Recherche avancée       Liste groupes



      
SHOEGAZE  |  DEMO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



PASTEL BLUE - Blue Demos (2010)
Par RICHARD le 3 Avril 2021          Consultée 171 fois

A l'orée des années 2010, le shoegaze a connu un évident regain d’intérêt. Les causes ? La reformation des mastodontes du genre, le fameux cycle de l'éternelle répétition et le renouvellement des générations peut-être. Avec en plus l'aide d'internet, les moyens pour atteindre une audience plus conséquente étaient grandement facilités. Il n'empêche que parfois, malgré toute sa passion, on passe à côté de véritable pépite. On n'a plus qu'à s'en mordre les doigts en se disant que certains instants de notre vie auraient pu depuis ce temps être accompagnés par ces notes et ces mots. De quoi nourrir peut-être aussi quelques regrets. C'est éminemment le cas pour moi avec PASTEL BLUE, un obscur quatuor présenté comme un SLOWDIVE japonais. Énoncé comme ceci, ça ne peut que faire saliver les amoureux des Anglais, SLOWDIVE étant pour moi encore LE groupe emblématique de ce mouvement si mal aimé et si facilement décrié.

A l'image du brouillard entourant leurs morceaux, on sait très peu de choses sur ce combo originaire d'Osaka. Cet album sorti en 2010 est en fait une compilations de démos. Je vous rassure tout de suite, il ne s'agit pas de titres enregistrés sur des cassette 4 pistes totalement inaudibles. On tient ici des morceaux parfaitement aboutis qui auraient eu naturellement leur place sur un album classique et qui ne demanderaient qu'à être édités dignement puisque n'étant qu'en format numérique. Lorsque je parlais à l'instant de SLOWDIVE ce n'est pas le superbe introductif "Sea Saw Song", et je pèse vraiment mes mots, qui va me faire mentir. Les yeux fermés, ce sont non pas Masami et Kasumi mais Neil et Rachel qui, à travers un mur de son de guitares grinçantes à souhait, nous susurrent à l'oreille des mots d'éther. Les frissons sont là et ce dès les premières secondes de chaque titre à l'image des lumineux instrumentaux "Cruising" et "Ouranos". On croirait avoir 15 ans à tout jamais et c'est tout simplement merveilleux.

PASTEL BLUE aurait pu n'être qu'un ersatz de qualité, ceci aurait déjà été pas mal. Sa force va bien au-delà. En effet, il réussit tout au long de ce périple en mode rêve éveillé à tenir l'auditeur en haleine et à lui transmettre quasiment en permanence la chair de poule. Il n'y a à vrai dire que l'embarras du choix. Ces 12 titres ne souffrent d'aucun faux pas, ni temps mort. Les Japonais tissent avec délicatesse un cocon dans lequel on vient se lover avec plaisir. A ce titre, l’atmosphérique "Low-Key" est bouleversant. C'est le type de morceau test pour savoir si vous avez tout simplement un cœur. Les notes flottent littéralement dans les airs et le réveil sera d'autant plus dur. Cruelle réalité. Clin d’œil ou non au "Catch The Breeze" de qui vous savez, le léger quant à lui "Breeze Breath" produit les mêmes effets. Les guitares spirales finement mises en avant vous font tourner la tête. La voix comme atone de Masami s'immisce lentement en vous. C'est un monde de toute beauté, à la fois fragile et onirique, qui crée cette sensation où les larmes ne sont jamais vraiment loin.

Le quatuor ne craint pas non plus les changements heureux de tempo. Il développe alors parfois une langueur assumée, une abstraction avouée, à l'image de l'ambient "Blue Moon" ou de l'aquatique et bien nommé "Asleep In The Sea" où une guitare cristalline se confond avec la voix angélique de Kasumi. Le shoegaze a souvent été considéré comme une forme de tourbillon sonore. Il ne faudra pas dès lors s'étonner qu'à l'instar de leurs compatriotes de MONO, PASTEL BLUE s'aventure également sur des terres nourries d'un post-rock de toute beauté, comme le souligne "Blue Fluid". PASTEL BLUE, comme un pied de nez à une certaine orthodoxie du mouvement, enfonce même pour finir le clou en proposant une pop vaporeuse du plus bel effet. L'auditeur à l'écoute du très beau "Ariel" pourra se demander légitimement dans quel espace-temps il a pu se trouver tant cette douce mélodie semble irréelle.

Il y a longtemps qu'un disque ne m'avait pas secoué à ce point. Je vous le dis non pas par nombrilisme mais juste pour que vous ne fassiez pas ma bêtise. Ne passez surtout pas à côté ! Si vous aimez les émotions fortes, SLOWDIVE, les grands frissons, l’introspection électrique, ce très grand disque sera sans conteste pour vous. Il faudrait même que Forces Parallèles crée pour PASTEL BLUE une sixième étoile !

A lire aussi en ROCK par RICHARD :


The CURE
The Cure (2004)
L' éternelle jeunesse des Cure !




MICKEY 3D
Tu Vas Pas Mourir De Rire (2003)
Noir, c'est noir.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



- Masami (chant, guitare)
- Kasumi (chant, basse)
- Nico (guitare)
- Ayane (batterie)


1. Sea Saw Song
2. Blue Moon
3. Low-key
4. Cruising
5. Ouranos
6. Invisible Stars
7. Two Blue Flowers
8. Asleep In The Sea
9. Blue Fluid
10. Breeze Breath
11. Cerulean
12. Ariel



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod