Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Horace SILVER - Songs For My Father (1965)
Par DERWIJES le 11 Avril 2020          Consultée 797 fois

Le jazz est à la musique ce que les pâtes sont à la cuisine : vous pouvez mettre n'importe quoi avec, tant que les bases sont réussies la recette fonctionnera.

Bon, maintenant que cette intro qui ne mène nulle part et m'a donné faim est posée, sautons directement à notre plat de résistance, proposé par Mr. Horace SILVER : Song for my Father. Sacré plat celui-là, un classique, immanquable. Un sacré chef que M. Silver, d'ailleurs. Pour le resituer rapidement, il a créé cette recette en 1964. A cette époque, il a déjà sorti quelques albums avec son premier quintet, mais son style restait assez proche des JAZZ MESSENGERS, qu'il avait créé puis quitté à cause des abus de drogues de ses membres, rappelons-le. Après une période de concerts et d'enregistrements intenses, il se fait plaisir et s'octroie trois mois de vacances au Brésil. Ce séjour lui est crucial, car c'est là-bas qu'il décide de renouer avec ses premiers amours, la musique folklorique du pays de son père, le Cap-Vert (un archipel d'îles lusophones au large du Sénégal, pour ceux fâchés avec la géographie).

De retour à New York, il commence à travailler sur cette idée, mais décide en cours de route de refonder complètement son quintet en remplaçant tous les membres. Exit donc Carmel JONES à la trompette, Joe HENDERSON au saxophone, Teddy SMITH à la basse et Roger HUMPHRIES à la batterie, bonjour à Richard "Blue" MITCHELL, Junior COOKS, Gene TAYLOR et Roy BROOKS. La différence entre les deux quintets ne s'entend pas sur le disque, alors précisons que le premier groupe joue sur les pistes 1, 2, 4 et 5 et le second sur les autres.

Alors là, je vais prendre un gros risque et dire mes quatre vérités : Song for my Father est l'un des meilleurs disques de jazz de tous les temps. Comment ça, tout le monde est d'accord avec moi ? Tant pis pour mon acte de courage. Mais en même temps, dès qu'on lance le disque, on a le droit au morceau éponyme qui nous plonge directement dans l'ambiance avec son piano bossa-nova (qui nous rappelle qu'Horace SILVER a commencé sa carrière avec Stan GETZ), ça donne juste envie de se trémousser avec de jolies brésiliennes vêtues de string et de plumes dans le derrière. D'ailleurs, STEELY DAN la reprendra sur "Rikki Don't Lose That Number" dans l'album Pretzel Logic.

Le carnaval continue avec "The Natives are Restless Tonight" où on retrouve les rythmes bop du moment, avant que "Calcutta Cuties" n'apporte une -très- légère touche indienne à cette composition nocturne. Le soleil se lève de nouveau avec "Que Pasa ?" qui nous emmène cette fois dans les Caraïbes. Profitez de votre rhum coco, après ça c'est retour à New York le temps d'une reprise de Joe Henderson avec "The Kicker", grand standard du bop, et enfin on termine tout en douceur avec "Lonely Woman". Il faudrait présenter cette dame à Erwin, elle ne serait plus lonely et le morceau serait tout de suite moins bluesy.

Le vinyle d'origine s'arrêtait là, mais comme le futur n'est pas aussi pourri qu'il en a l'air, la réédition CD nous offre pas moins de quatre morceaux supplémentaires ! La version trio de "Que Pasa ?" est le genre de petit bonus sympa mais sans plus. En revanche, le reste est d'une qualité optimale, surtout "Silver Threads Among My Soul" et "Sanctimonious Sam", très bop et très rythmé, à l'inverse de "Sighin' and Cryin'", plus posée.

Les meilleurs albums de jazz sont ceux à la fois complexes et accessibles. Remplis de tournures, de rythmes et de phrasés qui gardent les spécialistes occupés à les décortiquer mais avec du feeling, de l'âme et du cœur pour ne pas rebuter le néphyte. Song for My Father a tout cela pour lui. Il est devenu avec le temps un des monuments du jazz, peut-être pas le premier disque que l'on penserait à qualifier de tel mais qui connaît toujours un réel impact et engouement, tant auprès des musiciens que du public. Mélanger le jazz aux musiques brésiliennes et caribéennes, cela s'était fait avant, mais Horace SILVER l'a tout simplement mieux fait que les autres.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


COLEMAN HAWKINS
Body And Soul (1996)
L'âme du jazz ?




Art BLAKEY & THE JAZZ MESSENGE
Free For All (1965)
Comme un ouragan.


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



Non disponible


1. Song For My Father
2. The Natives Are Restless Tonight
3. Calcutta Cutties
4. Que Pasa?
5. The Kicker
6. Lonely Woman
7. Sanctimonious Sam
8. Que Pasa? (trio Version)
9. Sighin' And Cryin'
10. Silver Threads Among My Souls



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod