Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Skerryvore, Skipinnish, Cal, Manran, Oysterband, Dougie Maclean , The Saw Doctors , Anduril, Coast
- Membre : A Hundred Thousand Welcomes, Big Country, Georg Kaiser , Donnie Munro , Bruce Guthro
- Style + Membre : The Band From Rockall

RUNRIG - The Big Wheel (1991)
Par GEGERS le 20 Février 2010          Consultée 1742 fois

Un banjo s'anime, rapidement suivi par une guitare électrique, une batterie. S'installe alors un rythme lancinant, au tempo lent, auquel s'ajoutent des chœurs lointains en gaélique et une voix solennelle, évoquant des images d'une route écossaise, détrempée et baignée dans l'obscurité. Puis les mélodies s'effacent, doucement, sans laisser derrière elles grande impression. C'est ainsi, avec le morceau « Headlights », que débute The Big Wheel, le septième album d'un RUNRIG alors au sommet de sa gloire.

Petit retour en arrière : craignant sans doute que la lassitude ne le gagne, RUNRIG tente en 1990 le pari de composer dans l'ordre les morceaux qui allaient constituer alors sa nouvelle offrande studio. Un pari risqué et à moitié réussi, puisque le groupe puisera à deux reprises dans son passé pour utiliser d'anciennes mélodies laissées à l'abandon, et retravaillera également l'ordre final des morceaux. Et le tout, il faut bien le dire, pour un résultat mitigé. Car à l'image de « Headlights », RUNRIG se révèle un peu lancinant et pataud, utilisant parfois des raccourcis faciles, et peinant à réitérer les éclairs de génie qui parsemaient ses précédents albums.

Moins facile d'accès que Searchlight, The Big Wheel, cristallisé par cette pochette reprenant un motif celtique symbolisant la roue du temps (le concept de cycle d'existence éternellement renouvelé étant communément admis chez les païens insulaires), voit pourtant RUNRIG offrir quelques uns de ses morceaux les plus réussis : « Abhainn an T-Sluaigh » tout d'abord. Premier des deux titres de l'album en gaélique, ce morceau très psalmodique caractérisé par une rythmique lente voit Rory MacDonald prendre de façon exceptionnelle le micro, pour un résultant débordant d'émotion brute et quasi-religieuse. Titre suivant, « This Beautiful Pain » traite quant à lui de manière très poétique du thème de l'accouchement, légèrement handicapé par un clavier un peu « cheap » mais sublimé par des parties flamboyantes de guitare acoustique de Malcolm Jones. Offrant un tempo plus joyeux et dansant, « Always the Winner » (tout comme « Edge of the World ») vient réveiller l'auditeur avec un refrain persistant et la voix d'un Donnie Munro délicieusement sobre. Et comment ne pas mentionner « Hearthammer » qui, doté d'un riff imparable à la DIRE STRAITS, s'impose comme le « tube » en puissance qu'il deviendra rapidement (et qui permettra au groupe de se produire pour la première fois de sa carrière à la célèbre émission Top of the Pops). Enfin, la ballade piano/voix « I'll Keep Coming Home », sur laquelle Donnie Munro s'envole cette fois-ci dans des envolées lyriques qui lui sont chères et qui font de ce titre une réussite indéniable.

Les quatre morceaux restants sont malheureusement bien moins intéressants : « Headlights », « Healer in Your Light » et « Flower of the West » témoignent d'un groupe en léger manque d'inspiration et répétant, en moins bien, certaines structures et mélodies de ses morceaux passés, pour un résultat n'ayant que peu d'intérêt si ce n'est l'envie d'écouter à nouveau l'excellent The Cutter and the Clan. « An Cuibhle Mor », second morceau en gaélique de l'album, se veut quant à lui plus original, notamment grâce à une ligne de basse lancinante dictant le ton du morceau. Handicapé néanmoins par une mélodie sombre et peu agréable, ce titre se révèle également comme une des faiblesses de cet opus.

Marqué par une petite moitié d’album très anecdotique, The Big Wheel est l’un des rares albums de RUNRIG à l'intérêt plus que limité, et pourtant marqué par un succès commercial conséquent. Léger passage à vide créatif pour le groupe, The Big Wheel se verra bien vite supplanté par Amazing Things, qui se voudra bien plus convaincant !

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


GREAT BIG SEA
Xx (2012)
On a qu'une fois 20 ans




Adam COHEN
We Go Home (2014)
Fils de... folk !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Rory Macdonald (basse, chant)
- Calum Macdonald (batterie, percussions)
- Malcolm Jones (guitare)
- Donnie Munro (chant)
- Peter Whishart (claviers)


1. Headlights 
2. Healer In Your Heart 
3. Abhainn An T-sluaigh 
4. Always The Winner 
5. This Beautiful Pain 
6. An Cuibhle Mor 
7. Edge Of The World 
8. Hearthammer 
9. I'll Keep Coming Home 
10. Flower Of The West



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod