Recherche avancée       Liste groupes



      
BLUES  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Stevie Ray Vaughan , Popa Chubby
- Membre : Muddy Waters , Captain Beyond
- Style + Membre : Rick Derringer

Johnny WINTER - John Dawson Winter Iii (1974)
Par ERWIN le 22 Avril 2010          Consultée 2842 fois

L’improbable photo du 7ème opus de Johnny Winter surprend au premier abord, voilà un homme qui se fout de l’image, qui ne vit que pour communiquer sa passion de la musique à qui voudra bien l’écouter. Alors est-ce un caprice de sa fiancée du moment? l’influence d’Edgar? Un pari perdu? Nul ne le sait, mais voilà une entrée en matière visuelle bien inhabituelle pour le texan, et il faut bien admettre qu’un rien l’habille, le polisson. Voilà l’album de ses trente printemps. Sa vie est déjà une longue succession de descentes aux enfers, dont il a réchappé par miracle quelques années auparavant.

Alors ce John Dawson Winter III me direz-vous? L’album de la diversité, d’une certaine forme de consécration, sans nul doute le préféré de votre chroniqueur.
Les festivités démarrent avec le « Rock and roll people » composé pour notre Johnny par un autre Johnny, le Lennon lui-même. Ca vous pose un homme, un tel parrainage, et la chanson est un must! Alors c’est d’humeur toute guillerette que le splendide rock « Golden days of rock’roll » retentit: une occasion pour Winter de replonger dans les influences de son adolescence quand il monta son premier groupe à 17 ans en compagnie de son frangin...
Toujours dans les tempi endiablés, nous avons le cadeau de Rick Derringer à Johnny, son complice de toujours, avec la puissante « Roll with me » assortie d’un nouveau solo issu en droite ligne de l’espace.

On trouve de tout sur cet album et notamment une pointe de soul sous les traits de « Mind over matter », un improbable mélange musical très addictif, au rythme chaloupé et à la guitare omniprésente. Soulignons que l’albinos est ici au sommet de son art vocal, ce qui donne au titre une coloration toute originale (écoutez ce refrain!).

Dans un tout autre registre plus proche de la « pop » (mais attention, on cause là d’une pop bodybuildée), nous avons « Pick up my mojo ». Un lick de gratte phénoménal emmène l’auditeur au septième ciel, le solo est transcendant, Johnny s’y lâche totalement, une vraie merveille. Un morceau d’une trempe rare. Mais on ne s’arrête pas là, bien au contraire, dans un registre quasiment hard rock, le tatoué balance une reprise d’Elvis exceptionnelle car totalement inconnue du grand public. Il figure sur un album récent du King, il s’agit de « Raised on rock ». Que vous dire, il s’agit d’une des plus belles chansons qui soient, il parvient même grâce à des adjonctions guitaristiques de folie à éclipser la version du king! All hail Johnny Winter, King of rock’roll guitar!

Nous sommes déjà bien contents d’avoir découvert tous ces titres exceptionnels, mais les réjouissances ne s’arrêtent pas là, non non non. Dans la famille chef d’œuvre ultime, je demande la bluesy « Sweet papa john ». Relisez la kro du « Captured live » si vous souhaitez en savoir plus sur ce morceau unique, Johnny seul avec sa guitare pour mon morceau de blues préféré. Il est à noter que c’est le seul « blues » de l’album, car « Self destructive blues » louche carrément du coté du Blues rock musclé.

Déboule alors « Love song to me », chanson pour tous les bouseux redneck du sud des USA. Johnny, passionné de country, accorde à cette dernière occupe une place de choix sur son album.

Et Johnny de se la jouer smooth, car il faut de tout pour être une légende vivante… Et « Stranger » de résonner dans vos oreilles, Johnny s’y trouve très à son avantage, de même que sa Firebird qui rugit de plaisir, ce sont assurément les plus beaux jours du couple magique. « Lay down your sorrows », au ton plus mainstream s’avère, là encore, être une vraie réussite. On remarquera la récurrence du thême final, vieille réminiscence de « While my guitar gently weeps », au solo joué par Eric Clapton sur l’album blanc des Beatles.

Un constat? L’album ne contient que des masterpieces, c’est la perfection, un instant de réjouissance comme il en existe peu. Merci Johnny. C’est un 6 étoiles (seulement ai-je envie de dire!) arrondi à 5 pour de vulgaires et mesquines raisons administratives.

A lire aussi en BLUES par ERWIN :


Johnny WINTER
Captured Live! (1976)
Jouissance guitaristique




Hubert Felix THIEFAINE
Amicalement Blues (2007)
Hf et paulo bien burnés


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Rock & Roll People
2. Golden Olden Days Of Rock & Roll
3. Self Destructive Blues
4. Raised On Rock
5. Stranger
6. Mind Over Matter
7. Roll With Me
8. Love Song To Me
9. Pick Up On My Mojo
10. Lay Down Your Sorrows
11. Sweet Papa John



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod