Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL/POP  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Diana ROSS - Ross (1983) (1983)
Par DERWIJES le 29 Novembre 2019          Consultée 176 fois

RCA, la nouvelle maison de Diana ROSS, était bien embêtée. Certes, les deux premiers albums de Diana chez eux avaient été de gros, gros succès, mais le petit dernier Silk Electric ne brille pas vraiment en termes de vente. Heureusement ils ont de quoi redresser la barre : Ross a prévu de donner une série de concerts gratuits à Central Park, un évènement qui s’annonce déjà hyper-médiatisé. Flairant là une occasion de se faire des biftons sans trop d’efforts, ils ont vite fait de convaincre Diana de retourner en studio. Mais pas question qu’elle s’occupe elle-même de la production cette fois-ci ! Son travail sur Silk Electric a été la principale cible des critiques, ce coup-ci elle aura l’aide d’un professionnel. Le choix de Diana se porte sur Gary KANTZ, le producteur de STEELY DAN. Pas bête, la guêpe ! Steely Dan est ze référence en matière de production soignée, en embauchant Kantz elle s’assure d’être aux antipodes de Silk Electric. Et pour faire encore mieux elle embarque aussi Ray PARKER Jr dans l’affaire… Mr. Ghostbusters, oui, mais qui est avant cela un musicien de studio réputé.

Jusque-là tout va bien. Les concerts de Central Park sont excellents pour son image : ce sont des concerts donnés pour la charité…Une mode de l’époque, mais Ross a sorti les gros moyens pour se distinguer du reste, entre grosses sommes et grosse scène. Mais pas de chance, le premier concert est annulé par la pluie torrentielle, la foule doit être évacuée devant une Diana stoïque qui était prête à braver les éléments… Puis le second concert est perturbé par des voyous que la police a du mal à évacuer. Mais cela n’empêchera les médias d’encenser Diana. Et si les gars de la RCA refusent de sortir un album live du concert, ils se disent que c’est le bon moment pour sortir un album studio : hop hop,"Pieces of Ice" est puis tout le disque sont balancés tels quels au public, avec le strict minimum niveau promotion. Pourquoi s’embêter avec ça quand tout le monde parle déjà de Diana ROSS ?

Mais bon, pas de bol, le disque ne sera pas un succès. "Pieces of Ice" se classera difficilement dans les charts et ne sera jamais repris, ni en concerts ni sur les nombreuses compilations et autres box-sets depuis publiés. Et le reste de l’album ne fera pas mieux, devenant avec le temps le vilain petit canard de la discographie de la diva. La faute à qui ? Niveau vente on aurait envie de dire la faute aux pontes de la RCA qui ont sortis l’album sans préparer le terrain convenablement, la faute à Michael JACKSON qui ne laisse pas de place à la concurrence, la faute au public qui se lasse d’avoir sa dose annuelle de Diana ROSS entre deux concerts et dix apparitions à la télé ? Ou alors, peut-être juste parce que l’album n’est pas terrible ?

Ah oui, là on est loin de Silk Electric, c’est sûr. La production est im-pe-cca-ble. Il n’y a pas un pet de puce, c’est beau, c’est lisse… comme du STEELY DAN, mais en moins élaboré. Pourtant Gary Kurtz a bien convaincu la moitié du groupe Donald FAGEN à venir écrire une chanson pour Diana : ça s’appelle "Love Will Make It Right", c’est 100% synthés biodégradables et ça ressemble comme deux gouttes d’eau à ce qu’il propose sur son album solo The Nightfly. Comme j’aime bien Steely Dan et Donald Fagen ça en fait mon morceau préféré de l’album, logique. Mais du coup un disque à l’inverse de Silk Electric, ça veut aussi dire un disque qui ne prend pas de risques… Et là ça coince. Bah ouais, je suis vieux jeu moi, j’aime bien quand un artiste ne reste pas sur ses acquis, surtout quand il (ou elle, dans notre cas) vient justement de prouver qu’elle s’en sort très bien quand elle va voir ailleurs. Ross ’83 c’est huit morceaux pour trente-cinq minutes de pop-soul eighties martelées à grands coups de synthés et de rythmiques syncopées.

Passe encore sur "That’s How You Start Over" qui est bien construite, et puis "Love Will Make It Right", parce que je suis sympa, mais arrivé à "You Do It" on a envie de leur dire qu’il faut varier un peu les plaisirs dans la vie… Non, je suis méchant, les deux morceaux apportés par Ray Parker Jr, "Love Or Loneliness" et "Up Front" sont un peu au-dessus de la moyenne.

Pour aller au plus court, cet album est chiant. D'abord parce qu’on s’ennuie, et puis surtout parce qu’il n’est pas intéressant. Je le compare une dernière fois avec Silk Electric : vous avez à ma gauche un album loin d’être parfait mais qui n’avait pas peur de prendre des risques, et vous avez à ma droite un gentil petit disque bien produit, bien sage, qui reste dans les clous bien gentiment. Ne comptez pas sur moi pour réhabiliter ce disque… On l’oublie, et on passe à la suite.

A lire aussi en POP par DERWIJES :


TEENAGE FANCLUB
Songs From Nothern Britain (1997)
De la chanson comme fenêtre.




Charlie WINSTON
Square 1 (2018)
Le hobo revient chez lui.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. That's How You Start Over
2. Love Will Make It Right
3. You Do It
4. Pieces Of Ice
5. Let's Go Up
6. Love Or Loneliness
7. Up Front
8. Girls



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod