Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



The DOORS - The Doors (1967)
Par MANIAC BLUES le 4 Janvier 2008          Consultée 13349 fois

The Doors, groupe mythique de la scène rock californienne de la fin des années soixante connait dés son premier album un succès quasi immédiat à Los Angeles, ainsi que dans le reste des États Unis. Formés initialement par le charismatique chanteur et poète Jim Morrison et l’organiste Ray Manzarek, rejoints rapidement par le batteur John Densmore et son ami guitariste Robby Krieger, les Doors enregistrent leur première démo en 1965, mais celle-ci ne convainc absolument pas les maisons de disques. L’absence de bassiste, compensée par un second clavier qui assure les lignes de basse est une de leurs expérimentations originales qui a permis l’éclosion de ce style musical unique à la croisée du jazz, du blues, du rock dans le ton très psychédélique de l’époque. En 1966, après avoir joué durant de longs mois au Whisky A Go Go et au London Fog, bars branchés de L.A., les Doors décrochent enfin avec Elektra un premier contrat. L’expérience musicale accumulée pendant leurs nombreuses prestations scéniques permet alors au groupe d'enregistrer l'album en une semaine seulement.

« Break On Through ( To The Other side)», un des tubes qui leur a ouvert les portes de la gloire, annonce la couleur d'un album énergique. Le disque est en effet ponctué de morceaux rhythm'n' blues caractérisés par la voix profonde de Jim Morrison, un orgue dynamique, une guitare nerveuse et des refrains rageurs. Avec une efficacité redoutable, ils appliquent la même formule magique sur «T wentieth Century Fox », « Take It As It Comes » ou encore « I Looked at You ».

Mais ce qui fait l'originalité des Doors est sans doute leur volonté de transgresser les frontières imposées par les maisons de disques en termes de durée des chansons, calibrées dans le seul but d'en faire des tubes commerciaux ; «Light My Fire», véritable hymne des Doors aux soli de guitare et de clavier flamboyants en est un exemple parmi tant d'autres, même si sous l'insistance d' Elektra, le groupe a été obligé d' en faire une version single raccourcie qui s' imposera sans difficultés au hit parade. De plus, des titres comme « Crystal Ship », aux claviers envoûtants, « End of the Night » à la rythmique très légère ou « Soul Kitchen » mettent en valeur le talent indéniable des musiciens et la qualité des paroles du chanteur Jim Morrison.

Les nombreuses facettes musicales du groupe se reflètent également à travers des reprises souvent audacieuses : ils arrivent à s'approprier des morceaux et à les jouer « façon Doors » d'une manière étonnante et fascinante, les deux exemples frappants étant « Alabama Song (Whisky Bar) » tiré de « Grandeur et décadence de la ville de Mahagony » de Kurt Weill, sur des paroles de Bertolt Brecht, ou encore le fameux blues « Back Door Man », du grand compositeur Willie Dixon.

Enfin, « The End », épopée de plus de onze minutes, clôt le disque de façon grandiose, troublante et presque dérangeante. Avec un accompagnement mystérieux et envoûtant qui semble incarner la personnalité énigmatique de Jim Morrison et des paroles scandaleuses inspirées du mythe d’Oedipe, cette composition si singulière a fait date dans l'histoire du rock. Lors de leurs premiers concerts, Jim Morrison hurlait sur scène comme un dément « Father! (Yes, son?)I want to kill you!...Mother! I want to...fuck you all the night! », ce qui a d'ailleurs coûté au groupe d'être viré du Whisky A Go Go par un patron complètement excédé par la situation.

Ce chef-d’œuvre unique et si particulier, qui devint disque d'or en 1967 avec le single « Light My Fire », ne peut laisser indifférent. Les Doors, nom inspiré par un livre de Aldous Huxley, « The Doors of Perception », font partie de ces groupes qui, à l'époque, ont le mieux représenté la contre-culture américaine. A l'aube d’une carrière musicale plus que prometteuse, ils gravent ici une œuvre majeure du Rock qui leur ouvre en ces années psychédéliques fort mouvementées les portes du succès.

A lire aussi en ROCK par MANIAC BLUES :


George HARRISON
All Things Must Pass (1970)
Merci George Harrison!




CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL
Bayou Country (1969)
Solide comme le rock...


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
   PINHEAD

 
   (2 chroniques)



- Jim Morrison (chant)
- Ray Manzarek (claviers)
- John Densmore (batterie)
- Robby Krieger (guitare)


1. Break On Through (to The Other Side)
2. Soul Kitchen
3. The Crystal Ship
4. Twentieth Century Fox
5. Alabama Song (whiskey Bar)
6. Light My Fire
7. Back Door Man
8. I Looked At You
9. End Of The Night
10. Take It As It Comes
11. The End



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod