Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Alan Stivell , Ys, Keris

Michel SANTANGELI - Santangeli (1983)
Par MARCO STIVELL le 3 Octobre 2010          Consultée 3063 fois

Sacré Michel SANTANGELI... Au sens propre comme au figuré. Pour ceux qui le connaissent depuis longtemps via les disques sur lesquels ils ont pu l'entendre jouer, il est dans le même intervalle entré dans la légende non seulement des meilleurs batteurs, mais aussi carrément des meilleurs musiciens de la scène pop-rock française. Combien parmi ceux-ci ont à leur palmarès une collaboration, même en temps que simple musicien de session, avec d'autres légendes, internationales cette fois, comme Iggy Pop ? Mais en France, Michel SANTANGELI reste connu avant tout pour ses collaborations avec des musiciens non moindres et du cru : d'abord le breton Alan Stivell de 1972 à 1975 (albums Olympia Concert, Chemins de Terre et E Dulenn) qui aura révélé son jeu aussi intelligent qu'énergique, et aussitôt après un autre grand monsieur, Jacques Higelin.

Les fans de ce dernier connaissent bien Michel, on peut lire ça et là sur les forums qu'il "fait partie de la famille", carrément ! Et ce n'est guère étonnant quand on voit la durée sur laquelle ils ont joué ensemble, à savoir "tout juste" treize ans, chose plutôt remarquable. Mais ce que les fans de Jacques Higelin sont parmi les seuls à savoir, c'est qu'en plus d'être le batteur idéal, il est doublé d'un excellent chanteur. Une voix agréable à la base, et qui se révèle capable d'attraper des notes haut perchées.

Ce détail est à retenir car, pour cet unique album jamais réédité en CD du mythique batteur, celui-ci a tout simplement, chose très curieuse, décidé de laisser ses baguettes et marmites de côté pour se concentrer sur l'écriture (tout l'album vient de sa patte) et le micro. Le triangle autocollant en haut à gauche de la pochette a beau certifier "Jacques Higelin présente" - Michel, comme vous vous en doutez -, ce n'est pas en pseudo-star good looking hyper-sérieuse et propre sur elle que se dévoile la "vedette", mais tout au contraire, avec des cheveux longs et une barbe (jusque là ça peut surprendre mais ça reste normal) et un corps non pas d'athlète, mais de bébé (!) nu sur un coussin rose (!!) Après cela, on ne peut échapper à l'idée que le contenu sera du même registre, à la fois amusant et surtout pas "prise deuu tête" (wesh yo !) Même l'auréole au-dessus de la tête de Michel ne pourra nous faire douter...

C'est donc Jacques Higelin qui veille sur son ami, on ira même jusqu'à retrouver ses autres musiciens sur cet album : le guitariste Pierre Chérèze, le bassiste Eric Serra (celui du Grand Bleu of course), le claviériste Franck Wuytz, les frères Guillard aux cuivres notamment. Etant donné que Michel n'est ici que chanteur, c'est Amaury Blanchard (musicien de Renaud entre autres) qui tient les fûts, et on notera parmi les choeurs, outre une "Toutoune" Santangeli, la présence d'un certain Pierre Vassiliu...

"Moche Ma Gamelle", toutes guitares dehors, voix de Michel hargneuse sans être trop forcée avec rythmique d'acier et choeurs soul, ainsi que du côté des paroles une forte dérision et un côté on peut même le dire complètement dégueulasse représente fort bien l'ensemble de l'album, en plus d'être un titre rock dynamique assez convaincant. Quant aux paroles, il faut s'y faire et les prendre comme elles sont car on ne s'y est pas trompé, ce sera comme ça pour tout l'album. Mais le gentil Michel (que je salue avec le plus grand respect) me l'a avoué lui-même, il adore dire des bêtises, et déjà qu'on l'aime en tant que musicien, il n'en parait que plus "bon vivant" et pleinement appréciable pour cela. On passera donc des situations les plus débiles au point d'en être même "embarrassantes" ("Le Plombier Dans la Baignoire", "Ciel ! les Maris"...) à des effluves de cochonneries émanant de la boisson ("Solitude du Veuf Alcoolique") ou de l'ail que l'on aurait "trop mis dans l'gigot aux haricooots" - à chanter de manière bluesy et avec la participation inédite du Golden Gate Quartet qui a bien voulu se prêter au jeu -, et il faut souligner le fait que c'est en gros à peu près tout ce qu'il dit sur près de cinq minutes, avec le fait que du coup il "refoule du goulot"... Tordant.

Tout n'est vraiment qu'à prendre avec le sourire (notons encore le coup de feu suivi du "Tu es mort mon chéri ?" à la fin de "Où Est Ma Femme ?"), y compris musicalement. Déjà Michel y met le ton, mais le coup des "nanana" hyper kitchs de "Ciel ! les Maris" (ils me rappellent ceux de la chanson "Le Père Noël Noir" de Renaud), fallait le faire et c'est génial car le bonhomme l'a fait. Les titres eux-mêmes sont parfois grandioses et bien pensés comme "Silence ! Vous Allez Réveiller Ma Mère", au niveau de la diction sur la musique, on peut dire que "ça sonne" ! Quant aux parties vocales - Michel se débrouille comme un chef, c'est en le découvrant avec ce disque qu'on aurait peine à croire qu'il est aussi un batteur, et encore plus un super batteur - et instrumentales, on est même si l'on n'adhère pas au délire obligé de reconnaître que c'est 'achement bien foutu. Les guitares bien sûr car c'est l'instrument qui ressort le plus, mais aussi la rythmique, les cuivres qui viennent swinguer sur trois morceaux ("Silence ! Vous Allez Réveiller Ma Mère" avec ses influences soul-funk, "Le Plombier Dans la Baignoire" et "Ce Salaud de Métro")... On retiendra particulièrement les riffs de "Ciel ! les Maris", les parties de piano et d'orgue ça et là, la basse très mélodique et le petit accordéon de maître Higelin sur "Solitude du Veuf Alcoolique" (seul titre où il participe).

En tout et pour tout, et malgré le nombre faible de titres, aucun n'est à placer en dessous des autres, aussi bien sur le plan composition qu'arrangements ou franche rigolade. Les très jolis "Solitude du Veuf Alcoolique" et "Mon Ivresse de l'Eté" (quasiment un slow) passeront pour plus sérieux, mais sinon tout le disque permet, en plus de passer un bon moment musical, de se divertir après une rude journée. Du bon rock français de l'époque, entrecoupé de titres plus "doux", un très bon album haut en couleurs que tous les fans devraient apprécier.

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


SANTANA
Blues For Salvador (1987)
Belle remontée !




MOSTLY AUTUMN
Still Beautiful - Live 2011 (2011)
Space-rock décidément inusable


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Michel Santangeli (chant)
- Pierre Chérèze (guitares)
- Christian Leroux (guitares)
- Eric Serra (basse)
- Amaury Blanchard (batterie)
- Franck Wuytz (piano, claviers)
- Jacques Higelin (accordéon)
- Alain Guillard (saxophone ténor)
- Yvon Guillard (trompette)
- Jérôme Naulais (trombone)
- Pierre Vassiliu (choeurs)
- Anne Vassiliu (choeurs)
- 'toutoune' Santangeli (choeurs)
- Anita Bonan (choeurs)
- Dom, Stephan, Alain (choeurs)
- Catherine Philippe Gérard (choeurs)
- Anne-marie Renault (choeurs)
- The Golden Gate Quartet (choeurs)


1. Moche Ma Gamelle
2. T'as Mis D'l'ail
3. Ciel ! Les Maris
4. Solitude Du Veuf Alcoolique
5. Silence ! Vous Allez Réveiller Ma Mère
6. Le Plombier Dans La Baignoire
7. Où Est Ma Femme ?
8. Ce Salaud De Métro
9. Mon Ivresse De L'eté



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod