Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (2 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Zombies , The Kinks , Harry Nilsson , Cheap Trick, The Monkees
- Membre : Paul Mccartney , John Lennon , George Harrison , Ringo Starr
 

 Yellow-sub.net (1406)

The BEATLES - Please, Please Me (1963)
Par ERWIN le 7 Février 2011          Consultée 4796 fois

Réattaquer l’exceptionnelle discographie des scarabeés par le commencement n’est pas une mince affaire. Aussi, boum, je vous fais grâce de l’historique, de l’étude des personnalités, des séjours à Hambourg, du blabla, bref de tout le tirelipimpon qui encadre systématiquement les œuvres du groupe de Liverpool. Les milliers de sites spécialisés vous renseigneront sur les données people. Donc on va causer de musique, et de musique seulement, et ainsi voir pourquoi ce premier album changea la face du monde. Nous sommes en mars 63, le Rock’n’roll est à l’agonie, Elvis PRESLEY est au plus mal, DYLAN perce sous Zimmermann, nous sommes à l’aube de la révolution, la scène est en place pour le premier BEATLES.

Deux single sont extraits de ce premier album. La grande aventure débute avec l’éponyme "Please please me" chanté en duo par John et Paul - comme sur de nombreux titres -, et ce même si Paul occupe clairement la portion obscure. L’influence des EVERLY BROTHERS est patente sur ce premier essai, les voix sont calibrées de la même manière pour un résultat hautement addictif : John y est Don, Paul y est Phil, la magie opére. Quand à "Love me do" et son petit harmonica de western, la compo est révélatrice des talents du binôme, le rythme plus lent, la gestion hachée des rythmiques la rendent inexpugnable, mais aussi plus conforme à la direction que va prendre le groupe. Voila les deux singles qui vont changer la face du monde de la musique. Mais le skeud est bourré jusqu’à la gueule de titres phénoménaux. Aussi je ne vais pas me priver d’en citer une pleine casserole. Les gens oublient souvent la toute première période des BEATLES, comme si elle n’était que secondaire… Franchement, quelle fadaise ! Mais suivez moi plutôt dans les méandres de leur premier opus.

Cet album est l’extension même de la complexe personnalité de John LENNON alors patron sans partage du vaisseau scarabéen. Il fallait une force de caractère exceptionnelle pour sortir le groupe de la masse de ses poursuivants sans y perdre son âme. John n’était pas plus doué que Paul, mais il possédait cette volonté jusqu’au boutiste de réussir envers et contre tout. Ses trois camarades se sont rangés derrière lui comme un seul homme en cette occasion. Alors John est partout, sa voix si particulière fait mouche sur toutes les chansons, en lead vocals comme pour les choeurs, son timbre grave envahit tout l’espace disponible sur "Twist and Shout" hymne symbolique de ce premier album, il y pousse sa voix avec panache alors que Paul et Georges assaisonnent de "Houuuuuu" leurs chœurs. L’ambiance est à l’éclate, et ça marche, je vous défie de ne pas headbanguer la dessus ! Le doowap "Baby it’s you" nous présente sa facette plus soft, alors qu’il s’amuse sur "Anna". Enfin, on peut tout citer, mais il est l’incarnation des BEATLES en Mars 63.

La place de Paulo MCCARTNEY n’est pas pour autant congrue. Il tient la baraque sur l’agressive "I saw her standing there", on sent les capacités du jeune bassiste à pouvoir s’exprimer dans les registres les plus variés, en futur touche à tout de génie qu’il est. Le joli riff de "A taste of honey" tient ensuite remarquablement la route. Mais c’est sans doute sur "PS I love you" que Paul tire les marrons du feu avec le plus de brio. Toujours est-il qu’il est pour l’instant clairement dans l’ombre de John, et qu'il accepte cette place de lieutenant sans broncher. Paul sera à jamais captivé par la personnalité de son aîné, qui aura toujours la main sur lui, c’est ainsi... et cela débute dès le premier album.

Le "quiet" BEATLES: Georges, est clairement en retrait par rapport à ses deux camarades, toujours est-il qu’il s’en tire avec la reprise de "Chains", ou l’on entend bien sa rythmique quand sa voix est un rien noyée sous les chœurs de ses potes. Mais nous avons tout de même sa première grande performance sur "Do you want to know a secret", inoubliable. Les critiques de l’époque lui vouent une admiration sans faille. Je suis plus réservé quant à moi. Georges est alors en pleine recherche de son moi musical. Pour preuve, il n’y a aucune de ses compos sur Please Please Me. Difficile de se faire une place dans un tel contexte.

Enfin, qu’en est-il de ce coquin de batteur ? Il est là ! On entend l’organe rauque de Ringo sur l’entrainante "Boys", et ses structures déjà modernes pour l’époque. Cela fait plaisir de l’entendre si tôt. Mais on sait que le père Starkey a déjà de la bouteille et qu’il ne s’en laisse compter par personne, lui qui sera à jamais l’élément stabilisateur des 4 de Liverpool. Une belle performance à son actif.

Il y a comme vous le constatez beaucoup à dire sur Please Please Me. Truffé de classiques, le premier album des BEATLES se révèle un incontournable au même titre que les suivants. Il faut savoir tenir compte de l’évolution. En 63, les influences des BEATLES sont telles qu’elles s’entendent sur toutes les bosses du microsillon, mais l’œuvre est aux taquets.
Ils auraient difficilement pu mieux faire.

A lire aussi en POP par ERWIN :


Tori AMOS
Night Of Hunters (2011)
Divine




ABBA
Super Trouper (1980)
Chef-d'oeuvre


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- John Lennon (chant, guitare rythmique, harmonica)
- Paul Mccartney (chant, basse)
- George Harrison (guitare solo, chœurs, chant)
- Ringo Starr (batterie, chœurs, chant)


1. I Saw Her Stranding There
2. Misery
3. Anna (go To Him)
4. Chains
5. Boys
6. Ask Me Why
7. Please, Please Me
8. Love Me Do
9. P.s. I Love You
10. Baby It’s You
11. Do You Want To Know A Secret
12. A Taste Of Honey
13. There’s A Place
14. Twist And Shout



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod