Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1969 Pretties For You
1970 Easy Action
1971 Love It To Death
  Killer
1972 School's Out
1973 Billion Dollar Babies
  Muscle Of Love
1974 Greatest Hits
1975 Welcome To My Nightma...
1976 Alice Cooper Goes To ...
1977 Lace And Whiskey
  The Alice Cooper Show
1978 From The Inside
1980 Flush The Fashion
1981 Special Forces
1982 Zipper Catches Skin
1983 Dada
1986 Constrictor
1987 Raise Your Fist And Y...
  The Nightmare Returns
1989 The Beast Of Alice Coope...
  Trash
1990 Trashes The World
1991 Hey Stoopid
1994 The Last Temptation
  The Last Temptation
1997 A Fistful Of Alice
1999 The Life And Crimes Of A...
  Welcome To The Nightmare...
2000 Brutal Planet
  Brutally Live
2001 Dragontown
  The Definitive Alice Coo...
2003 The Eyes Of Alice Coo...
2005 Dirty Diamonds
2006 Live At Montreux 2005
2008 Along Came A Spider
2009 Keepin' Halloween Alive
2010 Theatre Of Death : Live ...
2011 Welcome 2 My Nightmar...
2014 Raise The Dead: Live Fro...
2017 Paranormal
2021 Detroit Stories
 

- Style : Aerosmith
- Membre : Black Star Riders, Suicidal Tendencies
 

 Site Officiel (600)

ALICE COOPER - Constrictor (1986)
Par NESTOR le 26 Mars 2021          Consultée 575 fois

Trois longues années après le controversé DaDa (1983), Alice COOPER nous revient en pleine forme.
Enfin, disons que, chose rare pour lui à cette époque, il n’oscille plus entre la vie et la mort et qu’il semble se tenir à un état de sobriété qu'il n'avait plus connu depuis bien longtemps.
Après quatre échecs commerciaux, dont celui retentissant de son dernier album en date, il est plus que temps pour Monsieur FURNIER de reprendre sa carrière en main. Persuadé que l’orientation artistique prise de 1979 à 1983 est incapable de lui permettre de renouer avec le succès commercial, il décide de recapitaliser sur son image traditionnelle et sur toute l’imagerie tirée des films d’horreur qui s’y rattache. Tout cela en rompant avec le Rock ‘N Roll classique qui était majoritairement devenu son style de prédilection pour s’aventurer (se perdre ?) dans un Hair Métal de bas niveau. le style alors en vogue aux USA.

L’horrible pochette donne le ton, et ce ne sont pas les parties de claviers et de batterie électronique, cheap au possible, les chœurs mollassons et les guitares convenues, qui vont changer quoi que ce soit. Rien ne nous est épargné tout au long de ces dix titres banals au possible qui composent ce Constrictor. Même les vocaux d'ALICE COOPER, jusqu'alors bien souvent irréprochables, semblent plats et sans saveur. Tout au plus pouvons-nous sauver deux titres de ce naufrage artistique. C'est d’abord le cas de "Crawlin’" qui se révèle un morceau assez Rock et doté d’un riff de qualité. On peut même imaginer que, débarrassé des arrangements ampoulés qui l’alourdissent, ce il aurait le potentiel pour devenir un classique du groupe.
L’autre chanson, susceptible de retenir notre attention est le single "He’s Back". Sans être certain que le matraquage médiatique dont a bénéficié ce titre ne soit pas à étranger au fait qu'il nous semble vaguement familier. En effet, si l’on s’en tient au strict niveau musical, nous avons là un refrain simpliste encadré par des synthétiseurs anémiques, le tout au service d’une mélodie qui tient tant bien que mal la route : pas de quoi s'enflammer. Pour autant, cela fonctionne, et on peut se surprendre à dodeliner du bonnet sur le refrain : "the man behind the mask, Yeah he’s back…".

Pour le reste, le constat est affligeant. A l’image de Kane ROBERTS, son guitariste bodybuildé, les titres proposés ici sont bouffis. La faute à des arrangements qui font la part belle à des chœurs trop systématiques et sans âme, à des riffs de guitares se chevauchant et manquant singulièrement de mordant, et surtout à des claviers très ancrés dans leur époque et qui ne font qu’alourdir et diluer l'impact des mélodies. Le résultat, assez indigeste, opère comme une épaisse couche de maquillage qui œuvre à la fois en cachant l'indigence musicale et en dénaturant la nature profonde de morceaux qui apparaissent dès lors uniformes. Au côté de titres simplement très moyens, se trouvent même des morceaux qui, comme "Teenage Frankenstein, "Thrill My Gorilla" ou bien "Trick Back", font plus que ne présenter aucun intérêt : ils se révèlent carrément difficiles à supporter.

Reste qu’ALICE a ressorti son cirque (Chaise électrique, guillotine, gerbes de sang…). Et alors qu'il n'était pas parti en tournée depuis quatre années, ses concerts rencontrent à nouveau un réel succès. Un peu comme si le public ne pouvait l’imaginer dans un autre registre que celui de Monsieur Loyal du cirque des horreurs. Il faut dire également que ses fils illégitimes, TWISTED SISTER, MOTLEY CRUE, occupent alors le devant de la scène Métal et proposent à leur public des shows où la forme est aussi importante que la musique.

Mais cette opportunité d'occasion ne peut cacher le fait que nous tenons là un disque plus que dispensable et surtout hautement amoral. Pas au sens où le P.M.R.C (l’association « Parental Music Resource Center » fondée autour de femmes de Sénateurs avait mené une campagne contre l’immoralité dans la musique avec, notamment ALICE COOPER comme cible principale) l’entendait alors. Mais bien parce que le succès rencontré par "Constrictor" récompense l’opportunisme musical et l’absence de prise de risque. A l’image de son changement de guitariste, la forme à pris le pas sur le fond, amer constat.
Probablement l'album studio le plus faible de son énorme discographie. Triste titre que Constrictor dispute à Easy Action (1969) et Pretties For You (1969).

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


TRUST
Repression (1980)
Antisocial, tu perds ton sang froid.




RED HOT CHILI PEPPERS
Californication (1999)
Les rhcp à leur sommet commercial et artistique ?


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Alice Cooper (chant)
- Kane Roberts (guitare, basse, claviers, batterie)
- Kip Winger (basse)
- David Rosenberg (batterie)
- Donnie Kisselbach (basse)
- Paul Delph (claviers)


1. Teenage Frankenstein - 03:34
2. Give It Up - 04:11
3. Thrill My Gorilla - 02:53
4. Life And Death Of The Party - 03:28
5. Simple Disobedience - 03:31
6. The World Needs Guts - 03:56
7. Trick Bag - 04:10
8. Crawlin' - 03:17
9. The Great American Success Story - 03:28



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod