Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1984 Opium
1986 What Do You Know Deutschland ?
1988 Don't Blow Your Top
1989 Uaioe
1990 Naive
1992 Money
1993 Angst
1995 Nihil
1996 Xtort
1997 Symbols
1999 Adios
2002 Attak
2003 Wwiii
2005 Hau Ruck
2007 Tohuvabohu
2009 Blitz
2011 Wtf!?
2013 Kunst
2014 Our Time Will Come
2017 Hell Yeah
2019 Paradise
2022 Hyena
 

1984 Opium
2014 Our Time Will Come

KMFDM - Angst (1993)
Par ERWIN le 6 Novembre 2022          Consultée 488 fois

Nous y sommes ! J’ai découvert KMFDM avec Angst, il y a près de trente ans ! A l’époque totalement inculte en matière d’industriel, pas d’internet, je classais alors cette musique comme du Heavy. Le naze, je ne savais pas que les Allemands étaient déjà un des grands tenants de la vie nocturne des teuffeurs. Mais leur situation est alors en plein milieu de la mare, puisque les tentations métalliques se font de plus en plus pressantes pour Sascha Konietzko et son compère En Esch, toujours là malgré les difficultés rencontrées lors du dernier opus. Le guitariste Gunther Schultz est désormais à part entière un membre du groupe et l’adjonction du ricain Mark Durante va enrichir d’autant leur son, alors que tout ce beau monde vit au pays de l’oncle Sam, ayant laissé derrière eux la matrice sidérurgique germaine. Angst – toujours 5 lettres par titre – est leur septième opus et nous sommes en 93, l’alternatif règne alors en maître sur la musique mondiale.

Un mot sur cette fabuleuse pochette de Brute ! Avouez qu’elle en jette, non ? Regardez bien les détails, la brunette derrière le macho s’apprête à lui arracher la tête avec un gros calibre, vilain qu’il est de poser ses sales pates sur la voluptueuse créature devant lui. Le subodore-t-il ? On en a l’impression... Sacrée œuvre !

J’en ai passé du temps à mater les rediffusions de "A Drug Against War" sur MTV à l’époque. L’analyse semblait simple, du MINISTRY sous amphet dans le texte avec un ton martial original et imperturbable. Hé, les boîtes à rythmes made in deutschland, et cette rythmique de gratte, telle une vague déferlante sur les images de la vidéo des images de Brute ! Un super classique qui n’a pas pris une ride depuis lors, l’image même du rouleau compresseur, avec une identité ici très métallisée, des solis de guitare insolents et Sascha qui fout le feu au micro avec son agressivité coutumière. Pas de doute, nous sommes en présence d’un supra classique, ne partez pas d’ici avant de l’avoir écouté, bande de blaireaux !

L’énorme riff de "A Hole In The Wall" ne pouvait que plaire aux métaleux de tout poils. C’est l’instant de la transition pour le groupe allemand qui va désormais se retrouver dans les bacs à côté de ses pairs OOMPH, MINISTRY ou Rob ZOMBIE. La puissance quasi céleste de ce titre trouve sa glorification dans la lenteur de son rythme. La lancinance répétitive y devient une force de destruction majeure. Une petite merveille que ce morceau qui allie tout ce que l’on peut rechercher dans le style. L’intenable lick de gratte de "Blood" est d’une belle tenue et s’insère à merveille dans le cortex, avec un joli boulot de Durante. Une certaine sophistication musicale se dégage du titre qui bénéficie en outre d’un refrain de haute volée. M'est avis qu’un certain Devin TOWNSEND s’en est inspiré pour son classique "Almost Again". Un titre clairement à retenir, efficace et original.

A mon sens, "Lust" annonce l’arrivée prochaine de RAMMSTEIN, cette fusion caractéristique des éléments krautrock et métal, c’est ça le Neue Deutsche Art, tout simplement. Ces claviers tellement synth pop, c’est bluffant, non ? "Light" est dans cette exacte même mouvance, un riff hypnotique, un chant froid et une ambiance de guérilla urbaine. La compo' est cependant moins mémorable malgré l’adjonction des voix féminines. On repart de quelques années en arrière avec "Sucks" dont la guitare très punk dans l’esprit sous-tend une ambiance plus core. D’ailleurs, matez les paroles we don’t like Michael Jackson, we hate Depeche Mode, we don’t care for Madonna and Kylie Minogue. Ca, c’est de la profession de foi ! On ne peut qu’aimer, non ? L’adjonction du Hammond sur "No Peace" lui donne un style différent, mais toujours bien addictif.

On repart sur le metal industriel bien couillu de "Glory" qui explose la tête et les vertèbres des fans en concert. Certes, la beat machine n’est pas très metal, mais telle est la marque de l’industriel, il faut s’y faire. Les grattes sont, elles, nucléaires ! Vous n’avez qu’à écouter le solo épileptique pour être convaincus ! La lenteur consommée de "Move On" nous plonge dans une autre vibration, difficile de ne pas taper du pied là-dessus. Très efficace, même si on ressent un poil moins la patte KMFDM, et les guitares déchirent plus que jamais, la cavalcade est terrible de puissance, inarrêtable ! Et Dorona Alberti qui tonne Doesn’t really matter what you believe avec beaucoup de conviction ! Enfin, les synthés bourdonnent sur "The Problem". Des percussions profondes encadrent un piano presque jazzy, et Dorona se lâche sur cette étrange fusion qui ne manquera pas d’alpaguer l’auditeur. Un côté lounge club, bien en avance sur son temps, en tout cas.

S’il fallait débuter la discographie de KMFDM ou n’en retenir qu’un seul album, ce serait celui-là sans aucun de doutes. La présence du supertube "A Drug Against War" ainsi que de plusieurs autres classiques du groupe en font un must pour toutes les oreilles mélomanes et l’un des grands tenants de la musique industrielle. Aucun temps mort et pas un seul titre vraiment inutile dans cette galette qui attire même l’attention grâce à sa subversive pochette. L’analyse est simple : voici le classique du groupe, achetez-le les yeux fermés, même si vous êtes un fan de pop ou de rap ! Je mets la note maximale pour des raisons musicales comme historiques.

A lire aussi en INDUS par ERWIN :


RAMMSTEIN
Mutter (2001)
Mutter uber alles




KMFDM
Tohuvabohu (2007)
Déflagration nucléaire industrielle


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Sasha Konietzko (chant-basse-claviers)
- En Esch (chant-guitare)
- Gunther Schultz (guitare-piano)
- Mark Durante (guitare)


1. Light
2. A Drug Against War
3. Blood
4. Lust
5. Glory
6. Move On
7. No Peace
8. A Hole In The Wall
9. Sucks
10. The Problem



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod