Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SEASICK STEVE - Dog House Music (2006)
Par ERWIN le 12 Mai 2018          Consultée 163 fois

C'est en fin Novembre 2006 que sort le deuxième album de notre drôle de loustic, l'oiseau de mer malade STEVE SEASICK. Le premier avait déjà marqué durablement les esprits. Il faut dire que le colosse sexagénaire ne laisse personne indifférent, sa manière de jouer, son matériel low cost, son look de dégénéré et sa gouaille naturelle en font très vite une idole de ceux qui assistent à ses concerts. Alors il convient de ne pas rater le coche et de mettre le concept en musique le plus rapidement possible. C'est ainsi que naît cet album au look improbable, deux bâtons de glace, quatre allumettes un bout de ficelle... On va pas se ruiner avec le marketing ! Autre élément déterminant, l'homme au mal de mer joue seul tout au long de l'opus, sauf en de très rares occasions, il se démerde comme un grand. Alors bien entendu, on navigue entre les blues crasseux et les ballades plus folky aux consonances traditionnelles.

Du blues crasseux... Je sais, j'ai déjà utilisé l'image du grand pa de Louisiane sur son perron pourri en train de gratter une vieille gratte usée jusqu'à la moelle. Certes, mais nous y sommes déjà, aucun doute. Voyez donc le thème roots de « Things go up » puis de « Fallen of a rock » où Steve hulule à la lune tel un coyote – titre de l'album -. « Shirly lou » est taillée pour cette culture, on croirait qu'il narre les aventures d'une ancêtre dépravée, à moins qu'il ne s'agisse d'une chienne... Possible...

Il y a aussi des moments où la dinguerie du bonhomme dépasse le cadre de la simple crasse : écoutez donc le bordel magmatique qu'est la fin de « Fallen of a rock ». Il nous refait le coup du riff de « On the road again » des immenses CANNED HEAT sur « Dog house boogie », ce riff copié des millions de fois par ZZ TOP et les collègues blues rockeurs du monde entier. Personne ne lui en voudra, c'est la base ! Dans le genre bien pourri, Steve nous refait le coup de la petite histoire racontée sur « One true », une histoire de chienne et de sa portée qui l'attend à la sortie de prison... Ce gars raconte vraiment n'importe quoi !

Steve nous sort son fameux Didley Bow sur le titre « Save me ». Ca fait rêver, un mec qui joue d'une guitare à une seule corde... Parole, mais Keith RICHARDS n'a jamais osé ! Evidemment, c'est un peu frustre. On le verra parvenir à de meilleurs résultats plus tard, armé de son bâton. On ne peut s'empêcher toutefois de noter l'aspect tribal amérindien de cette composition, une ambiance qui revient souvent dans les compos de l'artiste. Je me bornerai ensuite à dire que mon titre préféré de l'opus est « Last Po man » avec son rythme tressautant.

Au final, on regrette un peu les ambiances crépusculaires dont Steve deviendra ensuite le spécialiste. Ce deuxième opus se signale surtout par son ton frustre et son dénuement. Difficile de faire plus roots ! Et si vous appréciez le boues et le folk sans aucun artifice alors effectivement ce skeud semble taillé pour vous. A mon sens, il manque un peu de fond et surtout de drame, car même « The dead song » ne me semble pas porteuse d'une émotion tangible, seule « Salem blues » signale de ce point de vue. Question de goût sans doute, mais j'aime moins celui là que les autres ! Un 2 ,5.

A lire aussi en BLUES par ERWIN :


Johnny WINTER
Captured Live! (1976)
Jouissance guitaristique




Chris REA
Stony Road (2002)
Survivre


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Yellow Dog
2. Things Go Up
3. Cut My Wings
4. Fallen Of A Rock
5. Dog House Boogie
6. Save Me
7. Holo Low
8. Shirly Lou
9. My Donny
10. The Dead Song
11. Last Po' Man
12. Salem Blues
13. I'm Gone
14. One True



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod