Recherche avancée       Liste groupes



      
POP FRANçAISE  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2023 La Symphonie Des Eclairs

Zaho DE SAGAZAN - La Symphonie Des Eclairs (2023)
Par MARCO STIVELL le 15 Avril 2023          Consultée 1374 fois

Premier album pour la jeune Nazairienne de 23 ans, La Symphonie des Éclairs possède ce qu'il faut et de quoi faire parler de lui. Zaho DE SAGAZAN, au nom à la fois chantant et précieux, peut profiter d'une époque qui, dans ce qu'elle offre de meilleur musicalement, regarde vers les années 80 avec nostalgie. Son timbre de voix particulier fait le reste ainsi que son sens de l'écriture très exclusif (presque tous les titres sont d'elle seule) et son amour pour les synthétiseurs, affiché sur une pochette qui n'aurait pas moins fait preuve d'éloquence au cours de la décennie 1970.

Signée par Virgin – là aussi, un effet rétro qui n'est pas pour déplaire -, Zaho DE SAGAZAN propose une forme de chanson pop électro-ambient ayant à la fois un pied chez BARBARA et l'autre dans KRAFTWERK, selon ses propres influences. L'équipe de musiciens est réduite, et comme l'artiste vient d'une famille de filles (cinq sœurs !), elle contrebalance en n'ayant autour d'elle que des hommes, multi-instrumentistes passant des guitares aux claviers-programmations, mais également ingés son et producteurs : Pierre Cheguillaume (MADEMOISELLE K), Alexis Delong (du groupe INÜIT) et Nicolas Subréchicot (Lou DOILLON).

Album très féminin et sentimental, La Symphonie des Éclairs est avant toute chose l'occasion de découvrir une voix, plutôt grave et profonde et qui, malgré les bidouillages, les effets nécessaires pour s'ancrer dans les productions actuelles, nous convainc par une certaine forme d'authenticité et de chaleur. Zaho DE SAGAZAN se fond dans la mélancolie tout en évitant la torpeur, ses notes se font caressantes et l'habillage électronique, bien qu'expérimental par moment, se veut lui aussi d'un genre distingué. Nul doute que la chanteuse est, dès 2023 et pour les années à venir, une des identités dont il faudra se souvenir !

Les ballades emplies d'amour frustré ou contrarié telles "Je Rêve" et "Suffisamment" sont envoûtantes, tout du moins. L'empreinte BARBARA s'y fait ressentir mieux que jamais, avec cependant les boucles électroniques et cordes programmées pour meubler l'espace souvent sombre, ainsi que les rythmiques appuyées. "Je Rêve" pourrait être ainsi davantage que le slow de l'année, avec ce tambourin délicieusement venu soutenir la batterie.

Si "Tristesse" vaut bien son nom, c'est également une chanson de haine et portée par son groove. "La Fontaine de Sang" au caractère à la fois prophétique et vampiresque nous montre elle aussi une Zaho DE SAGAZAN plus incisive, tout en demeurant sensuelle au chant (parfois plus proche de la récitation) et cosmique sur l'ensemble du plan musical. Ah, ces claviers qui évoquent les cris de fantômes ! De toute manière, chaque apport de ce côté est soupesé, apparaît parfaitement pertinent.

L'argot et le champ lexical vicieux se mêlent au vocabulaire amoureux sur "Les Dormantes", marche sombre à laquelle s'oppose la clarté de "Mon Corps", en toute intimité, réellement superbe avec son amplitude sonore et son piano électrique feutré. Alors que "Langage" est une déclaration enflammée en une pop épique, "Dis-Moi Que Tu m'Aimes" lui fait directement suite et dans la même intensité, servie par un piano plus acoustique et dont les petites notes s'échappent au cœur d'une nuit étoilée.

Pour conclure ce qui forme déjà un ensemble solide et bien pensé, Zaho DE SAGAZAN n'évite pas le dansant ou le savoureusement léger avec "La Symphonie des Éclairs", morceau plus 'classisant' et aux réminiscences enfantines, de quoi faire de nouveau écho à la regrettée Dame en Noir. Elle se fait ensuite jeune femme aguicheuse sur "Les Garçons" et son bon fond pop 80's, où elle énumère les caractères masculins qu'elle aime, qu'elle veut, les 'façonne' même un peu plus loin sur "Mon Inconnu", ensorceleur, tribal, haletant voire déjanté. "Aspiration", permet à miss voix-grave de laisser les vapeurs de cigarette s'imprimer aux paroles plus qu'aux notes, tour à tour gentiment latines pour les couplets et incisives pour les refrains.

Assurément un des disques pop française de l'année ! De la décennie !

A lire aussi en VARIÉTÉ FRANÇAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Ça Ne Change Pas Un Homme (1991)
Retour à un son plus roots




FREDERICKS / GOLDMAN / JONES
Du New Morning Au Zénith (1995)
Live très folk et très rock, un indispensable !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Zaho De Sagazan (chant, claviers, choeurs, programmations)
- Pierre Cheguillaume (claviers, guitares, basses, programmatio)
- Alexis Delong (claviers, guitares, basses, programmations)
- Nicolas Subréchicot (claviers, guitares, basses, programmatio)
- Tom Geffroy (batteries sur 5, 6 et 9)
- Rémy Fanchin (piano sur 7)


1. La Fontaine De Sang
2. Aspiration
3. Les Dormantes
4. La Symphonie Des Éclairs
5. Les Garçons
6. Langage
7. Dis-moi Que Tu M'aimes
8. Mon Inconnu
9. Je Rêve
10. Tristesse
11. Suffisamment
12. Mon Corps
13. Ne Te Regarde Pas



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod