Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Mike & The Mechanics, Roxy Music

Paul CARRACK - One Good Reason (1987)
Par MARCO STIVELL le 15 Mars 2011          Consultée 928 fois

Paul CARRACK a eu jusqu'au milieu des années 80 un peu de mal à se faire un vrai nom, ne serait-ce qu'en ce qui concerne son pays, et bien qu'ayant fait partie du Squeeze de "Tempted" ou en ayant livré des singles gentiment tubesques comme "Always Better With you" (qui méritait vraiment d'être un tube), de son deuxième album Suburban Voodoo. Avec sa participation remarquable au premier opus de Mike & The Mechanics, le groupe de Mike Rutherford (Genesis) en 1985 et à la tournée qui a suivi, le nom de Paul CARRACK a enfin pu résonner à échelle planétaire, accompagné du titre de la chanson "Silent Running" dont il est devenu indissociable. Profitant d'un break du groupe (Mike Rutherford se consacrant de nouveau à Genesis), Paul publie son troisième disque solo en 1987, le bien nommé One Good Reason. En effet, après quelques tubes mondialement connus avec un groupe, cette troisième escapade en solitaire est une bonne raison de se faire encore un peu mieux connaître.

Et à plus forte raison, si les chansons sont susceptibles d'être bien placées dans les hit-parades. En effet, c'est limite si vous ne devriez pas oublier totalement les deux opus précédents de Paul (enfin, pas "Always Better With you", oui j'y tiens à celle-là !) tant les compositions de One Good Reason donnent un goût d'aboutissement et de fort caractère tubesque. Sur les dix qui représentent le contenu de l'album et qui méritent de figurer en single, il y en a, allez... dix !! A côté, celles de Nightbird se font petites, toutes petites... Cependant, il convient de préciser une chose importante: One Good Reason a été publié en 1987, cela veut dire ce que ça veut dire. On se doute bien que Paul ne fait pas du rock garage ou à la Joan Jett, bien qu'il en serait capable le bougre, d'autant plus qu'en dehors d'une super voix, il est un multi-instrumentiste assez doué (guitare, claviers, batterie), donc il pourrait fournir quelque chose de plus fouillé. Hé ben non, on reste dans la pop gentille de Nightbird et de Suburban Voodoo, mais transposée à l'esprit pop FM de tout ce que ce milieu d'années 80 a pu produire. Donc bien évidemment, comme à peu près chaque album que j'ai chroniqué de cette époque, on garde la même recette, batterie avec forte réverb', synthés à foison... Et ô surprise, le disque a été mixé à Fisher Lane Farm, qui n'est autre que le "The Farm" mythique du Genesis de tous les tubes.

Paul s'est entouré d'un petit groupe. En dehors du chant, il se charge lui-même des claviers, en ayant appelé en renfort Wix Wickens qui a pas mal joué entre autres avec Paul McCartney. A la batterie, c'est Peter Van Hooke, le batteur de Mike & the Mechanics. Aux guitares, c'est Tim Renwick, un requin de studio qui a, entre autres, accompagné le Pink Floyd des années 87-95 en live. Aux percussions, Franck Ricotti, autre requin. Aux choeurs, Jackie Rawe et Linda Taylor, autres req... Non ce n'est pas très élégant, on va dire deux belles demoiselles aux voix très agréables qu'elles ont prêtées à beaucoup d'artistes de ces années-là (manque plus que Tessa Niles et Katie Kissoon). Voilà c'est à peu près tout. Pas de basse ? Ah oui c'est vrai, mais vous me direz, c'est pas si étonnant, avec les synthés ils s'en passaient très bien à l'époque...

Voilà en quelques lignes une excellente manière de décrire l'ensemble du disque sans parler des chansons en elles-mêmes. Le son donc, très FM, froid (sans geler non plus) avec énormément de synthés, et des excellents musiciens aux parties millimétrées. Aucun réel grain de folie donc. Ou presque. Disons qu'à part l'intervention du saxophone - quasi-obligatoire à cette période, souvenez-vous - d'un certain Irish sur "Fire With Fire", on ne note pas de solo de la mort qui tue. En revanche, les parties de la plupart des instruments dégagent une certaine intensité, à commencer par la guitare tour à tour cinglante et caressante de Renwick sur "One Good Reason" (dont on reprochera seulement les faux cuivres) ou sur le magnifique slow "Give ma a Chance", les synthés flamboyants et envoûtants sur le génial "Collrane", la voix de Paul sur "Don't Shed a Tear"... Et puis sur d'autres chansons, nous ne parlerons pas là de folie (encore moins géniale), il y a un côté léger qui, sans "casser des briques" pour parler vulgairement, donne la pêche pour la journée et amuse pas mal, comme sur le reggae sautillant "Button Off my Shirt", "Double it up" ou encore l'hilarant "Here I am" avec sa basse en plastique et ses choeurs très affirmés. Et pour rester dans la voix, c'est un tout petit détail mais il est fichtrement marrant aussi, c'est à la toute fin de "Fire With Fire", quand Paul pousse un "Aaaah !" style il a marché avec les pieds nus sur des braises, pour faire un lien avec le feu. Ouais...

Bon, redevenons sérieux. Le propre de One Good Reason c'est que bien que les chansons aient toutes des accents tubesques (et auraient pu faire fureur notamment aux U.S.A.), elles restent plus ou moins bonnes, et surtout on trouve les meilleures presque toujours sur des chiffres pairs. Comprendre qu'il s'agit là de "When you Walk in the Room" (la deuxième), "Give me a Chance" (la quatrième... bon vous avez compris le truc), "Don't Shed a Tear" et "Collrane" qui est sur un chiffre impair mais c'est pas grave car en prime on rajoute le court mais très joli "(Do I Figure) In your Life". Sur "Don't Shed a Tear", le moment d'intensité se situe précisément sur le pont lorsque Paul se réserve une belle montée dans les aigües. Mais les trois plus belles chansons du disque restent la ballade-slow "Give me a Chance", le plus (légèrement) aventureux et ambiancé "Collrane", ainsi que le superbe "When you Walk in the Room", duo avec Jackie Rawe. Cette présence féminine donne un gros plus à la chanson par rapport aux autres où les choeurs sont plus limités.

Avec One Good Reason, Paul CARRACK obtient sa première grande réalisation en solo. Un bon disque de pop FM eighties à offrir à tous les amoureux du genre, y compris aux fans des premiers albums de Mike & The Mechanics.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Bruce HORNSBY
A Night On The Town (bruce Hornsby & The Range) (1990)
Jerry Garcia et Wayne Shorter en guests !




STANISLAS
Ma Solitude (2014)
Variété électro-pop à la française


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Paul Carrack (chant, claviers)
- Wix Wickens (claviers)
- Peter Van Hooke (batterie)
- Tim Renwick (guitares)
- Franck Ricotti (percussions)
- Irish (saxophone)
- Jackie Rawe (chant, choeurs)
- Linda Taylor (choeurs)


1. One Good Reason
2. When You Walk In The Room
3. Button Off My Shirt
4. Give Me A Chance
5. Double It Up
6. Don't Shed A Tear
7. Fire With Fire
8. Here I Am
9. Collrane
10. (do I Figure) In Your Life



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod