Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK CELTIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Runrig, Big Country, Mostly Autumn, Manran, Cal, Tir Nan Og, Skipinnish, Skerryvore
- Membre : Paul Eastham

COAST - The Turning Stone (2011)
Par GEGERS le 8 Juin 2011          Consultée 1558 fois

A l'origine, il y a cette page blanche, vide comme cette portée qui l'accompagne. Et puis, les notes arrivent, les mélodies surgissent, les thématiques s'affinent et les phrases se forment. Le travail de l'artiste s'anime et prend vie, à la manière de quelque créature issue du cerveau d'un esprit malade. Le big bang. Et patatras ! Le lieu commun arrive : « Rien ne se crée, tout se transforme ». Merci Lavoisier. Allez, il faut bien reconnaître ici une certaine forme de vérité. Les courants musicaux naissants s'appuient sur les mouvances du passé, tout comme un groupe ne peut se défendre d'être influencé par ses pairs ou ses glorieux aînés.

C'est certain, COAST n'invente rien. Le groupe de Southampton a démontré, sur son premier album paru il y a deux ans, qu'il était un inconditionnel du rock celtique des Écossais de Runrig. Soit, le glorieux ainé influence la jeune pousse, quoi de plus naturel ? Il faut dire que le groupe de Paul Eastham brille par sa capacité à proposer un rock celtique « roots » et organique, développant des ambiances tour à tour grandiloquentes et intimistes, également la marque de fabrique du groupe calédonien. Convaincu de tenir là un futur grand du rock celtique, Ian Bayne (batteur de Runrig) est d'ailleurs devenu il y a quelques mois le manager du groupe britannique. Ce deuxième album de COAST a donc des allures de quitte ou double pour le quintet, qui jouit déjà d'une popularité enviable dans son pays, mais aussi en Allemagne et au Danemark, terres d'accueil traditionnellement réceptives à ce style musical.

Le style, parlons-en justement. Car avec The Turning Stone, COAST évolue, quitte à surprendre les auditeurs les plus conservateurs. Le groupe ne ne se fera pas suiveur, mais prédicateur. Bien sûr, l'influence de Runrig et de Big Country est toujours là, palpable sur chacun des titres de l'album. Il y a ces mélodies mordantes ou éthérées, ce son aérien de guitare et la voix chaude de Paul Eastham, autant d'éléments qui indiquent une filiation naturelle avec les deux groupes précités. Néanmoins, alors que le groupe proposait sur son premier album un rock celtique « basique » et somme toute traditionnel, COAST innove, n'hésitant pas à proposer des plages planantes, presque progressives, rappelant cette fois un groupe comme Mostly Autumn. Le groupe grandit et s'étoffe, tout comme sa musique se complexifie. La clé de voûte de l'ensemble n'est plus la guitare (qui joue pourtant toujours un rôle majeur), mais bien le piano, instrument sur lequel la majorité des compositions semble avoir été composée. A l'exception du titre d'ouverture, l'enjoué « The caller » (qui n'atteint pas le niveau de l'excellent « Oceanos » sur l'album précédent), les morceaux se font donc globalement lents et contemplatifs, à la frontière entre délicatesse et mélancolie. Mais quel bonheur ! Les amateurs de guitares mordantes en seront pour leur frais, mais il faut reconnaître que COAST, à travers de magnifiques pièces telles que « Fields of blood », « The ghost of Dan the boy », « The beat of you » et surtout « Victory-O » semble avoir gagné en maturité et donne l'impression d'avoir trouvé sa voie. Nous avons là affaire à un grand, très grand talent, qui se diffuse pleinement sur chacun des titres de cet album. Ce dernier ne souffre d'aucun temps faible malgré la longueur des compositions, grâce à une variété des ambiances et des instruments.

Moins immédiat que son prédécesseur, The Turning Stone révèle ses charmes au fil des écoutes, pour finalement s'imposer comme un ovni inclassable, à la fois traditionnel et novateur. Preuve que COAST affirme sa personnalité au fil des ans, n'hésitant pas à sortir des sentiers battus pour proposer une musique riche de la fusion de ses influences. Parfaitement exécuté et produit, cet album devrait en toute logique rassembler les amateurs de rock celtique léché et moderne. Pour 13 euros, pas de quoi bouder son plaisir.

Acheter l'album : http://www.coastrock.co.uk/shop.htm

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


COAST
Dancing With Satellites (2014)
L'EP qui tombe à pic !




The RUMJACKS
Sleepin' Rough (2016)
La rupture, tranquillou.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Paul Eastham (chant, piano, accordéon, mandoline, percussions)
- Chris Barnes (percussions)
- Hamish Ferguson (basse)
- Alec Stone (guitares)
- Mark Mongan (batterie)


1. The Caller
2. A Road Out Of This Town
3. The Turning Stone
4. Fields Of Blood
5. The Ghost Of Dan The Boy
6. The Beat Of You
7. The Docks Of My Hometown
8. Victory-o
9. Valley High Valley Low



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod