Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY PROG ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

1973 Lucky Dog

HEAVY CRUISER - Lucky Dog (1973)
Par LE KINGBEE le 5 Septembre 2018          Consultée 173 fois

Formé en 1972, HEAVY CRUISER s’intègre parmi les nombreux projets de Neil Merryweather. Le groupe canadien repose en partie sur les cendres de Vacuum Cleaner et Mama Lion, Merryweather s’attachant les services du batteur Coffi Hall, membre des formations précitées, tandis qu’Hertz et Newton Howard y jouaient des rôles d’intermittents. Groupe éphémère, HEAVY CUISER ne connaît pas une discographie plus longue que ses prédécesseurs, deux albums viennent fleurir les bacs des disquaires.

Parmi le nombre incalculable de disques méconnus dont je fis l’acquisition à la fin des seventies, je me rappelle parfois certains couacs et aussi des surprises étonnantes. C’est sur les conseils d’un copain que j’ai acheté ce truc, probablement appâté par la pochette. Et oui, c’est parfois facile de séduire le quidam, ces clébards jouant aux cartes m’ont comme qui dirait tendu une carotte. Et puis à l’époque, le nom du groupe m’avait paru plein de promesses. En fait, en y réfléchissant de plus près, ce disque avait dû être retiré du bac où il prenait la poussière pour être placé en hauteur, bien en évidence, afin qu’un couillon se jette dessus.

C’est aujourd’hui l’impression que je garde de ce disque qui se négocie tout de même aux alentours des 50 €.

Si Mama Lion, groupe dans lequel figurait Lynn Carey pouvait attirer via le timbre joplinesque de cette ancienne mannequin devenue chanteuse, « Lucky Dog » ne parvient pas à surprendre par la qualité de son chant. Et pour cause, c’est le bassiste et fondateur Neil Merryweather qui se charge du micro.
En ouverture « Everytime I Hear Your Music » pourrait par son titre paraître un brin arrogant et surestimé, mais ce magma de Hard Prog Pop a au moins le mérite de ne pas s’éterniser. Le rythme s’adoucit avec « Mirrors In Your Eyes », un Folk Prog tendance Crosby Still Nash & Young dans lequel la guitare acoustique et la batterie essaient de maintenir une certaine cohérence. Le groupe s’oriente ensuite vers une sorte de sous EMERSON LAKE & PALMER avec « Where You Gonna Run To », un morceau qui comme son nom l’indique ne nous emmène nulle part, les claviers de James Newton Howard s’avérant intempestifs au possible. Et pourtant, le gars s’illustrera comme accompagnateur réputé avant de se lancer avec succès dans le domaine de la bande son hollywoodienne avec une liste d’impressionnants succès.
« Gotta Get Away » fait penser à du mauvais TOTO tandis que « Open Your Eyes » vient conclure cette première face avec un magma de Hard Prog patiné de Pop sans intérêt. On se dit que la face B ne peut que mieux commencer avec « You Really Got Me », grand classique indémodable des KINKS et seule reprise du disque. Mais encore une fois, le chant manque de conviction et l’orgue s’annonce carrément gonflant. Quand on connaît les reprises de STACK WADDY ou de MOTT The HOOPLE enregistrées la même année, sans parler de la future version de VAN HALEN, on se dit que le Croiseur Lourd se saborde de lui-même et aurait pu s’abstenir d’une telle reprise.
Changement de cap avec « Freefall Glider », un long Folk Blues de plus de cinq minutes contrastant avec le reste du disque, un morceau qui mériterait une mention par rapport au reste du disque. « Concrete Jungle » s’articule sur une sorte de Prog Rock hybride sans le moindre intérêt. « Supergirl » avec une guitare plus agressive pourrait dégager un semblant de vibrations plus cosmiques si les claviers faisaient preuve d’un brin de feeling. Le disque s’achève (enfin) sur un Rock Heavy qui, s’il n’a rien d’exceptionnel, a au moins le mérite de nous sortir de notre torpeur.
Cela faisait un sacré bout de temps que ce disque n’avait pas pris place sur ma platine. Ses récentes écoutes laissent à penser qu’il s'écoulera au moins aussi longtemps avant que le bras de ma platine vienne se poser dessus. Un disque peu captivant, plein de rides, des mélodies qu’on oublie dès leurs passages, un organiste pourtant réputé mais qui sonne parfois comme l’orgue Bontempi de mon petit neveu résument cette galette qui n’a rien d’une Nice Hand (jolie main au poker). Ce disque ne vaut aujourd’hui pas plus de 1,5 et encore les chiens joueurs de la pochette rapportent à eux seuls un ½ point.

PS : Si vous êtes collectionneur, sourd de préférence, nous pourrons certainement nous entendre sur une négociation. Le cœur gros, cette galette pourrait quitter ma discothèque contre un modeste billet de 20€.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par LE KINGBEE :


Freddy LINDQUIST
Menu (1970)
L'habit ne fait pas le moine!




MANFRED MANN'S EARTH BAND
Watch (1978)
Entre prog pop et rock un classique de la fin 70's


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Neil Merryweather (chant, basse, guitare acoustique)
- Alan Hertz (guitare)
- Coffi Hall (batterie, percussions)
- James Newton Howard (claviers, piano)


1. Everytime I Hear Your Music
2. Mirrors In Your Eyes
3. Where You Gonna Run To
4. Gotta Get Away
5. Open Your Eyes
6. You Really Got Me
7. Freefall Glider
8. Concrete Jungle
9. Supergirl
10. I'll Receive You



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod