Recherche avancée       Liste groupes



      
MEMPHIS SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Don BRYANT - Precious Soul (1969)
Par LE KINGBEE le 14 Janvier 2020          Consultée 100 fois

Le titre de ce disque est à prendre très au sérieux, Don BRYANT nous distillant ici quelques perles de Memphis Soul. Donald Maurice Bryant voit le jour à Memphis en 1942. Rejeton d’une famille de dix enfants, il commence à chanter dès cinq ans dans la paroisse où son père Edward se produit au sein des Four Stars Of Harmony, une troupe religieuse comme il y en a tant. A treize ans, il rejoint quatre de ses frangins au sein des Five Bryant Brothers, on ne peut pas faire plus explicite comme nom de groupe. La formation se transforme en The Quails. Il enchaîne avec son frère James avec un nouveau groupe The Four Canes, nom en rapport avec leur manager du moment, le disc-jockey Don "Cane" Cole. Suite à une mésentente avec l’impresario, la formation devient The Four Kings. Outre James Bryant, le quatuor comprend Lionel Byrd et Elvin Lee Jones (futur Ovations). En prospection pour son label, Willie Mitchell remarque le groupe et le signe aussitôt. Dans un premier temps, l’ensemble se produit sur scène avec l’orchestre du producteur arrangeur. En 1958, la formation met en boîte ses deux premiers et seuls singles pour Stomper Time Records, jusqu'à sa dissolution en 1963.

Don Bryant va enregistrer une poignée de duos avec Marion Brittnam (ancienne chanteuse des Drapels de Wendy René) et passe à la vitesse supérieure avec une poignée de singles se comptant sur les doigts des deux mains. Si Don, à l’instar de nombreuses chanteuses et chanteurs de l’époque, colle à son répertoire les grands succès du moment, ses disques ne connaissent aucune réussite, malgré des dons d’imitation.
Paradoxalement, ce manque de succès va lui permettre de se faire un nom. Producteur de génie, arrangeur hors pair, excellent chef d’orchestre, vrai visionnaire Willie Mitchell va cantonner son poulain à l’écriture, registre pour lequel il se fait rapidement remarquer en accumulant les cartons pour les autres (Willie Clayton, Otis Clay et bien sûr Ann Peebles qui décroche le pompon avec "99 Pounds", "Part Time Love" et "I Can’t Stand The Rain"). Les deux tourtereaux finissant par convoler en justes noces en 1974.

En dehors de prolifiques compositions, Don Bryant n’a enregistré qu’un duo avec son épouse en 1981, l’auteur s’en ait retourné à ses premiers amours : le Gospel. En 2017, presque un demi-siècle après avoir enregistré « Precious Soul", Bryant fera un surprenant retour gagnant "Don’t Give Up On Love" édité par Fat Possum, témoignant qu’il était un véritable survivant de la Soul sixties et seventies.

Curieusement, alors que Bryant s’avère un excellent songwriter, on ne trouve ici que des reprises. "She’s Looking Good", petit hit de Rodgers Collins, lance le disque sur de bons rails, ceux de l’énergie et du Funk. Si Wilson PICKETT avait monté le titre dans les charts en 68, Don nous délivre ici une version surprenante par son apport de vitamines. A noter qu’Eddy Mitchell adaptera le morceau avec "Elle me voit beau", titre figurant sur "7 Colts Pour Schmoll". Le rythme s’atténue sur "Wonderful One", un inusité du trident Holland/Dozier/Holland enregistré par Marvin GAYE. Là, Bryant efface toute trace des chœurs figurant dans la l’original, on préfère l’orchestration de la section Hi par rapport à celle de la Motown bien trop sucrée. Même chose pour le chant, celui de Gaye étant trop maniéré à notre goût. La version originale figure au générique du film Bowfinger, Roi d’Hollywood, une comédie avec Steve Martin et Eddie Murphy. Don Bryant alterne judicieusement avec les rythmes, changeant les colorations de sa palette à chaque piste.
Parmi les morceaux en mid tempo, il nous assène une bonne livraison de "Can I Change My Mind", grand succès de Tyrone Davis, restant un peu près dans les pas de l’original. Si le titre sera repris à la sauce Ska et Reggae par Alton Ellis et Gregory Isaacs, à la sauce Blues par Guitar SLIM Jr et Boz SCAGGS, le chanteur dégage ici assez de peps pour donner envie de danser à tout un chacun.

Don Bryant excelle dans les douceurs proches de la Deep Soul. "Slip Away" avec sa grosse ligne de basse reste quasi voisin de l’original de Clarence Carter, c’est autre chose que le massacre perpétré par Popa Chubby. Autres suavités : "For Your Precious Love", immortalisé par Jerry Butler & The Impressions, si le titre a été maintes fois repris c’est l’orchestration qui fait la différence, la Hi-Section avec les frères Hodges sonne moins guimauve que l’originale de Butler. Un morceau dans la lignée de celle d’Otis REDDING qu’on retrouvait dans la bande originale du film Ne le dis à personne. Hommage appuyé au Godfather avec "Try Me", avec une intro sous roulements de tambour, Bryant n’oublie pas de citer le nom de l’auteur. Les chœurs apportent une touche céleste alors que les pizzicatos de guitares sont atténués. Prototype de la ballade guimauve, "When Something Is Wrong With My Baby", compo du tandem Hayes/Porter. Enregistrée par Charlie Rich mais restée inédite pendant plus de vingt ans, la chanson sera popularisée par Sam & Dave et reprise sous forme de duo (Otis Redding/Carla Thomas – Linda Ronstadt/Aaron Neville – sans oublier Patti LaBelle/Travis Tritt⃰). Le titre le moins captivant de l’album. C’est un intemporel qui clôt le disque avec "Cry Me", célèbre création de Bert Russell et Jerry Ragovoy enregistrée par Garnet Mimms et popularisée bien après par une célèbre rouquine, membre du Club des 27. Certains auront une préférence pour la version de Mimms, celle de Don Bryant sonnant un brin trop boogaloo à nos oreilles.

Si Don Bryant s’avère remarquable sur les ballades Deep Soul et sur les titres langoureux, c’est sur les titres hautement vitaminés qu’il surprend le plus. Le chanteur prouvait dès le départ qu’il était à l’aise sur des titres dansants. Son interprétation de "Funky Broadway" se situe au niveau du rythme entre celle de Dyke & The Blazers (l’originale) et celle de Wilson PICKETT. Une version bien supérieure à celle proposée par Diana ROSS & The TEMPTATIONS vraiment mou du genou. Autre grand moment avec une seconde visite à la doublette Porter/Hayes avec "Soul Man" propulsé dans toute la planète par SAM & DAVE. Si les Blues Brothers relanceront le titre dans les dance floors du monde entier, l’interprétation de Don Bryant s’avère excellente. Dernier morceau dédié à la danse avec "Land Of 1000 Dances" création de Chris KENNER repris par tout un parterre de cuisiniers. Si on se souvient généralement de la version de Wilson PICKETT ou de la version Live de Tina TURNER, le morceau connaîtra de curieuses mixtures via Patty SMITH, GUN CLUB en Punk Rock, ou Joan BAEZ a cappella ou The Action en Garage. L’ancien footeux Vinnie Jones et futur acteur en chantera une version crédible sans oublier le reggaeman Ini Kamoze avec sa variante "Here Comes the Hotstepper". Don Bryant nous invite ici à nous lever de notre chaise pour qu’on se viande les pinceaux sur les pas du poly, du mashed potato et d’autres danses à la mode : "Got to know how to pony - Like Bony Maronie -Mashed potato-Put your hand on your hips, yeah … Na-na-na-na, I need somebody to help me say it one time".

Don Bryant nous délivre ici un disque de toute beauté dans lequel figurent de nombreuses palettes du Memphis Sound. Le chanteur est dans son élément aussi bien sur les ballades et les mid tempos que sur les rythmes échevelés. On appréciera également la qualité de l’orchestration et des arrangements. La Hi Section, étant pour beaucoup dans la qualité des enregistrements. Le disque, longtemps introuvable, a connu un pressage français et vient d’être réédité en format CD par le label japonais Solid Records. Note réelle 3,5.

⃰ Chanteur de Country, Travis Tritt a milité avec ferveur en faveur d’une intervention de l’armée américaine en Irak.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


The STAPLE SINGERS
Be Altitude:respect Yourself (1972)
Le disque qui donne envie de boire du vin de messe




Bettye LAVETTE
Souvenirs - The Complete Atlantic/atco Recordings (2000)
Une des plus belles voix soul


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Don Bryant (chant)
- Mabon 'teenie' Hodges (guitare)
- Leroy Hodges (basse)
- Charles Hodges (claviers)
- Howard Grimes (batterie)
- Andrew Love (saxophone)
- Wayne Jackson (saxophone)


1. She's Looking Good
2. (you're A) Wonderful One
3. Funky Broadway
4. Can I Change My Mind
5. Soul Man
6. Land Of 1000 Dances
7. Slip Away
8. For Your Precious Love
9. Expressway To Your Heart
10. Try Me
11. When Something Is Wrong With My Baby
12. Cry Baby



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod