Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Lara FABIAN - Pure (1996)
Par BAKER le 14 Décembre 2018          Consultée 301 fois

Vous avez les albums qui ont mal vieilli et les albums qui n'ont pas vieilli parce qu'ils sentaient déjà la naphtaline. Et après un Carpe Diem que personne n'avait vu venir (et surtout pas votre serviteur), Pure et sa pochette... iconique disons sont là pour rappeler l'année 1996 à grands coups de clous dans la tête. Ce disque a été un immense succès populaire et médiatique. Ce disque a marqué une génération. Ce disque possède au minimum trois singles qui ont fait sensation. Et ce disque est plus marqué sur la fesse gauche qu'un taureau de ranch.

Il faut rappeler aux plus jeunes d'entre vous qu'à l'époque Lara FABIAN a été une grande star. Une grande star moquée, notamment par les Guignols (à l'époque où cette émission méritait une majuscule). Pour des raisons techniques : une voix omniprésente, très forte, très haute, très..... orchidoclaste par moments, il faut l'avouer, surtout quand c'est gratuit (et sur cet album, ça l'est parfois). Pour des raisons humaines aussi sur lesquelles je ne m'étendrai pas : ne parlons que de musique, on a déjà assez à faire sur ce sujet.

On a même pas mal de pain sur la planche car Pure se situe dans la catégorie des albums moyens : pas moyens comme corrects, mais moyens comme je fais la moyenne entre le bon et le mauvais. Le bon : il y a du soin, et la dame sait écrire parfois des mélodies sinon excellentes, du moins mémorisables. Prenez "Tout", la chanson d'intro et énorme succès, qui a oublié cette mélodie ? Prenez "Humana", avec son solo d'orgue devenu culte (surtout pour ceux qui l'ont vue en live en 2001), c'est mignon tout ça ; prenez "Alleluia" : c'est-t-y pas du poupou à son gnougnou ça ? Même "Je t'aime", "la fameuse", la pomme de discorde, l'objet du délit : on peut haïr cette chanson de tout son être, la conchier par tous les porcs de la peau (oui, les porcs, ça fait plus sale), il n'en reste pas moins que cette chanson, iconique elle aussi, est pas mal composée et bien arrangée, assumant sa grandiloquence sans fard.

Après, comme on l'a vu plus haut, Pure est un... "pure" produit de son temps. Ce disque a souffert de la progéria dès sa sortie. A tous les niveaux, y compris des textes, domaine que je n'attaque jamais sauf en cas de nécessité vitale. Or, les maladresses dans "Tout", dans "La différence", dans "Les amoureux de l'an 2000" (ZEU chanson caduque par excellence) sont difficilement surpassables. Tout comme le côté un peu tarte de certains morceaux : "La différence" est aussi cucul que socialement engagée, ça ne tient qu'à un cheveu qu'elle bascule du mauvais côté. "Urgent désir" aussi, et c'est bien normal, puisque mélodiquement c'est pratiquement "La différence". D'ailleurs, on ne la voit pas. La différence. J'aurais dû être comique, tiens. Ou parolier pour Lara FABIAN en 1996.

C'est donc ce qu'on retiendra le plus de ce disque : le fait qu'il soit daté, pas au niveau sonique, mais à un niveau plus global. En écoutant ces chansons, j'ai la tête de Lionel Jospin qui flotte devant les yeux. C'est une tranche de France, un instantané d'une fin de siècle, qui a douloureusement passé l'épreuve des saisons. D'autant que l'album précédent était largement plus varié, pêchu ; et d'ailleurs, pour l'appréciation globale, on ne prendra pas en compte le second morceau qui est... "Si tu m'aimes", de l'album précédent (Pure étant le premier album disponible en France, un peu à la Céline DION). Non, à part ce titre dix immeubles au-dessus des autres, "nouvelle version" ou pas, les chansons de Pure sont correctes. Sans plus, sans moins.

C'est sur le "sans moins" que je voudrais finir ma diatribe car il ne faut pas négliger que tous défauts mis à part, et notamment, c'est vrai, une légère tendance à l'over-singing (comme disait Ruquier : qu'est-ce que Patrick FIORI faisait à Lara FABIAN pour qu'elle gueule autant ?), notre Lara reste une musicienne efficace. "Ici" par exemple souffre de ne pas être ASSEZ épique - le comble ! et "Alleluia" est la preuve vivante que ce disque a mal vieilli car c'est une très bonne chanson tubesque qui se révèle totalement... en live. Et que les singles soient encore connus de nos jours n'est pas anodin. Bon, on se posera toujours des questions, notamment sur ce final... une version live en italien de "Perdere l'amore" (où l'on peut perdere l'audizione) ? Pure est donc un disque important commercialement, mais qui a peut-être donné durablement une mauvaise image de Lara FABIAN. L'écouter n'est pas la torture que l'on s'imagine ; mais ne procure pas non plus une extase à en courir partout comme un émeu. Comme un fou, comme un soldat.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par BAKER :


Céline DION
S'il Suffisait D'aimer (1998)
Une suite largement supérieure




Eddy MITCHELL
Racines (1984)
Album mythique, bicéphale et culte


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Lara Fabian (chant)
- Rick Allison (claviers, prog)
- Dave Pickell (claviers, prog)
- Charles Barbeau (claviers, prog)
- Daniel Seff (piano)
- Janey Clewer (claviers)
- Pierre Dumont Gauthier (guitare)
- Bruce Gaitsch (guitare)
- Benoit Clément (batterie)
- Rémy Malo (basse)
- Francis Covan (violon)
- François D'amours (saxophone)
- Jocelyn Couture (trompette)
- Luc Boivin (percussions)
- Zarzuela (choeurs)
- Catherine Léveillé (choeurs)
- Dominique Faure (choeurs)
- Julie Leblanc (choeurs)
- Vincent Thoma (choeurs)


1. Tout
2. Si Tu M'aimes (nouvelle Version)
3. J'ai Zappé
4. La Différence
5. Humana
6. Urgent Désir
7. Les Amoureux De L'an Deux Mille
8. Ici
9. Alleluia
10. Je T'ailme
11. Je T'appartiens
12. Perdere L'amore



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod