Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  COFFRET

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Ce Coffret
 


 

1967 The Piper At The Gate...
1968 A Saucerful Of Secret...
1969 Ummagumma
1970 Atom Heart Mother
1979 The Wall
1983 The Final Cut
1987 A Momentary Lapse Of ...
1994 The Division Bell
2014 The Endless River
 

- Style : Monkey3, Deconstruction, The United States Of America , Eloy, Mostly Autumn
- Membre : Rick Wright , Syd Barrett , Roger Waters , David Gilmour
- Style + Membre : Nick Mason

PINK FLOYD - The Early Years 1969 Dramatis/ation (2017)
Par BRADFLOYD le 14 Mars 2024          Consultée 456 fois

Troisième volet tiré du coffret The Early Years 1965-1972, Germin/Ation est bien évidemment tout entier consacré à l'année 1969. David GILMOUR est installé et, tout en se démarquant de son prédécesseur, apporte une nouvelle couleur au groupe. Son association avec Richard WRIGHT commence à faire des merveilles et le groupe s'en va explorer d'autres voies que celles tracées par son ancien leader. De son côté, le leadership de Roger WATERS commence à s'affirmer à travers la face studio de Ummagumma* et le nombre de crédits que celui-ci a sur chaque sortie du groupe**. Pour rappel, les chroniques concernant ces coffrets sont scindées en deux, soit une chronique pour la partie audio et une autre pour la partie vidéo. En effet, ceux-ci sont tellement riches qu'on risquerait l'indigestion à les lire dans leurs entièretés.

Revenons au double CD proposé dans ce coffret. Le premier est consacré aux titres composés à l'occasion de la sortie du film More. Sept d'entre eux sont issus de ces séances, auxquels on ajoute les titres habituellement joués lors des concerts de l'époque plus deux issus d' Ummagumma.

Autour des séances de More, "Hollywood", titre non sélectionné pour le film, n'est jamais qu'une resucée de "Embryo" ou une ébauche de "Cymbaline". Sympa, sans plus, car ne tournant qu'autour d'une seule note et une espèce d'allitération musicale. "Theme" utilise le même procédé en tournant autour d'un même accord durant plus de cinq minutes. Vraisemblablement composé pour les montées d'acide racontées dans le film. "More Blues" est une autre version du titre que l'on peut entendre dans le disque. Le mixage met davantage en retrait la guitare et l'ensemble n'est qu'une longue impro qui ne trouve pas sa fin. Le titre, quant à lui, grimpe de 2'13 dans le film à 3'49. "Seabirds" est une version diminuée de "Quicksilver" où les claviers de WRIGHT sont mis en avant avec un effet dramatique via les cymbales. Très ressemblant au point qu'il faut vraiment faire attention pour en distinguer les différences, en dehors du fait que le titre passe de 7'03 à 4'20. Ces trois titres ont été utilisés par Barbet Schroeder pour son film, juste en fond musical, même s'ils n'ont pas été mis sur vinyle à l'époque. Pendant longtemps, les fans du groupe, comme le réalisateur, avaient cru les bandes perdues ou détruites. Or, ce CD permet de les entendre pour la première fois, avec un son puissant et particulièrement clair.

Les titres 6 à 10 proviennent d'une séance d'enregistrement pour la BBC en date du 12 mai 1969. On peut apprécier, pour l'occasion, les seules versions connues en live de "Grantchester Meadows" et de "The Narrow Way", laquelle sera reprise sur le CD2. Sorties du contexte Ummagumma, ces chansons passent très bien l'épreuve du temps, rappelant que PINK FLOYD, s'il utilisait beaucoup le blues comme base de ses compositions, savait être folk, champêtre et aérien durant ses premières années post-BARRETT. "Cymbaline" et "Green Is The Color" restent dans cette même veine et ces deux extraits de More sont tout à fait charmants, même si on peut regretter que sur le second titre, les bruitages prennent autant d'espace sonore au détriment de la musique. Cependant, le titre est développé sur 7 minutes avec les notes de "Careful With That Axe, Eugene" que l'on a du mal à reconnaître en tant que tel. A noter cependant que chaque instrument se détache parfaitement des autres. Je ne dirai jamais assez à quel point le travail sur le son de ces coffrets est colossal.

"Embryo" est enfin LA version sortie sur la compil' des artistes 'Harvest' Picnic (A Breath Of Fresh Air). Je vous avais fait mention, lors de ma chronique sur The Early Years 1968 Germin/Ation, du fait que le titre était travaillé depuis fin novembre de l'année précédente. Ce qui est étonnant, en l'espèce, c'est qu'il soit placé sur ce disque dédié à l'année 1969 alors que la sortie de cette compil' est de 1970. Comprenne qui peut.

Les quatre titres suivants ont été enregistrés le 9 août 1969 au Paradiso d'Amsterdam. "Interstellar Overdrive" est fortement ralenti et plus planant que deux ans auparavant. Les trois titres suivants sont des morceaux de choix, dépassant allègrement les dix minutes. La version de "Set The Controls For The Heart Of The Sun" est puissante et dramatique. Cependant, si on peut déplorer un sous-mixage de la voix de Roger WATERS, ceci ajoute de l'intérêt à cette version puisque l'on peut se concentrer sur la beauté du titre et la complémentarité des instrumentistes. "Careful With That Axe, Eugene" est une des plus belles versions que je connaisse même si, là encore, le sous-mixage ne permet pas d'entendre le cri dément de Roger WATERS. Enfin, "A Saucerful Of Secrets" reste conforme aux versions déjà connues, sans toutefois qu'on entende la voix de tête de David GILMOUR, vraisemblablement pour les mêmes raisons que précédemment.

Le CD2 est consacré entièrement aux prestations du groupe intitulées The Man And The Journey***. Il faut déjà savoir que ces prestations étaient devenues légendaires et peu de personnes peuvent se targuer d'avoir pu les voir in situ, au point que le groupe allemand RPWL s'était attelé à la tâche de les faire revivre en concert au cours de l'année 2016. Fruit de titres issus de Ummagumma et More essentiellement ainsi que d'improvisations, cette suite a été jouée la première fois le 14 avril 1969 à Londres et a été développée une vingtaine de fois jusqu'en juin, puis en septembre aux Pays Bas et en France en janvier 1970. Ici, il s'agit de la prestation du 17 septembre au Concertgebouw d'Amsterdam. Chaque concert a sa propre identité, basée sur l'improvisation pour la partie The Man qui raconte la journée type d'un travailleur de la société post-industrielle, chaque soir voyant une prestation différente de la précédente. D'une durée de 40 minutes en moyenne, elle atteint ici les 76 minutes. Certaines séances de 'happenings' sont des petites mises en scène allant du sciage de planches ("Work" voit, par exemple, Roger WATERS et David GILMOUR assis sur la scène avec des marteaux, frappant en cadence alors que Nick MASON martèle ses cymbales et Richard WRIGHT ses vibraphones) à la cérémonie du thé, chacun des membres du groupe se regroupant au centre de la scène et partageant cette boisson assis en tailleur. Cette improvisation sera à l'origine du titre "Alan's Psychedelic Breakfast" dans l'album Atom Heart Mother****. Dans ces happenings, préfiguraient aussi le désir des membres du groupe de composer un album avec les objets du quotidien après Dark Side Of The Moon, idée vite abandonnée car menant à une impasse. Il est juste regrettable que ces instants, visuellement étonnants, n'aient pas pu être filmés et restitués dans ce coffret. Seules les chansons peuvent être visualisées, ce qui n'est pas mal en soi, mais pas satisfaisant en totalité.

Parmi les autres titres joués, hors improvisations diverses dans The Man, nous avons ce morceau "Biding My Time", entendu sous le nom "Afternoon" et dont on trouvera la première trace discographique officielle, plus concise, dans la compil' Relics sortie en 1971. "Cymbaline", quant à elle, est développée à plus de 9 minutes et reste une très belle version désignée sous le nom de "Nightmare" et correspondant à la fin de la journée.

Pour la partie The Journey, il est difficile de déterminer de quel voyage il s'agit. Voyage sous acide ou voyage dans d'autres contrées ? Cette suite sans interruption entre les morceaux fait l'objet de nombreuses improvisations, avec quelques 'titres' inédits tels "The Labyrinths Of Auximines", "Footsteps/Doors" (délire sonore portant bien son nom) ou "Behold The Temple Of Light" avec la guitare mise en avant avant que n'entre le Farsifa de WRIGHT et les tics habituels du groupe, à cette époque, avec le gong de WATERS pour accentuer la dramaturgie d'un titre plutôt planant. "The Narrow Way part. 3" fait l'objet d'un traitement particulier sur la voix où David GILMOUR, réputé à l'époque pour sa justesse, se permet de varier le ton au point de chanter faux. Heureusement, la partie musicale rattrape ce raté. "Pow R. Toc H." sous le titre "The Pink Jungle" est encore plus déjanté que dans The Piper at the Gates of Dawn et "A Saucerful Of Secrets" sous le nom de "The End Of The Beginning" fait la part belle aux claviers de WRIGHT, le titre n'étant développé pour l'occasion que dans sa dernière partie (la plus belle) avec une puissance qui va crescendo. Vraiment magnifique.

Vu le nombre d'inédits et la qualité des enregistrements, la note ne peut être qu'élevée. Pourquoi pas la note maximum ? Parce que David GILMOUR devait avoir la voix fatiguée sur le CD2 et que certains titres du CD1 ne sont pas particulièrement mémorables. Il ont le mérite d'exister et pour l'anthropologue averti, cela peut avoir quelqu'intérêt.
Cependant, malgré ces défauts, ce CD est extraordinaire et ne peut que satisfaire celui ou celle qui veut comprendre ce groupe en quête constante de nouveaux territoires avant d'exploser à la face du monde en 1973 et devenir le monstre que l'on connaît.

Note réelle : 4,5/5


*C'est Roger WATERS qui est à l'origine du concept, obligeant même David GILMOUR, qui n'avait aucune appétence pour l'écriture de chansons, préférant la musiques aux paroles, à se débrouiller seul, au grand dam de celui-ci.
**Je le soupçonne d'ailleurs d'avoir une inclination pour la 'money' plus que ses comparses, ce qui entraînera la rupture qui couvait depuis 1977.
***Cette suite fut, parfois, appelée The Massey Gadgets Of Auximenes - More Furious Mandes From Pink Floyd.
****Pour rappel, le Alan en question n'est pas Alan Parsons (qui n'avait pas encore intégré l'équipe) mais Alan Styles, un des road managers du groupe.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BRADFLOYD :


Joe SATRIANI
The Elephants Of Mars (2022)
Son meilleur disque depuis au moins 20 ans




Steven WILSON
The Harmony Codex (2023)
Quand steven wilson retrouve son inspiration

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- David Gilmour (chant, guitare)
- Roger Waters (chant, basse)
- Nick Mason (percussions)
- Richard Wright (claviers)


- cd1
1. Hollywood

2. Theme (beat Version)

3. More Blues (alternative Version)

4. Seabirds (instrumental)

5. Embryo

6. Grantchester Meadows

7. Cymbaline

8. The Narrow Way
9. 
green Is The Colour
10. 
careful With That Axe, Eugene
11. 
interstellar Overdrive

12. Set The Controls For The Heart Of The Sun

13. Careful With That Axe, Eugene

14. A Saucerful Of Secrets

- cd2
- part 1: The Man

1. Daybreak (grantchester Meadows)
2. 
work

3. Afternoon (biding My Time)

4. Doing It

5. Sleeping
6. 
nightmare (cymbaline)

7. Labyrinth
- 

part 2: The Journey

8. The Beginning (green Is The Colour)

9. Beset By Creatures Of The Deep (careful With That
10. The Narrow Way, Part 3

11. The Pink Jungle (pow R. Toc. H)

12. The Labyrinths Of Auximines

13. Footsteps / Doors

14. Behold The Temple Of Light

15. The End Of The Beginning (a Saucerful Of Secrets)



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod