Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK/JAZZ/POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bob Dylan , Tracy Chapman , Jackson Browne , Leonard Cohen , Joan Baez
- Membre : David Crosby
- Style + Membre : Neil Young , Jaco Pastorius, Wayne Shorter , Charles Mingus , The Band , Stephen Stills

Joni MITCHELL - Shine (2007)
Par DERWIJES le 29 Octobre 2021          Consultée 856 fois

Après le long chemin parcouru depuis Song to a Seagull en 1968, nous voici face au dix-neuvième et certainement dernier album studio de Joni MITCHELL. Oui, à chacun de ses albums depuis Taming the Tiger, elle nous annonce qu’elle s’arrête là avant de revenir plus tard quand même, mais il y a peu de chances qu’elle revienne cette fois-ci, épuisée par l’hypocrisie du show-business et surtout par de graves problèmes de santé. Ses futurs retours en studio seront pour continuer à travailler sur ses Archives plutôt que sur des inédits. Si cela ne suffit déjà pas à vouloir profiter de ce Shine, ajoutons qu’il s’agit de ses derniers inédits et non de reprises, des autres ou d’elle-même, comme sur ses deux disques précédents.

C’est elle-même qui le dit, elle est sortie de sa pré-retraite à cause de l’actualité, et surtout celle sur la guerre d’Irak qui fait alors rage. Cela l’inspire dans l’écriture de nouvelles chansons mais, et peut-être surtout, dans la co-écriture d’un ballet intitulé The Fiddle and the Drum, titre pris de sa chanson de 1969 parue sur son second album Clouds, chorégraphié par Jean GRAND-MAITRE. L’image de couverture du disque vient du ballet. Dommage, les autoportraits de Joni faisaient de superbes pochettes ! Bizarrement, le disque était vendu entouré d’une bande bleue qui dissimulait les collants portés par les danseurs masculins.
Fini les orchestrations complexes et recherchées de Vince MENDOZA, Joni revient à sa grande spécialité, du folk aux accents jazz et livre de fait son disque le plus abouti depuis Turbulent Indigo. C’est calme, confiant et mature, simple mais en même temps élégant. L’instrumental "One Week Last Summer" qui ouvre l’album tout en douceur à d’ailleurs gagné le Grammy Award de la meilleure composition instrumentale, une récompense qu’elle a gagnée si souvent qu’elle ne doit plus avoir de place chez elle pour la ranger !
Le seul point noir de l’instrumentation est la batterie, réglée par une boîte à rythme qui sonne affreusement vieillotte -la même que sur Dog Eat Dog, peut-être ? La présence d’une reprise de "Big Yellow Taxi" peut faire crier au scandale (Quoi ? Encore une reprise d’une de ses chansons ? Elle a déjà fait un double-album là-dessus !) mais celle-ci se teinte d’une tristesse pertinente : écrite en 1970 pour Ladies of the Canyon, la chanson critiquait la destruction de la nature par l’industrie, un thème de plus en plus angoissant (They paved the paradise and put up a parking lot, un vers que nous avons tous un exemple personnel pour illustrer), cette version du nouveau millénaire est très déprimante puisque depuis 1970 ce constat n’a fait que s’aggraver jusqu’au point de non-retour. Redonnons-nous un peu d’optimiste avec "If", reconstruction à la façon de Joni du fameux poème de KIPLING. Second morceau du disque inspiré par une œuvre littéraire après "Night of the Iguana" qui reprend la pièce de théâtre de Tennessee WILLIAMS du même nom. "Bad Dreams" est inspirée non pas d’une œuvre mais d’une phrase dite par son petit-fils (Bad dreams are good in the great plan), qui semble avoir hérité de l’âme de poète de sa grand-mère !

En dehors des petits moments creux "Hanna" et "Strong and Wrong", Shine est un album qui brille (pardon) de bout en bout, et tout particulièrement sur la chanson-titre, "If I Had A Heart", sombre mais magnifique et "If", trois grands moments qui justifient à eux seuls l’achat du disque. Shine est un sublime au-revoir tour à tour mélancolique, triste, résigné et décidé à la fois. Lorsque viendra l’heure de faire le bilan, Shine aura plus que mérité d’être cité parmi les grandes œuvres de son auteure.

A lire aussi en POP par DERWIJES :


Charlie WINSTON
Square 1 (2018)
Le hobo revient chez lui.




Diana ROSS
A Very Special Season (1994)
Mère Noël


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Joni Mitchell (chant, guitare, piano, claviers)
- Larry Klein (basse, contrebasse)
- Greg Leisz (guitare pedal steel)
- Brian Blade (batterie)
- Bob Sheppard (saxophone alto & soprano)
- Paulinho Da Costa (percussions sur hana)
- James Taylor (guitare acoustique sur shine)


1. One Week Last Summer
2. This Place
3. If I Had A Heart
4. Hana
5. Bad Dreams
6. Big Yellow Taxi
7. Night Of The Iguana
8. Strong And Wrong
9. Shine
10. If



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod