Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Guy BONNET - Bonnet 1979 (1979)
Par MARCO STIVELL le 25 Mars 2019          Consultée 199 fois

"Vous ne saurez jamais, Mesdames et Messieurs, à quel point vous comprenez le Provençal, bien plus que vous ne le pensez !" Telle est la formule apposée sur le deuxième album de Guy BONNET, assez rare dans le commerce, d'occasion bien sûr. Il reste pourtant dans la ligne directe du premier, Moun Miéjour, avec un peu plus de langue française et un net meilleur du point de vue qualité.

Il faut s'y faire, l'empreinte du chanteur s'accorde avec une volonté de plaire au plus grand nombre, aux amateurs de variété et aux auditeurs de la bande FM, Provençaux compris. Le folklore s'arrête au dialecte et à quelques effets musicaux colorés, histoire de. Toutefois, Bonnet 79 est plus sincère que son prédécesseur dans un cas comme dans l'autre. Paru chez Metropole et distribué par Polydor, ce disque demeure injustement méconnu. C'est un certain Roland Romanelli qui gère les arrangements, comme il l'a beaucoup fait pour BARBARA depuis quelques années, ou ponctuellement pour pas mal d'autres grands.

Le talent de Romanelli n'est pas à prouver, il a cette double casquette du musicien à la fois ancré dans la tradition, grâce à son accordéon, et qui ne rechigne pas à la modernité (les synthétiseurs). En plus d'arranger, il joue et ramène sans aucun doute (les crédits sont succints...) ses copains habituels pour les orchestrations : Sauveur Mallia (basse), Jean-Paul Batailley (batterie), Patrice Tison (guitare)... On peut le supposer franchement, et ce n'est pas la qualité musicale qui ment à ce sujet.

Groupe solide pour une voix superbe. Guy BONNET est synonyme de mélodies et d'ambiances typiquement variété certes, mais ici, on ne retrouve pas les maladresses ni le caractère impersonnel de Moun Miéjour. Que ce soit de la pop-reggae soft, typique de cette fin d'années 70, ou alors des ballades brumeuses aux senteurs fortes de claviers, piano ancien ou nouveaux types analogiques, cet album fait preuve d'une chaleur certaine et appréciable, d'un propos maîtrisé où l'on ne trouve rien à redire, ou presque.

La complainte vocale de "Sian pancaro mort" ("nous ne sommes pas encore morts !") nous séduit autant que la force de son texte, en faveur de la défense des langues et des cultures régionales en France. "Jougant dou flahuteu" ("en jouant du fluteau") propose un chant d'enfant pour des paroles légères, mignon comme tout. D'ailleurs, voilà une belle occasion d'entendre quelques galoubets et ce n'est pas terminé ! À côté de cela, "La font" ("la source"), fable cruelle et fantastique est un morceau très joli, héritage des ballades folk comme on en entendait une décennie plus tôt.

C'est le seul titre que BONNET a écrit en plus de l'avoir composé ; sinon, la plupart des paroles viennent des efforts de Pierre Vouland (comme sur le premier album) et Jean-Pierre Lang. Autre exception, "Li fabre" ("les forgerons") adapte un poème du félibre Théodore Aubanel, compagnon de Frédéric Mistral, aux images bien fantastiques elles aussi, tout en sortant la grosse artillerie musicale : blues-rock, percussions africaines, basse funk, synthétiseurs virevoltants, et bien sûr la puissance de l'interprète vocal.

"C'est ma ville", un des rares titres en français, est un splendide piano-voix auquel Romanelli ajoute son accordéon. Difficile de ne pas se laisser porter par l'atmosphère brumeuse du "Viei village", chanson poignante qui évoque l'urbanisme de masse, de plus en plus développé alors. La fin' amor en chanson moderne de "Vous dirai pas soun noum", la marche cavalière de "Un parèu de bano" (sur les traditions provencales très liées aux taureaux), le chant religieux de "Vai en pas", tous ont leurs qualités indéniables. Juste, "Chanteur de profession" ne se hisse pas au même niveau, la faute à des choeurs un peu trop léchés et présents, malgré un beau solo de guitare. Autrement, Bonnet 79 est un disque plaisant, à redécouvrir !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


ZUCCHERO
Blue's (1987)
Tubes, invités prestigieux et Miles Davis.




AMéLIE DANIEL
Oiseau De Nuit (2017)
Bel oiseau.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Guy Bonnet (chant)
- Roland Romanelli (claviers, accordéon, direction musicale)
- Chorale La Cardelino


1. Sian Pancaro Mort
2. Vous Dirai Pas Soun Noum
3. Un Parèu De Bano
4. Li Viei Village
5. Jougant Dou Flahuteu
6. Vai En Pas
7. C'est Ma Ville
8. Li Fabre
9. Lou Gardian
10. Fau Te Boulega
11. La Font
12. Chanteur De Profession



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod