Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1984 Fistful Of Metal
1985 Armed And Dangerous
  Spreading The Disease
1987 Among The Living
1988 State Of Euphoria
1990 Persistence Of Time
1991 Attack Of The Killer B’s
1992 Live Noize
1993 Sound Of White Noise
1994 Live The Island Years
1995 Stomp 442
1998 Volume 8 : The Threat...
2003 We've Come For You Al...
2004 Music Of Mass Destructio...
  The Greater Of Two Evils
2005 Alive 2
2007 Bbc Live : Caught In A M...
2008 Through Time P.o.v.
2011 Worship Music
2013 Anthems
2016 For All Kings
2018 Kings Among Scotland

ANTHRAX - Persistence Of Time (1990)
Par NESTOR le 10 Octobre 2018          Consultée 246 fois

L’été est fini, remisons les shorts à fleurs au placard et l’innocence des débuts : tel pourrait être la devise de ce cinquième album d’ANTHRAX. Un disque charnière qui fait office de trait d’union entre la période Thrash / Heavy guilleret des années 1985 à 1990, et la période plus sombre et lourde de l’ère John BUSH qui s’annonce.
Un positionnement un peu bâtard qui va grandement nuire à la réputation de ce Persistence of Time. Pourtant, au-delà de l’aspect purement marketing, qui voit le groupe se démarquer de l’image un peu décalée qui était la sienne jusqu’alors, il n’y a pas de changement profond entre ce disque et son prédécesseur. Même producteur, Mark DODSON, même line-up, et globalement même style.

Si évolution il y a, celle-ci est donc bien plus à trouver dans la disparition de l’imagerie fun du groupe que dans un changement de la structure ou de la tonalité des morceaux. Alors certes, un titre comme le véloce "H8 Red" présente un côté sombre assez inhabituel, et le féroce "Discharge" nous montre un groupe énervé comme jamais, mais pour le reste, nous sommes en territoire relativement connu. Tout au plus peut-on remarquer une tendance à moins se disperser et à aller à l’essentiel. Un essentiel qui rime souvent avec brutalité. Cela est notable avec les excellents et violents "Time" et "Keep It In The Family" qui, tout en restant proche de l’esprit des albums précédents, sont assez symptomatiques de l’orientation qu’ANTHRAX souhaite donner à sa musique. Si les titres musicalement plus variés sont assez rares, ils sont paradoxalement bien mis en valeur, par leur présence aux côtés de morceaux plus violents. C’est notamment le cas avec "One Man Stands", et surtout "Got The Time". Ce dernier, une excellente reprise de Joe JACKSON, est l’occasion d’apprécier le travail de Frank BELLO à la basse, au travers d’une introduction mémorable. Ses lignes de basse sont également magiques sur le très bon "Belly of The Beast".

Mais si on avait là matière pour que ce disque devienne un classique, la sauce ne prend que partiellement. Cette velléité qu’affiche le groupe de se recentrer vers un Thrash plus direct et plus velléitaire ne semble pas encore bien maîtrisé. Les musiciens se montrent impressionnants, comme c’est le cas de Dan SPITZ sur la quasi-totalité de ses soli ou bien de Charlie Benante sur un "Blood" qui le voit martyriser sa batterie de la plus belle manière qui soit. Mais on a le sentiment que le chant commence à être un peu en décalage avec le côté sombre et brutal des compositions, aspect qui est renforcé par des paroles qui abandonnent l’univers Comics & Evil qu’affectionnait jusqu’alors le groupe pour aborder des sujets plus matures, plus profonds et clairement moins hilarants. Si l'on ajoute à cela le fait que certains titres sont totalement dispensables, à l’image de "Gridlock", on obtient un album qui peine à dépasser le statut de « très correct ». Ce, alors qu’à la même époque METALLICA, MEGADETH, SLAYER et PANTERA viennent de sortir (où sont en passe de le faire) des albums majeurs.

S’il est certain que s’affranchir de l’imagerie comique dans lequel le groupe commençait à se trouver prisonnier était indéniablement le bon choix, et que les recettes employées ici étaient probablement les bonnes, le résultat n’en demeure pas moins assez mitigé. Et il faudra attendre l’arrivée de la voix agressive de John BUSH pour que la mayonnaise prenne et qu’ANTHRAX accède à une autre dimension. A ce titre, ce Persistence of Time est un bon album qui contient d’excellentes chansons aux ambiances pesantes, mais qui pèche un peu par manque de spontanéité et de ferveur.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


TRUST
Repression (1980)
Antisocial, tu perds ton sang froid.




TRUST
13 A Table (2008)
Toujours vivant et flinguant.


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Charlie Benante (batterie)
- Dan Spitz (guitares)
- Frank Bello (basse)
- Joey Belladonna (chant)
- Scott Ian (guitares)


1. Time
2. Blood
3. Keep It In The Family
4. In My World
5. Gridlock
6. Intro To Reality
7. Belly Of The Beast
8. Got The Time
9. H8 Red
10. One Man Stands
11. Discharge



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod