Recherche avancée       Liste groupes



      
HARPE CELTE INSTRUMENTALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Tri Yann, Myrdhin, Alan Stivell
 

 Musique Progressive Bretonne (339)

An TRISKELL - Telenn Vor (2003)
Par MARCO STIVELL le 24 Décembre 2018          Consultée 231 fois

Avec Telenn Vor, TRISKELL publie celui qui reste son disque le plus singulier depuis des lustres. La cause en est un choix double qui impacte fortement la musique et l'esprit global que l'on connaissait.

Pour commencer, il est entièrement instrumental. Ensuite, reposant essentiellement sur les harpes des frères Quefféléant, peu d'aspérités s'en dégagent. Par rapport à un Daou franchement diversifié, pour ne pas citer de plus anciens, Telenn Vor est un peu le "love songs" de TRISKELL.

Les douze morceaux proposés sont des ballades, parfois des danses mais avec un développement linéaire, et moins de surprises au niveau de l'orchestration qu'à l'accoutumée. Pas de synthétiseur ni de clavier autre que le piano. Peu de guitare à laquelle un cistre se substitue régulièrement. Il y a d'ailleurs une couleur baroque qui ressort avec bonheur au milieu de "Telenn Vor", le morceau, de même que lors de la variation de "Gourlenn", thème royal, parmi les plus réussis du disque.

Le reste est joli, à commencer par "Both Sides the Tweed" dont CAPERCAILLIE avait fait une version mémorable quinze ans plus tôt, morceau bien différent ici, et le plus audacieux car faisant intervenir l'accordéon de Jean-Marc Le Sieur, seule digression parmi les arrangements proposés. En matière de différence et de taille, on note aussi une refonte totale du morceau "Chall Ha Dichall" (album Kroaz-Hent, 1976), sans chant donc, les harpes donnant une tout autre sensation que celle du recueillement spirituel.

Les harpes, puisqu'on en parle, offrent un constat intéressant : Hervé Quefféléant délaisse davantage sa cordée métal pour rejoindre son frère Pol à la cordée nylon. Le choeur des deux instruments-fée s'en trouve autrement enchanteur, et on apprécie les quelques retours à la formule classique. Le violon, le piano et la cornemuse viennent se greffer avec le souci de ne point trop déranger.

C'est là que le bât blesse un peu car tout semble beau mais trop homogène. Telenn Vor n'est pas un album creux, mais il lui manque quelque chose pour se laisser retenir au-delà du simple plaisir de l'instant, ce qui n'est déjà pas un mal, certes ! De "Captain O'Kane" à "Traezen Heolieg", une série de standards bretons ou gaéliques nous sont servis avec des intentions claires et fortes, ce que l'on perçoit dans le jeu des instruments ; une ambiance plus intime, mais aussi routinière. Quant à "Daere", c'est un beau morceau pris à part, mais après tant de similitudes, il paraît un brin forcé.

Xavier Lecomte, Mickaël Cozien, Jacky Thomas, Patrick Audouin (architecte en chef, une nouvelle fois) apportent chacun leur pierre à l'édifice, solide dans la forme, que l'on ne remarque guère plus que cela, hélas. Le seul, vraiment le seul, qui puisse prétendre au rang de chef d'oeuvre, c'est le dernier titre, "Ar Beg Keltieg", comme si on avait gardé le meilleur pour la fin. Une danse de harpe et de cornemuse se trouve encadrée par une intro et une conclusion flottantes, merveilleuses, avec beaucoup de magie et qui semblent plus aérées que le reste de l'album réuni !

C'est un peu comme si, à travers ce morceau, les harpes retournaient à leur état naturel, la forêt de Brocéliande, le Miroir aux Fées, les landes bretonnes et gaéliques. Il faut dire que depuis 2003, TRISKELL n'a pas donné de successeur à Telenn Vor. En attendant, on a de quoi se retourner sur une carrière de fort belle qualité.

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


An TRISKELL
La Harpe Celtique (1977)
Doux et exquis, du vrai petit lait...




Denez PRIGENT
Live Holl A-gevret (2002)
Live au festival interceltique de Lorient 2001.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Hervé Quefféléant (harpes celtiques, tin whistle)
- Pol Quefféléant (harpe celtique)
- Patrick Audouin (guitare, piano, direction artistique)
- Mickaël Cozien (cornemuse écossaise)
- Jean-marc Le Sieur (cistre, whistles, accordéon diatonique)
- Xavier Lecomte (violon, violoncelle)
- Céline Destruhaut (flûte à bec)
- Jacky Thomas (contrebasse)
- Ewen Quefféléant (bodhrán)


1. Both Sides The Tweed
2. Telenn Vor
3. Carolan's Welcome
4. Planxty Sweeny
5. Enez Venan
6. Captain O'kane
7. Gourlenn
8. Aran
9. Chall Ha Dichall
10. Traezen Heolieg
11. Daere
12. Ar Bed Keltieg



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod