Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIéTé-POP FRANçAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Nolwenn LEROY - Histoires Naturelles (2005)
Par MARCO STIVELL le 4 Août 2019          Consultée 245 fois

Nolwenn LEROY entretient bien son succès, mais pour la réussite artistique, il faut attendre son deuxième effort discographique en décembre 2005. Elle bénéficie d'un soutien de taille, Laurent VOULZY, dont le nom ressort mieux qu'aucun autre étant donné son rang, valeur sûre de la chanson pop française. Il y a d'autres éléments de choix, à commencer par Frank Eulry, musicien et directeur qui a travaillé avec LIO, BUZY, Jil CAPLAN, Jane BIRKIN, mais aussi Thierry Ardisson pour le générique de l'émission Lunettes Noires, le groupe américain SPIRIT, et à cette époque, proche de VOULZY sur les albums de ce dernier. Tout petit monde que celui de la musique et notamment en France ! D'ailleurs, parmi les noms de musiciens présents : Christophe Deschamps, Laurent Vernerey, Sébastien Chouard, Eulry et VOULZY forcément. On peut s'attendre à du beau.

Mieux que ça, Histoires Naturelles est l'album qu'une chanteuse variété-pop est en droit d'espérer publier un jour, en France surtout. Son seul point négatif serait de miser encore trop sur différentes plumes, comme son prédécesseur, chose que la demoiselle reverra ensuite pour le suivant. L'esprit change un peu au moment du troisième et du quatrième morceau dans le traitement sonore, avec la reprise du groupe anglais BEN'S BROTHER, "Find Me an Angel", ici "Mon ange", dédiée à une petite fille disparue. Cette ballade émouvante reçoit plusieurs distinctions lors de sa parution en single. Une ou deux autres comme "Reste encore" emploient une production r'n'b ou même rock français mainstream d'époque ("Rien de mieux au monde") mais avec fraîcheur, beaucoup mieux que sur le premier album de Nolwenn LEROY quand c'était le cas.

Histoires Naturelles n'est pas un album terne, ni terre-à-terre. VOULZY introduit de plus en plus d'éléments électroniques dans son écriture, chose que l'on constate bien sur les premier et dernier morceaux, dont les textes ont été écrits par Monsieur Alain SOUCHON. On ne change pas une équipe qui gagne ! "J'aimais tant l'aimer" est presque expérimental vu le traitement de la batterie, l'emploi de la chorale ; un crescendo émotionnel et instrumental qui sied fort bien à cette chanson triste et magnifique.

"Nolwenn Owho !" est le single principal de l'album, bien à la VOULZY : début onirique, arpège de guitare fort, choeurs féminins hautement séduisants, pop adolescente et même enfantine avec certains couplets chantés comme ceux d'une comptine. Chose rare, le Guadeloupéen peut écrire à la première personne avec de beaux airs féminins, alors il ne se prive pas, et dans la voix de Nolwenn, c'est splendide. Avant cet album, elle n'a jamais aussi bien exploité les possibilités de son timbre, mesuré ses intonations lyriques. Le morceau est efficace, un vrai tube !

Dans le même ordre d'idée, "Histoire naturelle", la chanson, fait preuve d'une qualité similaire dans sa progression mélodique, ses envolées de cordes, l'opposition entre couplets graves et refrains en voix de tête. Ce titre aurait pu être de VOULZY ! Pareil pour "London Fantasy", hommage aux années 60 et aux BEATLES en bonne et due forme, une ballade superbe et riche à son tour. Parmi les autres apports extérieurs, on peine à reconnaître, derrière le très joli "Enfant cerf-volant", l'empreinte du Lyonnais KENT, ancien meneur punk du groupe STARSHOOTER, et à côté de son père, VOULZY fils (Julien) offre une fragile "Endormie" à l'orchestration plutôt classique.

C'est beau, vraiment beau, et dans la majorité des cas, les nouveaux moyens de production se trouvent dosés avec style et élégance. En dehors de "Nolwenn Owho !" et "J'aimais tant l'aimer", là où la paire Eulry/VOULZY père fait le plus fort, c'est quand il s'agit de faire ressortir la fée-reine bretonne qui réside en LEROY, tant au niveau textuel que musical, et telle qu'on nous l'avait promis sur le meilleur morceau du disque précédent ("Suivre une étoile"). Cela commence vraiment avec "Mystère" et ses références historiques, exotiques, ensorceleuses et se poursuit avec "Mélusine", autre chanson-fleuve intelligente, sans parler de l'enchaînement "Les chimères" (court instrumental)/"Le rêve des filles", harpe et autre instrumentation celtique garantie, bien que programmée aux synthétiseurs new-age (sauf la flûte, jouée par Nolwenn). Excellent, épique, envoûtant, album bleu azuré... Réussite artistique !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Jacques DUTRONC
Dutronc Au Casino (1992)
Un des plus grands disques live français




ANGE
? (2005)
A toute bonne question, une bonne réponse.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Nolwenn Leroy (chant, flûte)
- Frank Eulry (claviers, programmations, arrangements des co)
- Laurent Voulzy (guitares, claviers, basse, programmations)
- Christophe Deschamps, Fabien Haimovici (batterie)
- Sébastien Chouard (guitares)
- Laurent Vernerey (basse)
- Frédéric Renaudin (piano)
- Anne Gravoin (violon)
- Jean-claude Auclin (violoncelle)
- Nora Cismondi (cor anglais)
- Kay, Yasmin Shah (choeurs)


1. Nolwenn Ohwo !
2. L'enfant Cerf-volant
3. Reste Encore
4. Mon Ange
5. Histoire Naturelle
6. Rien De Mieux Au Monde
7. Mystère
8. Les Chimères (instrumental)
9. Le Rêve Des Filles
10. Endormie
11. London Fantasy
12. Mélusine
13. J'aimais Tant L'aimer



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod