Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON INSTRUMENTALE  |  LIVE

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Têtes Raides, Pierre Perret , Renaud, Mano Negra, Les Vrp

Les OGRES DE BARBACK - Un Air, Deux Familles (2002)
Par RAMON PEREZ le 26 Décembre 2020          Consultée 154 fois

Il y a des disques dont on sent d'emblée qu’ils ont quelque chose en plus. Une âme, un truc dans l’air qui pétille. Enfin un truc un peu indicible mais qui se repère à l’oreille nue et se fixe longtemps en mémoire. Voici la catégorie dont fait partie cet album, culte pour beaucoup. En tout cas parmi ceux qui ont suivi d’assez près cette scène indépendante des années 2000 puisqu’il est en quelque sorte la quintessence du genre. Le second chapitre, quinze ans plus tard, qui vit les dates proposées prises d’assaut, a bien montré quel fut l’impact en son temps de cette aventure Un air, deux familles et le souvenir vivace qu’elle a laissé, en particulier grâce à cet enregistrement.

A l’origine, il y avait les OGRES DE BARBACK qui s’étaient achetés leur chapiteau et invitaient régulièrement des camarades de route à partager leurs soirées. Ensuite, il y a eu la rencontre avec les HURLEMENTS D’LEO, avec qui les choses sont allées plus loin. Une familiarité artistique et philosophique qui allait engendrer cette tournée Un air, deux familles qui visita les quatre coins de l’Europe. L’idée n’était pas simplement de voyager ensemble et de jouer l’un après l’autre, mais de ne former qu’un groupe à partir des deux et de jouer ensemble. A douze sur scène, chacun se transcendant pour trouver un nouveau son, propre à cette entité. Au programme, outre une partie du répertoire des deux collectifs, une série de titres écrits à 24 mains.

Il en est resté un DVD (épuisé depuis longtemps, je n’ai jamais eu l’occasion de le visionner) ainsi que ce disque, lui aussi longtemps épuisé (cas unique dans la discographie des Ogres me semble-t-il) avant la réédition en prélude de la reformation. Un fort succès commercial, à l’échelle des groupes dont on parle. Enregistré sous le chapiteau, on y entend son ambiance particulière où la générosité des musiciens et musiciennes rencontre l’énergie d’un public inflammable pour faire gonfler la toile puis les enceintes d’une belle chaleur.

On y entend surtout une suite de morceaux vraiment réussis dont la grande force est de varier assez radicalement les styles tout en gardant une cohérence évidente. Il faut dire qu’il y a du matos. D’un côté les multi-instrumentistes des Ogres, de l’autre la diversité des Hurlements où l’on retrouve un accordéoniste ainsi qu’un violoniste, en plus des cuivres et de la session rythmique. Chacun contribue à la large palette de l’album, dès l’instrumental d’ouverture, une sorte de condensé des possibilités musicales explorées par la suite du concert. Quel plaisir d’entendre les cuivres péter au bout des crescendos ! Les cordes amener des tonalités plus mélancoliques ou au contraire du souffle aux morceaux ! Ou encore les accordéons faire valser l’assistance avant de se faire bien plus amers !

Ce côté doux-amer, on le retrouve beaucoup dans ce que racontent les chansons, à l’instar de ce qu’écrivent habituellement les deux groupes. La première, celle qui est restée un peu l’emblème du collectif (à savoir "Jojo"), en est une parfaite illustration avec sa construction plutôt énergique, ses premiers couplets paraissant légers avant que les derniers ne nous révèlent toute leur teneur tragique. La réussite d’Un air deux familles tient dans le fait que les deux groupes se sont trouvé une identité commune le temps de ce concert. C’est ce qui permet par exemple de passer sans préavis mais avec bonheur de la valse de baloche à un titre punky beaucoup plus agressif. Ou d’un instrumental rêveur très léger au morceau le plus sombre de la galette.

Officiellement, c’est un live des deux groupes ensemble. Un air, deux familles est même souvent considéré comme le nom de l’entité formée par la réunion des deux collectifs. Mais je l’ai personnellement toujours considéré comme un live des OGRES DE BARBACK, avec les HURLEMENTS D’LEO. Pas que moi d’ailleurs, nombre d’amateurs le mettant officieusement dans la discographie des premiers. Ceci n’est pas sans raisons ; je pense que c’est en grande partie lié au fait que ce disque, publié par Irfan, a surtout gardé le versant ogresque de la musique du collectif. On reconnait souvent leur patte dans les morceaux écrits ensemble (j’entends davantage que celle des Hurlements, ce que l’on peut reconnaitre aisément lorsqu’on connait ce que les groupes ont écrit par ailleurs). Mais, aussi, il y a à côté des titres écrits conjointement quatre chansons des Ogres (je compte leur version de "Salut à toi") et aucun des Hurlements. Même si ces titres sont partagés avec leurs amis (et même transcendés par eux, comme "Grand-mère" dont le chant est laissé aux vocalistes bordelais), ils montrent quelque part que les architectes de tout ce projet se trouvaient surtout du côté de la famille Burguière. Cette capacité à élargir leur groupe à d’autres musiciens, en particulier sur scène, deviendra par la suite une véritable marque de fabrique des Ogres. Au-delà de la philosophie d’ouverture et de partage portée par les quatre frères et sœurs, ce goût du collectif a sans nul doute été largement conforté par cette belle étape Un air, deux familles.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par RAMON PEREZ :


OLDELAF & MONSIEUR D
Derniere Chance D'etre Disque D'or (2009)
Aussi bien qu'un bon vieux Franquin.




Les OGRES DE BARBACK
Irfan, Le Héros (1999)
Joli voyage


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



- Les Ogres De Barback (plein de trucs)
- Les Hurlements D'léo (plein de trucs aussi)


1. Mostari
2. Jojo
3. Mytho
4. Rue Du Temps
5. Grand-mère
6. Carcarès
7. Stari Most
8. Rue De Paname
9. Cirrhose
10. La Ruelle
11. La Gare De Caen
12. Salut à Toi



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod