Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK N'ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Stray Cats, Dust

Brian SETZER - Vavoom (2000)
Par ERWIN le 8 Septembre 2023          Consultée 516 fois

Les trois premiers albums du B.S.O ont posé les bases d’une réelle évolution vers un swing rock’n’roll incroyable de la part du groupe de Brian SETZER. Il lui reste a confirmer que tout ceci n’est pas qu’un énorme coup d’épée dans l’eau. Le matou blondin a désormais 41 ans, un âge de raison ou la maturité doit pouvoir s’exprimer à un niveau digne de l’artiste. La démarche n’était pas aisée, pas simple pour un rond, imposer ainsi un style de musique qui connut son heure de gloire dans les années quarante, pensez donc ! Alors je me souviens fort bien en achetant ce Vavoom que l’espoir m’étreignait, surtout en lisant la playlist. Alors, faites comme moi, croisez les doigts en posant l’album sur la platine, acte 4 du B.S.O, c’est parti !

Cette fois, Brian s’attaque aux grands standards du Swing, et c’est une avalanche, messieurs dames ! On débute par "Pennsylvania 6-5000" et c’est un début en fanfare pour le B.S.O. Les backings sont magnifiques, Bran maîtrise son art et ajoute des éléments de modernité partout, sa guitare tonne, c’est génial. L’originale de Glen MILLER date de 1940 ! Ainsi, "In The Mood" est remis au goût du jour, soit un titre de légende créé par l’immense Glen MILLER. C’est juste phénoménal, voyez plutôt ! Le sublime "Americano" est aussi de la partie, et voyez donc le traitement que Brian et son B.S.O lui appliquent, impossible de ne pas sauter sur place à l’écoute de cette merveille des merveilles. Les cuivres et la gratte se complètent à la perfection, la synthèse est désormais parfaite, quel talent !

On penche plus du côté du jazz avec "Mack The Knife" bien sûr. Rappelons à l’occasion que le classique créé par Louis ARMSTRONG puis Bobby DARIN vient du répertoire allemand puisqu’il s’agit de "Die Moritat von Mackie Messer" écrite par Kurt Weill et Bertold Brecht. Brian lui donne une légère vibe swing, on reste modeste sur le départ puis peu à peu les instruments s'ajoutent et le résultat est carrément à la hauteur. Après "Sleewalk", Brian s’attaque à un autre classique du rock’n’roll instrumental avec "Caravan". Le guitariste virtuose n’en fait qu’une seule bouchée, une version magistrale. On signale la jolie performance de Brian au chant sur le classique et difficile "Gloria". On ne se dit jamais assez combien le blondin est un immense chanteur. Et voyez donc : c’est la première fois que Brian reprend le papounet du rock’n’roll Bill HALEY sur un disque, et c’est "Rock-A-Beatin’ Boogie" qui a droit à cet honneur. Evidemment, Brian enterre Bill, on s’en serait douté !

Et la moitié de l’album est remplie de titres bien rentre-dedans de Brian. Ainsi, "If You Can’t Rock Me" se tient fort bien. "The Footloose Doll" œuvre dans la même ambiance, pléthore de cuivres et un petit exotisme à la baguette. On est plus swing cool sur "From Here To Eternity", et cette fois un peu de vibe bossa nova. Brian is the master of the world ! On revient vers le doo wop avec "That’s The Kind Of Sugar Papa Likes" où Brian semble s’amuser comme un petit fou à singer les titres des années cinquante. Avec "49 Mercury Blues", on revient vers les bagnoles et la superficialité du rock’n’roll, mais ça reste sympa. Le rythme de "Jukebox" remet au goût du jour un élément central des fifties. Cette machine à passer des 45-tours et c’est cool. Enfin, on retrouve une atmosphère proche de "Runaway Boys" sur la définitive "Drive Like Lightning", un must. C’est la qu’on voit que le matou en a sous la pédale et qu’il peut en créer des tonnes comme cela.

Alors, bien sûr, cet opus n’est pas parfait : quelques titres de Brian semblent légèrement moins forts, pas des fillers du tout attention, mais le choix des reprises est tout bonnement magnifique. Brian s’est surpassé, sa gratte arrache des larmes ou des soupirs d’admiration, suilon les cas. Bref, dans le cadre de l’analyse de la discographie de Brian SETZER, cet album est aussi bon que le premier des STRAY CATS, dans les mêmes proportions. Je mets donc un cinq à cet album que je trouve quasi parfait de bout en bout.

A lire aussi en ROCK N'ROLL par ERWIN :


The BEACH BOYS
Party (1965)
La grosse fiesta.




Chuck BERRY
One Dozen Berrys (1958)
Vous reprendrez bien un 2eme Berry ?


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Pennsylvania 6-5000
2. Jumpin East Of Java
3. Americano
4. If You Can’t Rock Me
5. Gettin In The Mood
6. Drive Like Lightning
7. Mack The Knife
8. Caravan
9. The Footloose Doll
10. From Here To Eternity
11. That’s The Kind Of Sugar Papa Likes
12. 49 Mercury Blues
13. Jukebox
14. Gloria
15. Rock-a-beatin’ Boogie



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod