Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK / BLUES / RAP / ETC  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Organic

Bernie BONVOISIN - Organic (2010)
Par GEGERS le 10 Septembre 2010          Consultée 1652 fois

Bernard BONVOISIN. Depuis la fin des années 70, nombreux sont ceux à savoir que derrière cette bonhommie patronymique se cache la tête pensante de Trust, dont le hard rock rageur et engagé connut, est-il utile de le rappeler, son apogée dans le courant des années 80. Moult reformations, dont la dernière en date (qui donna naissance à l'album 13 à Table paru en 2010), n'y firent rien. Les ailes brûlées Trust s'enfoncent dans une indigence musicale pardonnée par les nostalgiques d'un groupe pourtant indispensable. Lorsqu'un groupe perd la foi et la colère qui était son moteur, pourquoi alors continuer ? Certains diront que la colère peut se simuler en contrepartie d'un peu de cash dans le portefeuille...

Toujours est-il que ce nouvel opus solo, Bernie ne le sort pas pour la thune. Quatrième album en solitaire du bonhomme, succédant à Étreinte Dangereuse (1993), Organic voit Bernie s'acoquiner de nouveau avec son collègue et ami Iso Diop, également bassiste de Trust, qui réalise l'opus. Celui-ci porte fort bien son titre. Minimaliste et dénué de tout artifice, Organic se veut principalement un support aux textes engagés et inspirés de l'artiste. Tellement que l'on aurait bien imaginé Bernie nous servir un album de slam, plutôt que de nous servir çà et là des ambiances rock, blues ou électro pauvres et bêtasses, compositions de bas étages laissant une désagréable impression de facilité et de déjà-entendu. Uniquement constitué de titres mid-tempo, Organic ne séduira certainement pas par ses musiques bâclées et abrutissantes (la boîte à rythme d' « Être et Avoir »). Car si l'on se surprend à dodeliner de la caboche à l'écoute du bluesy « Le Contraire de Ce Que Je m'Imagine » ou se complaire dans la douce mélodie acoustique de « Chacun Sa Haine », l'ensemble peine à mettre en valeur les textes de Bernie.

Car là est bien tout l'intérêt de cet opus. Bernie, remonté comme un coucou, la plume affûtée, livre sur Organic quelques textes bien sentis qui résonnent et font mouche, paradoxalement bien aidés par l'indigence musicale de l'opus. En tête de liste, « Mr l'Prince » rassemble tous les suffrages. Dénonciation de la puanteur et du côté bling-bling de certains cols-blanc, le titre s'impose rapidement comme la meilleure réalisation de l'opus. « Deux mots me font vomir : la pauvreté et l'éthique » nous chante un Bernie dont la voix rocailleuse si particulière sert parfaitement ce réquisitoire délectable. « Résigné », reprenant le thème usé jusqu'à la corde mais néanmoins toujours d'actualité que l'intégration ratée des immigrés (« ton sort est celui de millions qui sont exclus, que l'on parque »), offre une réflexion juste et mesurée sur ce problème majeur des sociétés occidentales. La colère et la soif de revanche se font présentes sur « Chacun Sa Haine » qui, avec ses sonorités rap se veut également une indéniable réussite (« La haine est souveraine au sein de la nation, elle réconforte l'électeur et remplit les prisons »).

Le reste de l'album (soit 12 morceaux tout de même) se fait plus anecdotique. Réflexions plus générales sur nos sociétés modernes, ultra-sécuritaires et superficielles, les compositions souffrent pour leur part véritablement de ce manque de conviction musicale. Dommage ainsi que « Les Uns, Les Autres », réflexion sur l'égoïsme sociétal, soit affligée d'une ambiance hip hop totalement imbitable. « Panurge », autre texte fort sur l'aveuglement des foules, se voit pour sa part gâché par des sons électro désespérants de futilité et une mélodie répétitive à l'intérêt plus que limité...

Handicapé par des arrangements musicaux bâclés, Organic peine au final à tenir ses promesses. Si quelques textes mordants et inspirés parviennent à convaincre, ils ne font au final que nous rappeler que Bernie BONVOISIN n'est plus le pamphlétaire charismatique qu'il fût dans le courant des années 80. Sincère et authentique, le bonhomme semble malheureusement se casser le nez en tentant de répéter les succès d'un glorieux passé désormais insaisissable. Un coup dans l'eau pour un artiste dont l'avenir musical semble bien sombre...

A lire aussi en DIVERS par GEGERS :


Les FATALS PICARDS
Pamplemousse Mécanique (2007)
Fourre-tout parodique made in picardie




Michael SCHENKER
Thank You 2 (1998)
Michael schenker : sa muse l'habite


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Bernie Bonvoisin (chant)
- + Divers Instrumentistes


1. I Am
2. La Tienne Avant La Mienne
3. Mr L'prince
4. Etre Et Avoir
5. Que Tout Est Eternel
6. Résigné
7. Vol De Misère
8. Chacun Sa Haine
9. Horizontaliste De Chair
10. Le Contraire De Ce Que...
11. Spiritualité
12. Gazoline
13. Panurge
14. Goût De Sang
15. Les Uns, Les Autres



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod