Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dick Rivers , Johnny Hallyday , Jacques Dutronc

Eddy MITCHELL - Panorama (1964)
Par BAKER le 2 Janvier 2018          Consultée 452 fois

Sorti quelques pauvres petits mois après le bon "Eddy in London", "Panorama" propose une pochette à deux Eddy : l’un rocker en jean (rappelez-vous qu’en 1964 ce n’était pas encore dans toutes les mœurs), et l’autre bellâtre classe en complet veston. Une manière de dire que le bonhomme ne s’en laissera pas conter et qu’il sera difficile de l’enfermer dans une case, alors que pourtant à l’époque, les maisons de disques adoraient tout miser sur le paraître et les codes vestimentaires. De nos jours, plus du tout. Du tout du tout.

Alors "Panorama" est-il un grand album tout fou, tout cinglé, battant le pavé à hue et à dia ? Pas exactement : musicalement, on reste dans la droite lignée de son prédécesseur avec un penchant certain pour Chuck BERRY notamment. Il n’y a que peu de révolution, peu de prises de risques. Le son reste assez aigü et lointain, les guitaristes très verbeux ("Maybelenne", "Memphis Tennessee"). Deux petits détails cependant rendent ce disque sinon intéressant, du moins pas du tout désagréable. D’abord, il y a les reprises toujours assez fidèles et furieuses, mais il y a aussi des chansons inédites, et à ce petit jeu, si Pierre Papadiamandis n’est pas encore entré en scène, "J’irai Bien" avec ses arrangements sautillants et complexes n’a pas à rougir face aux camarades anglo-saxons. Ensuite, Eddy continue de s’amuser et d’amuser les autres. "Tu Vas Rentrer Chez Toi" dépayse avec sa country blues jolie et calme. "Pas De Chance" transpire l’ironie. "Oh Mon Coeur" balance l’auditeur d’un bord à l’autre avec ses chœurs rigolards, un vrai moment de détente. Et puis, vous avez le mythique "Repose Beethoven" où notre rocker “rebelle” par définition avoue à demi-mots aimer l’œuvre du père Ludwig (diantre ? mais alors les jeunes qui font de la musique rock’n’roll écoutent aussi de la Grande Musique ? Et ils n’égorgent plus de poussins sur scène en priant Satan ?). Un tribute au plus célèbre des sourds dont l’enregistrement de l’intro au piano reste mythique (Mitchell exigeait que ce soit lui-même qui joue le fameux tidididaaaaaam. Ce qui fut fait au prix d’une journée de laborieuses répétitions à base de scotchs de couleur sur les touches, Eddy étant de son propre aveu aussi bon chanteur que musicien totalement incapable !).

Il y a aussi un certain nombres de titres qui, eux, passent mal, et de plus en plus mal par rapport aux tout débuts : la gluance yéyé de "J’irai au Paradis", le côté fleur bleue de "l’Ecole des Coeurs Brisés" qui manque cruellement du côté “edgy”, sur le fil du rasoir de notre crooner favori. Le disque a subi, comme ses aînés, les outrages du temps, mais il reste assez de titres drôles ou divertissants pour mériter une écoute. Evidemment, nous ne sommes pas encore au summum d’une carrière, mais quelques voies sont posées, le train peut passer la seconde tranquillement. Et puis après, ma foi, la route ? Là où on ira, on n’en a pas besoin, de route.

A lire aussi en ROCK'N ROLL :


Elvis PRESLEY
Elvis (1956)
Elvis devient le King




BANDE ORIGINALE DE FILM
Pulp Fiction (1994)
De la bombe, rien que de la bombe


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. J’irai Bien
2. Pas De Chance
3. J’irai Au Paradis
4. Memphis Tennessee
5. Oh Mon Coeur
6. Doucement Mais Sûrement
7. Repose Beethoven
8. Détective Privée
9. Tu Vas Rentrer Chez Toi
10. Maybellene
11. L’école Des Coeurs Brisés
12. Donne-moi Une Idée
- bonus Track
13. Tu N’es Pas L’ange Que J’attendais



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod