans l’histoire officielle de cette formation de Heavy Blues qui eut le mérite de laisser une empreinte conséquente en dépit d’une brève disco. Or à l’époque Son Of Cactus semblait bien prendre la relève du déjà « semi officiel » ‘Ot ‘N’ Sweaty*, quatrième album de la formation – mi-live/mi-studio - sur lequel débarquait le claviériste Duane Hitchings qu’on retrouve seul rescapé un an après. S’il est écrit en gros The New Cactus Band sur la pochette du disque, les notes se montrent plus directives puisque figurent les mentions : « Produced by Cactus » ainsi que « Cactus is : Duane Hitchings (keyboards & vocals) ; Roland Robinson (bass & vocals) ; Mike Pinera** (guitar & vocals) ; Jerry Norris (drums & vocals). »

Dans une formation où (avant) les crédits étaient partagés collectivement sur pratiquement chaque titre, l’écriture s’individualise d’avantage et ici c’est le bassiste chanteur Roland Robinson qui bosse le plus. Moins souvent Pinera et moins encore Hitchings, pourtant les musiciens les plus certifiés. La musique s’éclaircit, on avait déjà remarqué cette tendance sur la face studio du précédent disque, elle est ici amplifiée, elle ressort plus Stonienne que Zeppelinesque pour faire court. Où il s’avère que si on veut bien outrepasser le nom du groupe, son utilisation douteuse - aujourd’hui le disque ne figure pas dans la disco officielle de CACTUS - la qualité est tout même au rendez-vous. Car oui Son Of Cactus est un bon album de rock puissant. Pas trop lourd cependant, il contient ses ballades sous testostérone, plutôt bien torchées et emphatiques (« Lady (Spend My Life With You)", « Hook Line And Sinker », « Hold ON To My Love »), une dose d’americana (« Daddy Ain’t Gone », le big rock de « Man Is A Boy »), de rock’n’roll old school – certes couillu - (« It’s Getting Better », « It’s Just A Feelin’ », « Senseless Rebel ») des restes de rock psyché (« I Can’t Wait » très Stones) et du heavy blues tout de même ( « Ragtime Suzy » assez boogie, «Blue Gypsy Woman » au riff Hendrixien comme il se doit avec un tel titre). Tous ces morceaux ne se valent pas mais aucun n’est mauvais, ils sont même tous plutôt bien écrits et interprétés. Bien entendu les puristes noteront que le son des guitares n’est en rien celui connu avec la première période du groupe, où est passé la pesanteur plombée, l’effet incandescent de la musique de CACTUS ? Sans oublier la paire Appice/Bogert qui faisait en sorte d’entretenir la fournaise.

Évidemment que cet album prête à caution pour plein de (bonnes) raisons, cependant mettre la main dessus n’aurait rien d’infamant car l’auditeur peu averti découvrirait un très bon disque de rock’n’roll quand l’averti pourrait se détendre en se disant qu’il connaît désormais un truc improbable qui a voulu se faire CACTUS – probablement sous haute influence, après tout le Label a tout validé - alors qu’il était tout de même un groupe « d’honnêtes » artisans, faisant très bien son métier. Avec cœur. La manœuvre a fait long feu, CACTUS n’est pas RENAISSANCE*** (laissons un voile pudique sur l’imposture BLACKFOOT), rien que le nom pouvait mettre la puce à l’oreille.

* Ne restait que Tim Bogert et Carmine Appice de la formation reine, la seule vraiment reconnue par les fans purs et durs, cependant un nouvel album Cactus dénommé V , serait publié en 2006 sans son chanteur originel décédé, suivi par Black Dawn en 2016 sans son bassiste retiré du circuit
** Ex IRON BUTTERFLY tout de même et BLUES IMAGE
*** Groupe de prog/folk fondé par deux ex YARDBIRDS mais dont il ne resta plus aucun membre originel rapidement et qui connut alors son véritable essor

A lire aussi en ROCK par LONG JOHN SILVER :


Iggy POP
Post Pop Depression -live At The Royal Albert Hall (2016)
Veni, vedi, vici




Iggy POP
Post Pop Depression (2016)
Doctor Pop vs Mister Homme


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Duane Hitchings (claviers, chant)
- Roland Robinson (basse, chant)
- Mike Pinera (guitare, chant)
- Jerry Norris (batterie, chant)
- +
- Manny Bertematti (batterie, chant)
- Matty (choeurs sur 3)


1. It's Getting Better
2. I Can't Wait
3. Hook Line And Sinker
4. It's Just A Feelin'
5. Lady (spend My Life With You)
6. Ragtime Suzy
7. Blue Gypsy Woman
8. Senseless Rebel
9. Man Is A Boy
10. Hold On To My Love
11. Daddy Ain't Gone



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod