Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Elsa LUNGHINI - Elsa (1988)
Par MARCO STIVELL le 31 Mars 2010          Consultée 2693 fois

Elsa (dont le nom complet est Elsa LUNGHINI) n'a encore que 14 ans, elle est pourtant très bien accueillie par le public français en 1987 avec son premier single "T'en Va Pas", que l'on ne retrouvera curieusement pas sur ce premier album... A l'époque, il y a une soi-disante rivalité (qui reste surtout un coup journalistique) entre Vanessa PARADIS et elle, et l'on remarquera que la jeune interprète de "Joe le Taxi" ne s'en est en revanche pas privée, le titre ayant été intégré à son Marilyn & John. On notera aussi que les deux petites demoiselles n'ont pas grand-chose à voir en ce qui concerne leur image. Vanessa se révèlera rapidement un peu plus "bimbo", utilisant son chant acidulé pour un registre plus porté sur le sensuel, alors qu'Elsa donnera, avec ce premier album notamment, l'impression de la fille que l'on rêve d'avoir, plus gentille, bien élevée et encore très proche de son papa Georges qui co-signe la quasi-totalité des mélodies.

Les textes sont plutôt lisses, sans réels sous-entendus et en entendant la petite Elsa chanter "Que Dieu protège toujours mes parents, mes amis..." sur "Mon Cadeau", on se dit que c'est le genre de choses qui pouvait faire encore mouche à l'époque, loin de la langue bien pendue de nombreux groupes de rock français. Dans la même lignée, musicalement, ce disque éponyme se révèle riche en slows (avec cependant une chanson qui bouge un peu plus : "Jimmy Voyage"), très posé jusque dans les parties instrumentales, avec des guitares en son clean notamment. Même le saxophone ténor de Michel GAUCHER sur "Le Rôle de sa Vie" se fait doucereux et non agressif (par opposition à la manière dont cet instrument est utilisé globalement durant cette décennie), c'est dire à quel point l'envie de mettre l'accent sur cette image positive et rassurante est forte. Elsa en 1987-88, c'est la Beatlesette de la pop-variété française. En plus elle est déjà très jolie...

Malgré, donc, une ou deux tentative de singles plus rapides avec "Jimmy Voyage" et "Jour de Neige" (un de ses plus grands tubes), le tempo de l'album est bloqué en mode "slow". Non seulement ils se suivent les uns les autres, mais on se dit qu'ils auraient vraiment pu tous marcher de manière égale. "Un Roman D'Amitié" avec Glenn MEDEIROS a bien eu son succès, "Jamais Nous" avec Laurent VOULZY un peu moins (Lolo lui offrira la réciproque en invitant Elsa cinq ans plus tard pour un morceau de son album Caché Derrière). Tous deux sont très beaux en tout cas. La jeune fille, qui n'écrit pourtant pas encore ses textes elle-même, joue la carte de l'intimité avec "Mon Cadeau" et "Quelque Chose Dans mon Coeur". C'est le genre même de naïveté qui est facilement critiqué par les farouches opposants à cet aspect de (pour ne pas dire toute) la variété française, le "des années 80" en option, alors que personnellement ça m'attendrit plus qu'autre chose. Citons encore dans les jolies ritournelles "Nostalgie - Cinema" dédiée à "Papa" Georges LUNGHINI et donc logiquement chantée en italien, avec un faux petit son de "pipe organ".

A propos de son, n'y allons pas par quatre chemins, ceux qui conchient les années 80 n'y trouveront pas leur compte, loin s'en faut. Synthés à foison (Vincent-Marie BOUVOT qui a co-signé la plupart des musiques avec Georges LUNGHINI et que l'on retrouvera quelques années plus tard auprès de ZAZIE), batteries électroniques, production froide, réverb' à n'en savoir que faire, programmations bien ancrées dans leur époque (la flûte traversière de "Jimmy Voyage" force même le sourire)... Miam que c'est bon, pour un adorateur de cette période en tout cas, ce qui tombe bien pour moi. C'est la recette et il faudra attendre 1996 pour qu'Elsa renouvelle vraiment l'emballage de ses chansons, même si le deuxième album se démarquera un peu.

L'album des débuts est aussi celui de la consécration. Plusieurs artistes mettent un certain temps et quelques disques avant de connaître la renommée, Elsa fera le chemin inverse : un succès fou au début, et décroissant au fil des années, au moins pour une décennie. C'est bien dommage car même si ce premier essai est tout à fait concluant, le meilleur reste à venir.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


PAULINE
La Vie Du Bon Côté (2010)
Un net progrès




FREDERICKS / GOLDMAN / JONES
Du New Morning Au Zénith (1995)
Live très folk et très rock, un indispensable !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Elsa Lunghini (chant)
- Yves Sanna (batterie)
- Claude Salmieri (batterie)
- Kamil Rustam (guitares)
- Bernard Paganotti (basse)
- Jannick Top (basse)
- Michel Gaucher (saxophone ténor)
- Vincent-marie Bouvot (claviers)
- Raymond Donnez (claviers)
- Francine Chantereau (choeurs)
- Catherine Bonnevay (choeurs)


1. Mon Cadeau
2. Sud-africaine
3. Un Roman D'amitié
4. Jimmy Voyage
5. Le Rôle De Sa Vie
6. Jour De Neige
7. Jamais Nous
8. Quelque Chose Dans Mon Coeur
9. Celui Qui Viendra
10. A La Même Heure Dans Deux Ans
11. Nostalgie-cinema



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod