Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY-PROG-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Marko HIETALA - Pyre Of The Black Heart (2020)
Par BRADFLOYD le 25 Mars 2020          Consultée 272 fois

Profitant du congé sabbatique d'un an que NIGHTWISH a annoncé à l’issue des 18 mois de tournée qui ont suivi la sortie de leur album studio "Endless Forms Most Beautiful", Marko HIETALA, son bassiste/chanteur depuis 2001, a décidé de se mettre au travail pour sortir un album solo dans le genre qu’il affectionne.

Mais attention, Marko HIETALA n’est pas que l’un des membres emblématiques du plus grand groupe de heavy metal symphonique de la planète, il est aussi membre à part entière du groupe TAROT (groupe finlandais de heavy metal qu’il a formé au début des années 80 avec son guitariste de frère, Zachary), et du groupe NORTHERN KINGS, groupe de power metal symphonique composé de 4 chanteurs finlandais connus dans le monde du metal et qui reprennent des titres de pop-rock des années 1980, les transformant à la sauce heavy (cf l’album "Reborn" en 2007, comprenant des reprises de JETHRO TULL, BOWIE, TINA TURNER, PETER GABRIEL, LIONEL RICHIE etc). C’est dire que l’intéressé est occupé. Cependant, "Pyre Of The Black Heart" n’est que le premier album sous son nom.

Rassemblant nombre d’idées que Marko développait depuis une trentaine d’années mais qui n’avaient pas été intégrées dans les albums des groupes sus-mentionnés, "Pyre Of The Black Heart" est un album patchwork et, à l’image de son géniteur, très sympathique. Mais est-ce que cela en fait un bon album pour autant ?

Selon Marko, le fait d’appartenir à NIGHTWISH lui a permis une certaine liberté artistique. Aussi, en toute conscience, il décidait de faire "n'importe quoi, sans limites" en vue de présenter un album solo "imprévisible, spontané, aventureux, féroce et intime". Défini par son auteur comme un album de Hard Prog avec des "sons puissants et lourds, des saveurs progressives et des ambiances acoustiques", il a été qualifié par certains critiques d’album plutôt intimiste, voire introspectif en raison d’une forte référence à la culture folklorique finnoise.

Il est vrai qu’on navigue entre ces deux eaux. La ballade finlandaise de toute beauté "Truth Shall Set You Free", qui clôt l’album, est un bon exemple de ce mélange de folklore, d’intime et de metal. De même que le single "Stones", qui mêle la guitare électroacoustique et le piano, les violons durant les couplets avant que le refrain ne renforce le propos avec une voix engagée sur une rythmique lourde sans pour autant être pesante. Un morceau qui joue aux montagnes russes dans les arrangements, la guitare électrique proposant une conclusion lyrique à ce titre fort sympathique. Même les morceaux les plus puissants à l’instar de "Runner of The Railways", avec ses passages "purpleien" à l'orgue Hammond et ses guitares et violons rageurs, contiennent des gimmicks de folklore celte en leur sein (on pense à Pat O’May, par exemple).

La guitare électroacoustique est souvent utilisée pour mettre en avant la voix de Marko : ainsi dans "For You", un titre introspectif, très blues dans son approche (guitare qu’on pourrait qualifier de gilmourienne), cette voix prend aux tripes dans un titre peu évident à chanter. De même, alors que la ballade "I am The Way" commence en version technoïde pour conclure avec un solo rageur de guitare électrique, la voix, d’une grande sensibilité, est largement mise en avant dans un registre à large palette auquel le Finlandais ne nous avait pas habitués au sein de NIGHTWISH. Ou "The Voice of My Father" qui bénéficie d’arrangements déroutants avec des sons de claviers tels que savent les utiliser les A-HA, dans une ambiance coincée entre celle des Norvégiens et de NIGHTWISH. Par contre, les ponts paraissent forcés, comme s’il fallait nécessairement en mettre. Ainsi, le titre paraît bancal, alors que la mélodie principale est particulièrement appréciable.

Les claviers, parlons-en. "Star, Sand and Shadow" débute comme un morceau de Jean-Michel JARRE mâtiné de TANGERINE DREAM avant de se transformer en hymne heavy daté années 80. Un morceau étrange, avec des guitares qui prennent le lead sur la fin, avant que les volutes de claviers ne viennent clore ce titre.

"Dead God's Son", pour sa part, est un heavy bien lourd avec une rythmique et un refrain qui entrent par une oreille pour ne plus en ressortir. La guitare n’en fait pas des tonnes, notamment sur le solo, mais accompagne la voix de Marko en son final en démultipliant les notes sans que cela soit désagréable. "Death March for Freedom" fait penser à Arjen LUCASSEN par ses influences. Mêmes claviers qu’on jurerait sortis d’un titre de DEEP PURPLE, même type d’écriture, même type de final. N’oublions pas que Marko est devenu un des membres alternatifs de AYREON et que le contact avec le géant hollandais n’a pas dû laisser que des souvenirs autour de pintes de houblon. En tout état de cause, un superbe morceau.

La basse est peu mise en avant. Cependant, quand elle y est, comme dans le titre introspectif "I Dream", celle-ci est jouée essentiellement sur les harmoniques, au moins dans sa longue introduction et dans les passages intimistes. Ce titre montre que Marko fait partie des grands musiciens de cet instrument, et son utilisation permet à l’ambiance de devenir quasi-mystique, mis à part un petit interlude où les tambours font des leurs. Rêve agité avant le dernier repos.

Alors, est-ce un bon album ? Assurément, oui. Même si celui-ci mérite plusieurs écoutes. Si vous aimez ne pas vous ennuyer en écoutant un disque, "Pyre Of The Black Heart" est pour vous. Chaque titre peut s’écouter, détaché des autres, ayant sa propre existence au point que la fonction "random" de votre lecteur pourrait être utilisée sans que cela ne nuise au disque. Cependant, certains pourraient être rebutés justement par ce manque de cohérence, la disparité entre les titres pouvant paraître trop importante en raison des multiples influences dont Marko HIETALA s’est imprégné depuis trente ans. Enfin, si vous aimez les voix originales, dont le souffle lyrique est mis en avant dans le cadre d’une production équilibrée, où les musiciens jouent parfaitement leurs partitions sans trop en faire, jetez-y une oreille. Vous pourriez être agréablement surpris.

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK :


MAGNUM
Lost On The Road To Eternity (2018)
Le fond et la forme.




MÖTLEY CRÜE
Too Fast For Love (1982)
Un pavé dans la mare


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- Marko Hietala (chant, basse)
- Anssi Nykänen (batterie)
- Vili Ollila (claviers)
- Tuomas Wäinölä (guitare)


1. Stones
2. The Voices Of My Father
3. Star, Sand And Shadow
4. Dead God's Son
5. For You
6. I Am The Way
7. Runner Of The Railways
8. Death March For Freedom
9. I Dream
10. Truth Shall Set You Free



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod