Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 6)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hiromi

The WHO - A Quick One (1966)
Par MR. AMEFORGEE le 3 Mars 2007          Consultée 6611 fois

Paru quasiment pile un an après My Generation, le second album des Who s’inscrit dans sa continuité (le rythme bondissant du titre d’ouverture renvoie au fameux « My Generation »), même si l’empreinte R&B se trouve largement minimisée au profit de la facette pop héritée des Beatles et des Beach Boys. A Quick One passe pour être assez anecdotique dans la discographie des Who et il faut bien avouer qu’il ne fait pas montre d’une personnalité bien affirmée, même si l’on décèle déjà une certaine ambition, comme l’expérimentation de quelques sonorités « originales » et la présence d’un « mini opéra-rock » le laissent entendre ; un certain travail sur les arrangements suggère également que le groupe ne délaisse pas toute ambition, bien au contraire.
Conséquemment, il serait contestable d’affirmer qu’il s’agit d’un mauvais album. En vérité, il s’écoute avec facilité et sans déplaisir, dans la mesure où aucun titre n’est vraiment faible. Le côté sucré et formaté y est probablement pour quelque chose, mais quand la recette fonctionne, on ne peut pas complètement cracher dans la soupe.

Ainsi donc, on passe à des titres comme « Run Run Run », « I Need You » rehaussé de quelques arrangements d’orgue, « Don’t Look Away », qui taquinent l’oreille de quiconque n’est pas insensible à la pop beatlesienne première période, à des morceaux tels l’entraînant « Heatwave », qui donne envie de surfer sur la vague en mangeant des bananes flambées (il s’agit d’une reprise d’un morceau à la coloration plus soul à la base), un sympathique « See My Way », ou bien encore un très accrocheur « So Sad About Us », qui nous renvoient directement aux Beach Boys.
A côté de ça, on relèvera toujours quelques pistes plus aventureuses, quoique dans l’ère du temps : un intéressant « Boris the Spider », empreint de psychédélisme enfumé qui se retrouve dans le jeu de guitare et le travail vocal (le chœur délirant nous évoque davantage le Queen du « Prophet’s Song », neuf ans avant, que les Beach Boys), un puissant et festif instrumental « Cobweb and Strange » (Keith Moon y délivre une prestation énorme), renforcé d’un jeu de cuivres, et enfin le clou du spectacle, terminant le disque : « A Quick One, While He’s Away ».
Ce mini-opéra, qui dépasse les neuf minutes, est tout simplement un petit bijou (et une sombre histoire de sexe, ouais!). Décomposé en six sections toutes plus accrocheuses les unes que les autres, le morceau puise une partie de son inspiration, notamment rythmique, dans les musiques folks (irlandaise pour l’intro, et surtout country), mise au goût du rock, avec une petite touche de folie, d’humour, et pour finir un important travail de chœur à l’appui. L’idée de chanter à tue-tête des « cellos-cellos-cellos » à l’endroit où le groupe voulait rajouter des arrangements de cordes, refusés par le producteur, est à ce titre particulièrement savoureuse. Le seul défaut que l’on pourrait lui attribuer serait qu’il ne s’agit pas de la meilleure version qui existe : celle du Live à Leeds, pleine de fougue, la surpasse largement ; ici la production tend à donner un côté un peu lisse et poli à l’ensemble. Les instruments ne crachent pas assez la purée, si l’on peut dire.

En définitive, A Quick One, comme son nom l’indique, n’est pas l’album ultime. Sympa, il porte profondément le sceau des groupes qui ont influencé les Who et laisse, malgré tout, au détour de quelques bons titres, entrapercevoir un visage un peu plus aventureux et personnel. Les albums suivants en seront la confirmation.

A lire aussi en ROCK par MR. AMEFORGEE :


The WHO
My Generation (1965)
Les qui mettent les pieds dans le plat

(+ 1 kro-express)



LOUISE ATTAQUE
Louise Attaque (1997)
Allez viens, j't'emmène au vent!..

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MR. AMEFORGEE

 
   MARCO STIVELL

 
   (2 chroniques)



- Roger Daltrey (chant)
- John Entwistle (basse, chant)
- Keith Moon (batterie)
- Pete Townshend (guitare, chant)


1. Run Run Run
2. Boris The Spider
3. I Need You
4. Whiskey Man
5. Heatwave
6. Cobwebs And Strange
7. Don't Look Away
8. See My Way
9. So Sad About Us
10. A Quick One, While He's Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod