Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Marcel DONNE - Chariots Of Sid (2018)
Par BAKER le 8 Novembre 2019          Consultée 68 fois

Nous voilà déjà au cinquième et dernier volet du projet Sidologie. Et après près de 5 heures de musique allègrement piquée à Jean-Michel JARRE, Marcel DONNÉ termine son oeuvre sur une petite pirouette. On change pour un autre poids lourd de la musique électronique : le sieur VANGELIS. Et le ton est donné dès l'intro. "Hypersports" de Konami était célèbre pour bien des choses et notamment sa rendition du "Chariots of Fire" adapté par Martin Galway. Eh bien Marcel se fait un plaisir, monstrueux, palpable, divin, de reprendre cette musique iconique dans une version glorieuse, pompeuse à l'extrême, très fidèle du coup. Et dans un 5.1 fantastique et épique, ELLE (n'est-ce pas cher ami hellénique ?).

Cette introduction ne peut que faire sourire. Elle met dans de très bonnes conditions, et le titre suivant, "Ocean Loader", aux forts relents 1492, confirme l'impression initiale : pour VANGELIS aussi, DONNÉ sait y faire, reprendre les codes, les superpositions de sons, les coquetteries de production. Las ! Avant de vous voir vous exciter comme des puces, il convient de mettre les choses au point : oui, ce dernier volet est tout à fait croquignolet, très écoutable en fond sonore comme en immersion, il n'est guère ennuyeux et sait distiller un bien-être auditif certain. Mais attention, notre claviériste a choisi de ne s'attaquer qu'à une seule facette de VANGELIS, son côté new-age, mélodique lent et joli en mode majoritairement majeur (NDLR : Ah oui, très belle celle-là !).

C'est donc avec beaucoup de plaisir mais aussi un peu de regrets que l'on suit des pérégrinations électroniques agréables, mélodiques, ambiancées, mais aussi répétitives. Le souci de cet album, c'est qu'il reste au milieu de la ligne toute tracée et n'essaie pas le coup de bluff des autres épisodes (à part donc cette intro !). Non, le ton est donné et ne bougera pas : soit c'est la mélodie qui emporte l'adhésion ("Monty High Score" avec son traitement magnifiquement Antarctica), soit c'est la prod avec ses cohortes de nappes enveloppantes ("Panther"). On ne se lasse à aucun moment, c'est probablement ça le plus important, et le disque, long, est parsemé de quelques moments un peu plus forts que les autres. "Sweet", par exemple, qui lorgne vers la new-wave pure et dure et se permet un solo de synthé de fort bon goût. "Thanatos" évidemment occupe une place de choix, la sublime mélodie de Julian Breeze étant carrément retravaillée, mais ce qu'elle perd en nostalgie, elle le conserve (pas gagne, c'était impossible) en majesté.

"Nemesis" se permet des changements d'accords très prog et jouissifs, et le final "Stationary Ark" avec son adorable contrepoint à la clarinette électronique permet, au bout de 78 minutes, de comprendre enfin pourquoi ce CD final est un peu à part : avec ce son, ce style, cette influence, on dirait * VRAIMENT * qu'on écoute un album de la série Synthétiseur. Ce n'est pas une mauvaise chose. Pas du tout même ! C'est juste que ce n'est pas exactement ce que certains (...bon, OK, moi) attendaient. Par contre les amateurs d'électro soft et feng shui seront aux anges : à part "Yie Are Kung Fu 2" qui n'a un intérêt que cosmétique, ça se laisse écouter. Prenez "Commando High Score", classique parmi les classiques : c'est décevant par rapport à l'original, mais est-ce mauvais ? En aucun cas.

C'est ce qu'on retiendra globalement de ce Project Sidologie. Les intentions étaient probablement plus brillantes que le résultat final, mais il ne faut surtout pas sous-estimer ni le travail colossal abattu par Marcel DONNÉ, ni les quelques fulgurances qui sont franchement bonnes, ni surtout le pari de "faire comme JARRE" qui a été très largement gagné. Il faut se rappeler qu'il s'agit d'un disque qu'on appelle communément "semi-professionnel". Et en ce sens, je trouve le résultat d'autant plus sympathique qu'il a été en prime mixé, je le répète mais ça fait du bien, dans un 5.1 formidable et très largement supérieur à BEAUCOUP - j'insiste, * BEAUCOUP * de mixages surround professionnels de "grands" groupes. Collection à s'offrir ? En vinyl c'est beau mais cher et la sélection des titres est à mon sens discutable. En CD ? C'est déjà plus sympathique, plus "anthologique".

En blu-ray à 21 euros les 6 heures de musique en 5.1 immersif et relaxant ? Il n'y a même pas de question à se poser.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


CARPENTER BRUT
Carpenterbrutlive (2017)
Un bilan sous forme de live furibard




SPACE ART
Trip In The Center Head (1977)
C'est un grand pas pour...space art !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Marcel Donné (claviers, prog)


1. Chariots Of Hypersports
2. Ocean Loader 2
3. Armageddon Man
4. Times Of Lore
5. Nemelink
6. Panther
7. Sweet
8. Thanatos
9. Skyline
10. Storm
11. Yie Ar Kung-fu 2
12. Brooding
13. Monty On The Run High Score
14. Nemesis The Warlock
15. Commando High Score
16. Stationary Ark



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod