Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Joni Mitchell , Tracy Chapman

Joan BAEZ - Day After Tomorrow (2008)
Par DERWIJES le 5 Février 2019          Consultée 842 fois

Il ne fait pas bon vieillir dans le monde de la musique. Comment garder la flamme intacte, comment rester pertinent ? Pour chaque Leonard COHEN ou David BOWIE qui ont su répondre à ses questions avec grâce, combien de ROLLING STONES ou de WHO qui sont devenus des caricatures d'eux-mêmes ? A cette question épineuse le cas Joan BAEZ pourrait servir de cas de figure -et dans un bon sens.

Elle revint à la musique à la fin des années 80 à presque 50 ans en commençant d'abord par courir après les modes du moment avant de les adopter intelligemment durant la décennie suivante au travers d'albums réussissant à remettre sa musique à jour. Elle adopta la même manière de travailler en 2003 sur l'album Dark Chords on a Big Guitar, sur lequel elle reprenait le morceau « Christmas in Washington » de Steve EARL, sans savoir que ce musicien émérite issu de la country forgerait avec elle une alliance durable. Dans la tournée qui s'ensuit, il fait parti du groupe accompagnant Baez, et sa reprise de sa chanson « Jerusalem » est enregistré pour l'album live Bowery Songs.
Le temps passe et c'est en 2008 que les deux se retrouvent, cette fois-ci en studio, et avec Steve Earl à la production. Pour son 24ème album studio, Joan BAEZ lui confie un challenge de taille : ne pas réinventer sa musique, mais la recréer. Ne pas faire un album de Joan BAEZ qui serait à la mode, mais en faire un que l'on pourrait croire enregistré dans les années 60 au plus fort de sa période folk classique. Pour effectuer ce retour dans le passé, ils vont à Nashville accompagnés de musiciens acoustiques et Joan choisit soigneusement des chansons d'artistes contemporains qui puissent donner l'impression d'être des morceaux traditionnels issus des anciens songbooks.

Ces chansons abordent les thèmes politiquement chargés chers à Joan, comme la guerre, sujet présent d'abord sur « Scarlet Tide », écrit originellement par Elvis COSTELLO et chanté par Alison KRAUSS pour le film Cold Mountain se déroulant durant la Guerre de Sécession, et puis sur la chanson titre reprise de Tom WAITS et sa compagne Kathleen BRENNAN, que Joan joue seule avec sa guitare acoustique dans une version pleine d'émotions comme elle seule sait le faire. En dehors de la guerre, le grand humanisme de la Reine de la Folk se retrouve dans « Henry Russell's Last Words » racontant un désastre minier. Mais de toute la setlist, c'est indéniablement « Rose of Sharon » qui sonne le plus comme une chanson traditionnelle, au point que Joan elle-même avoue avoir été trompée au début.
En dehors de ces considérations, la musique n'est pas en reste. Partant du principe que « less is more », les chansons sont dépouillées autant que possible, et tous les instruments en plus de la guitare, comme le banjo, la guitare hawaïenne ou le violon, ne sont ajoutés que discrètement en arrière-plan pour laisser la voix et la six cordes de Joan rester bien audibles. Cette discrétion permet justement de les mettre en valeur comme le banjo sur les refrains de « Rose of Sharon » qui donne des petits frissons. Comment ne pas se laisser séduire par « God Is God » ou « I Am A Wanderer », que l'on pourrait jurer sortis d'un des premiers albums de Joan ? L'album se conclut sur « Jericho Road » qui rappelle que Joan s'essayait volontiers au gospel avec ce morceau a cappella de voix toujours aussi pure où elle n'est accompagnée que des claquements de mains et des chœurs de Steve Earl, Darrell Scott et Tim O'Brien, pour une nouvelle conclusion formidable comme souvent chez elle.

Oh, qu'elle a dû faire des envieux avec ce disque ! Ils sont peu nombreux, très peu nombreux, ceux et celles capables de faire tout aussi bien qu'avant. Day After Tomorrow est un disque honnête qui n'a pas été fait pour jouer sur la mode de la nostalgie mais parce que son auteure avait envie de le faire de cette manière. Impeccable de bout en bout, tout simplement irrésistible. 48 ans après la sortie de son premier disque, la boucle est bouclée.

A lire aussi en FOLK par DERWIJES :


Joni MITCHELL
Ladies Of The Canyon (1970)
Comme si on y était




Leonard COHEN
Thanks For The Dance (2019)
Dernière valse


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joan Baez (chant, guitare)
- Steve Earle (guitare, harmonium, tamboura, chœurs)
- Viktor Krauss (basse)
- Kenny Malone (batterie, percussions)
- Tim O'brien (violon, mandoline, bouzouki, chœurs)
- Darrell Scott (guitare, dobro, bouzouki, guitare hawaïenne, banjo)
- Thea Gilmore, Siobhan Maher-kennedy (chœurs)


1. God Is God
2. Rose Of Sharon
3. Scarlet Tide
4. Day After Tomorrow
5. Henry Russell's Last Words
6. I Am A Wanderer
7. Mary
8. Requiem
9. The Lower Road
10. Jericho Road



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod