Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-STEP / DUBSTEP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Vex'd
- Membre : Katy B

MAGNETIC MAN - Magnetic Man (2010)
Par STREETCLEANER le 5 Février 2011          Consultée 1051 fois

Le dubstep, qui a pris naissance à Croydon (banlieue sud de Londres), est par nature une musique plutôt sombre. Parfois, ce genre peut virer très franchement dark, en témoignent par exemple les deux albums de VEX'D, Degenerate et Cloud Seed. Plus récemment, il a rejoint la techno minimale, aidé aussi en cela de l'autre côté de la Manche par de nombreux artistes, et les Allemands de Basic Channel, un label historique de la techno minimale. Le dubstep est resté underground et confidentiel jusqu'en 2006, année où il a alors éclaté grâce à une émission spécialement consacrée au genre sur BBC Radio 1. Et le premier album de BURIAL est arrivé... autre évènement accélérateur de sa popularité. Enfin, quand on évoque la popularité du dubstep, il convient toujours d'employer des guillemets et de ramener la chose à une juste mesure.

Alors pourquoi ce bref rappel historique ? Parce que là, avec MAGNETIC MAN (signé chez une major), les puristes risquent fort de grincer des dents. Derrière ce nom ne se cache pas un artiste, mais trois : Skream, Benga et Artwork, trois noms importants, enfin surtout Skream et Benga. Trois vétérans du genre musical, trois noms respectés du dubstep qui ont contribué fortement à son développement et rayonnement, allant jusqu'à lui imposer leurs codes. De là à envisager MAGNETIC MAN comme un supergroupe, on en n'est pas très loin. Toutefois, celui-ci risque fort de décevoir. "Hérésie, trahison !" vont probablement s'écrier la plupart des aficionados du style en pensant que ces types ont vendu le dubstep aux majors et au mainstream, tout comme PENDULUM avait auparavant amené la drum and bass au grand public. Et on ne peut pas leur donner tout à fait tort. MAGNETIC MAN ne joue pas vraiment du dubstep. En offrant celui-ci à la grande famille de la dance-pop il lui fait franchir une nouvelle étape, mais une étape qui semble être un marché de dupes tant la génétique finale résultant de cet accouplement risque fort d'être colorée par les gènes de la facilité et de la superficialité. Et c'est vrai qu'il vaut mieux parler ici de pop-step.

Sur cet album les instrumentaux vont côtoyer les titres dance-pop, et malgré ce que j'ai pu dire auparavant sur cette orientation plus putassière, il s'avère que ce sont les titres chantés qui se trouvent être justement les meilleurs. Et notamment ceux où Katy B apparaît en guest. Un morceau comme "Perfect Stranger" est une petite bombe de dance-pop music avec son refrain bien catchy (le genre de chanson qu'on écoute en secret sans l'avouer, avec un plaisir coupable...), mais ne cherchez pas une once de dubstep là-dedans. En revanche, "Crossover", qui incorpore une louchette de basses et quelques gimmicks électroniques caractéristiques du genre, tient lieu sans doute de meilleur compromis entre l'efficacité immédiate et facilement accrocheuse de la pop et l'initiation au monde du dubstep. Je dois avouer qu'il s'avère être excellent et terriblement efficace. "Fire" chanté par Ms Dynamite n'est, quant à lui, pas trop mal réussi non plus dans cet esprit-là, bien mâtiné de grime de surcroît, et de ce fait forcément plus urbain et revendicatif. Evidemment, le dubstep présenté sur ces titres reste très policé, loin de la frénésie et des méandres torturés d'un Degenerate par exemple.

Je me dois aussi de préciser que "I Need Air", premier single de l'album chanté par Angela Hunte, a atteint la dixième place du UK singles chart et a régulièrement tourné sur BBC Radio 1. D'une manière générale il est évident que nos trois compères amènent le dubstep vers la lumière et que cet album ne semble pas s'adresser en priorité au noyau dur des dubsteppers. Il faut dire aussi que les instrumentaux portent une évidente trace de carence en salves de basses et sub-basses, en obscurité, et sont bien peu percussifs par rapport à ce qu'on est en droit d'attendre du genre. Le titre le plus intransigeant est sans doute "Karma Crazy" qui donnera le meilleur aperçu de ce que peut procurer le dubstep lorsqu'il ne copule pas (de manière un peu vaine) avec les synthés de la trance "Anthemic". On sauvera tout de même en sus le morceau d'introduction ambient et orientalisant "Flying Into Tokyo", ainsi que "Mad" et "K Dance" qui ne sont pas trop moches non plus. Bref, tout ça c'est quand même bien frustrant de la part d'un soi-disant supergroupe qui n'hésite également pas - allons-y tant qu'on y est - à nous placer quelques voix autotunées "Boiling Water".

Magnetic Man, l'album, reste toutefois relativement intéressant malgré toutes ces critiques. Mais malheureusement cet intérêt réside plus dans l'intérêt "historique" que peut susciter cette nouvelle orientation donnée au dubstep que dans les compositions mêmes. Soyons francs, Magnetic Man aurait été sans doute un album bien plus attaqué s'il n'avait pas été l'oeuvre de producteurs et DJs faisant figures d'intouchables dans le monde du dubstep. Alors voilà, ce sont pour ainsi dire les géniteurs du genre qui commettent le "méfait". Peut-être qu'il devait en être ainsi. En tout cas souhaitons la bienvenue à la pop-step. Car, si on accepte cette orientation nouvelle, Magnetic Man ne s'avère pas être un mauvais album, il est même plutôt bon dans son genre. Enfin tout juste bon. Quant à ceux qui attendaient une petite bombe dubstep, ils savent dorénavant quoi faire : passer leur tour.

Note réelle : 2.75/5.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par STREETCLEANER :


MONOLAKE
Cinemascope (2001)
Une mégapole en pleine nuit...




SKINNY PUPPY
Cleanse, Fold And Manipulate (1987)
Bad trip indus


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Skream
- Benga
- Artwork


1. Flying Into Tokyo
2. Fire (feat. Ms Dynamite)
3. I Need Air (feat. Angela Hunte)
4. Anthemic
5. The Bug
6. Ping Pong
7. Perfect Stranger (feat. Katy B)
8. Mad
9. Boiling Water (feat. Sam Frank)
10. K Dance
11. Crossover (feat. Katy B)
12. Box Of Ghosts
13. Karma Crazy
14. Getting Nowhere (feat. John Legend)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod