Recherche avancée       Liste groupes



      
GUITAR HERO  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

1997 G3 - In Concert
2004 Live In Denver
 

- Style + Membre : Steve Vai

G3 - In Concert (dvd) (1996)
Par BAKER le 16 Janvier 2018          Consultée 531 fois

Au départ, c'est un peu le cirque : tous dans le même métier, mais avec des habiletés différentes, réunis pour divertir le public, le faire rire, l'émouvoir, d'abord chacun son tour puis tous ensemble. Le G3 a clairement été conçu dans ce sens : que les amoureux de la guitare prennent un pied monstrueux, et que les autres écoutent de bonnes tranches de blues/rock bien graisseux, le tout arrosé de musiciens top classe. Et quel meilleur augure que deux des monstres sacrés du genre, à savoir le Maître Joe Satriani et l'élève Steve Vai, enfin réunis pour assurer la garantie qualité ? Hélas ! Si cette réunion avait été fantasmée pendant une dizaine d'années, force est de constater que c'est plutôt le cauchemar qui en naît. Au départ choisi pour "3 Guitaristes", le patronyme G3 à mesure de la vision fait plutôt penser à Gillette. Car comme rasoir, Satriani s'est posé là.

Le show débute par Joe. Débute ? Hum, cela ressemble à une première partie. Voire un chauffage de salle. Tout est mou. Ultra-mou dégarni, même. Satriani dans une configuration trio + bande (ouhhhh !) tente de donner de la virtuosité mais à aucun moment il n'a la flamme sacrée. C'en est même terrifiant : en l'espace d'un an, l'homme est passé d'un somptueux album blues à ce concert sans vie. Stu Hamm, toujours en bermuda, choucroute sur la tête et lunettes de plage, est d'une classe que vous supposez (ne manquent que les tongs Air Papin de Scholl qui font même pô d'bruit sur le gravier), le batteur tente de se caler sur ces foutues bandes sans vie, et Satch d'abuser de ses tics techniques sans réussir à convaincre : le premier titre est trop mou par rapport à l'original. Les deux autres, à défaut d'être fabuleux, sont Fabulon (plats à en mourir). Quoi, trois titres ? Eh bien oui, Sony, dans sa grande générosité, n'a inclus que trois titres de chaque guitariste !

A peine a-t-on fini avec Satriani (et que ces quinze minutes nous ont paru interminables !), que l'on passe à Eric Johnson. Et là, quelle différence ! Largement moins connu que le Joe, Johnson l'atomise sur tous les points. Jouant avec un vrai groupe plein de feeling (ce bassiste !), s'adonnant à un blues rock proche de Stevie Ray Vaughan (à qui il dédie d'ailleurs une chanson-hommage), Johnson est éblouissant et n'a aucun mal à ravir la vedette à son metalleux de prédécesseur. A la frontière entre le jazz, le blues rock et quelques entournures hard-rock à la Gary MOORE, c'est la véritable surprise. Là aussi, trois petites, toutes petites chansons et puis s'en vont... C'est presque à regret que l'on accueille alors Steve Vai, tant dans cette bataille metal / blues, le second s'est montré infiniment supérieur.

C'est mal connaître Vai pour qui chaque show compte, chaque note jouée doit être ultime. Accompagné de son fidèle Mike Keneally, clown sidekick de ZAPPA fantasque, il sauve l'honneur des virtuoses en offrant un spectacle impressionnant comme à son habitude. La version de "For the love of God" délivrée ici est un summum tant dans la technicité que dans la communion avec le public (très froid, le public), et l'enchevêtrement de mélodies suivant le groupe et de parties solos volontairement excentriques fonctionne très bien. Vai a suffisamment réchauffé la salle pour que la réunion des trois guitaristes puisse rencontrer le succès escompté : trois reprises de grands classiques, ça fait toujours son effet.

Sauf que là aussi, Satriani sur "Going Down" se montre dix crans an-dessous des deux autres. La preuve ? Dans votre enceinte gauche, vous entendrez une guitare bizarre, décalée mais qui d'un seul coup donne sur un solo extraterrestre : c'est Vai ! Même quand il ne chante pas, il trouve le moyen de faire une rythmique plus intéressante et mieux perçue que celle du Satch. Quant aux deux reprises suivantes, Keneally et Vai s'éclatent complètement, et Johnson clôture le show avec un "Red House" aussi bien chanté que joué finement. A noter que durant tout le show, le volume de la gratte de Johnson est très au-dessous de celui de ses compères. Pourtan, ce sont ses notes à lui dont on se délecte. Dont acte.

Le plus inquiétant là-dedans est la façon dont Sony a vendu ce premier G3 : non mais vous vous rendez compte, trois titres par artiste !!! Il manque les deux tiers du concert, c'est ça le progrès ? Pire : déjà que la jaquette annonce 75 minutes bien chiches, on se retrouve avec 68 pauvres minutes, oui, une heure dix ! D'un autre côté, ça permet d'éviter de trop s'ennuyer (et encore, c'est un peu raté). Avec une telle place sur notre support favori, on pouvait légitimement s'attendre à une technique de grande classe. Là aussi, c'est partagé : l'image, sans être mauvaise, est quelconque. On ne voit pas grand-chose et c'est réalisé assez mollement. Le son heureusement présente une piste PCM de grand qualité et un 5.1 qui se rapproche beaucoup du premier DVD de, tiens donc, Satriani : très très chaleureux. Un peu trop de réverb et quelques drops de dynamique, mais assez petits. Pour le reste, on est content d'écouter un tel son. Content et frustré, car aussi beau soit-il, le concert reste extrêmement mal équilibré et complètement massacré au montage (même pas de fade-out entre les artistes !). Un énorme gâchis, mais il y a pire : ce ne sera pas le seul DVD du G3 à sortir, et donc pas le seul à avoir droit à sa ration de coupes franches.

------------------
Fiche technique
Editeur : Epic
Date : 2 novembre 1996 - Northrop Auditorium (Minneapolis, U.S.A.)
Image : 1.33 4/3 PAL
Son : DD 2.0 + DD 5.1
Durée totale : 68 minutes
Bonus : Biographies succinctes

A lire aussi en BLUES-ROCK :


HENRY'S FUNERAL SHOE
Everything's For Sale (2009)
Blues/hard rock moderne et jouissif. A suivre !




RIVAL SONS
Hollow Bones (2016)
En attendant l'album parfait


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Joe Satriani (guitare, chant)
- Eric Johnson (guitare, chant)
- Steve Vai (guitare, chant)
- Stu Hamm (basse)
- Roscoe Beck (basse)
- Philip Bynoe (basse)
- Jeff Campitelli (batterie)
- Brannen Temple (batterie)
- Mike Mangini (batterie)
- Stephen Barber (claviers)
- Mike Keneally (claviers)


- joe Satriani
1. Cool #9
2. Flying In A Blue Dream
3. Summer Song
- eric Johnson
4. Intro Song
5. Manhattan
6. S.r.v.
- steve Vai
7. Answers
8. For The Love Of God
9. The Attitude Song
- g3
10. Going Down
11. My Guitar Wants To Kill Your Mama
12. Red House



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod