Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CLASSIQUE  |  OEUVRE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Edvard GRIEG - Opus 8 - 14 - 45 - Les 3 Sonates Pour Violon (1866)
Par ERWIN le 11 Janvier 2021          Consultée 87 fois

Edvard GRIEG est essentiellement connu pour ses grandes œuvres symphoniques mais l'essentiel de son travail réside autour du piano, des chants, chansons et autres sonates composées autour de l'instrument majeur. Voici donc ici regroupées ses trois sonates : les deux œuvres de jeunesse de 1865 et 1867, et celle, au faîte de sa gloire en 1886. Difficile d'en avoir une vision globale, mais elles retranscrivent toutes les trois une part d'évolution de la vie du grand compositeur. C'est ainsi qu'il faut les découvrir. Certes des œuvres secondaires mais qui ne manquent pas de qualités... et puis, finalement, va-t-on réellement trouver du secondaire chez GRIEG ?

La sonate date de 1865 et fut composé lors d'un séjour du jeune GRIEG chez Ole Bull immense violoniste virtuose – l'égal de PAGANINNI d'après Robert SCHUMANN. Sur un thème léger, l'"Allegro con brio" propose une ambiance sautillante assez caractéristique dans sa structure, le violon domine les débats jusqu'aux premiers mouvements ou le piano s'affirme avec plus de véhémence et nous conduit vers une fin plus moderne. On sent bien que GRIEG a composé en particulier pour mettre son ami virtuose Ole Bull en vedette. Il n'a pas encore pris conscience de ses capacités mais rien d'anormal pour ses 22 ans. "Allegretto quasi andantino" reprend quelques idées baroques - d'où cet "andantino" un brin statique -, on remarque quelques consonances celtiques sans doute apportées par le brillant violoniste et à nouveau Edvard se contente d'un rôle d'accompagnateur. "Allegro Molto Vivace" est la portion la plus remarquable de cette sonate, GRIEG y impose sa douceur en contrepoint de l'exécution agressive du violon. Franz LISZT lui transmettra ses félicitations pour cette œuvre.

Le jeune compositeur a gagné en finesse dès les premières notes du "Lento Doloroso – Allegro Vivace" qui introduit la deuxième sonate, écrite deux ans plus tard en 1867. Le mode mineur règne et impose une vibration onirique et plus moderne, on sent que l'influence des grands germains est moindre, peu à peu SCHUMANN et LISZT s'effacent devant la personnalité du jeune norvégien. Le violon reprend toutefois le pouvoir sur le « Vivace » qui clôture cette première partie. Le modernisme du piano tranche dès le départ de l'"Allegretto Tranquillo", et joue le rôle d'un instrument quasi rythmique tout du long. On y apprécie une dynamique toute en retenue toute de modestie vêtue, pas si évident vue l'importance que prend le compositeur dans son pays. Le thème de l'"Allegro Animato" est plus léger et champêtre, à nouveau "sautillant", mais Edvard y glisse quelques élans techniques pianistiques de fort belle allure, qui nous rapprochent de ses grands succès symphoniques. 

L'opus 45 date de 1886, vingt longues années la sépare de ses petites sœurs. Le compositeur chevronné n'a dès lors plus rien à voir avec le jeune lion des années 60, ainsi le "Allegro Molto e appassionato" porte le sceau infiniment reconnaissable du compositeur norvégien. La finesse du violon trouve dans la force du piano un pendant d'une redoutable efficacité, et d'une modernité à toute épreuve. Difficile de lui réfuter les habituelles qualités de dynamique et d'inventivité toujours au rendez-vous dans les œuvres de GRIEG. La coda doit certes beaucoup à BEETHOVEN, tout en gardant intact toute son originalité, ce qu'on appelle la maturité. D'ailleurs la tranquillité du "Allegretto espressivo alla romanza – Allegro Molto – Tempo" qui s'ensuit fera sourire les plus endurcis parmi vous, la sensibilité du maître n'y a d'égale que son infini délicatesse, le piano reprenant à nouveau un rôle rythmique plus que soliste. Enfin, l'"Allegro Animato", sur un piano omniprésent et presque percussif, voit le violon développer un nouveau thème festif mais non dénué de naturalisme, vivement recommandé.

De vrais instants de grâce que les trois sonates de GRIEG, qui permettent de bien mieux appréhender les diverses évolutions du compositeur Norvégien, l'importance du sentiment national, les influences de ses grands maîtres ainsi que l'omniprésence positive du virtuose Ole Bull sur sa première partie de carrière. La sonate numéro 3 opus 45 mérite notamment plus que la discrète position qu'elle occupe dans les hommages, je vous engage à son écoute attentive avant de reprendre le cours de vos vies. Je reste sur un trois déséquilibré car la 3 est à mon sens supérieure aux deux autres sonates.

A lire aussi en MUSIQUE CLASSIQUE par ERWIN :


Edvard GRIEG
Opus 56 - Sigurd Jorsalfar (1892)
Méconnu mais admirable




Edvard GRIEG
Opus 46 - Peer Gynt Suite N°1 (sir Thomas Beecham) (1888)
Quelques instants de bonheur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Sonate 1 - Allegro Con Brio
2. Sonate 1 - Allegretto Quasi Andantino
3. Sonate 1 - Sonatallegro Molto Vivace
4. Sonate 2 - Lento Doloroso – Allegro Vivace
5. Sonate 2 - Allegretto Tranquillo
6. Sonate 2 - Allegro Animato
7. Sonate 3 - Allegro Molto E Appassionato
8. Sonate 3 - Allegretto Espressivo Alla Romanza
9. Sonate 3 - Allegro Animato



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod