Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT TECHNO / SHOEGAZE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1993 Quique
2011 Seefeel

SEEFEEL - Quique (1993)
Par SEIJITSU le 25 Novembre 2011          Consultée 917 fois

Le dernier album de SEEFEEL semble déplaire à beaucoup de monde… Sauf à moi. Bon, ce n’est pas grave j’ai l’habitude. Ce n’est pas la première fois qu’un classique reconnu me laisse de marbre et qu’un disque méconnu voire détesté me plait énormément. Tant pis, ils ne savent pas ce qu’ils manquent ! Ce groupe a su revenir sur le devant de la scène en faisant évoluer sa musique sans se trahir et ça c‘est tellement rare qu‘ils ne méritaient pas ce lynchage.

Ce n’est pas leur seule réussite, et ils avaient encore fait mieux dans le passé avec ce grand classique qu’est Quique. Enfin, un de mes classiques on va dire, tant ce disque reste assez peu connu.

Le problème que nous pose Quique c’est de définir ce que c’est. Les personnes qui raffolent des étiquettes vont ici s’en donner à cœur joie ou mieux, s‘emmêler les pinceaux. Alors, on a de la dream pop, du dub, de l’ambient techno échappé du Selected Ambient Works de vous savez qui. Du shoegaze, de l’IDM, de l’ambient tout court ou encore du proto-post rock. Un énorme bordel qui est justement une des plus grande force de cet album. Un ovni inclassable qui, 20 ans après sa sortie, reste une énigme musicale et ne possédant pas vraiment d’équivalents.

Les personnes qui ont vécu cette période en direct, ont de grandes chances d’affirmer que SEEFEEL joue un shoegaze expérimental et basta, pourquoi s’embêter avec autant de genres ? Ils n’ont pas tort, puisque Quique récupère l’idée que MY BLOODY VALENTINE a su exploiter avec génie sur le faramineux Loveless: désorienter l’auditeur avec des textures sonores douces ou agressives pour aboutir à une musique qui se vit plus qu’elle ne s’écoute. Ici c’est pareil, SEEFEEL fait tourner ses rythmiques en boucles, les booste avec des basses groovy digne du premier APHEX TWIN et greffe par moment des guitares shoegazing. Le chant éthérée de Sarah Peacock s’invite régulièrement à la fête pour apporter de la féminité dans cet hybride rock et électronique.

Le résultat est envoûtant, sensuel et profondément original. Le mieux dans tout cela, c’est que découvrir Quique en 2011 est toujours aussi jouissif. Il n’y a pas besoin de le remettre dans son contexte pour l’apprécier tant leur musique est restée moderne et fascinante.
Ce qu’on ne dit pas souvent aussi, c’est l’influence qu’exerceront ces visionnaires sur la scène électronique et sur un de ses grand noms: BOARDS OF CANADA. Et comme j’ai envie de faire baver les quelques lecteurs qui ne connaitraient pas cette merveille, je vais continuer mes citations de noms de groupes pour mieux leur faire comprendre ce qu’est vraiment leur musique.
Retenez donc une chose: SEEFEEL est tout simplement le chainon manquant entre MY BLOODY VALENTINE et BOARDS OF CANADA. Si avec tout ça, vous n’allez toujours pas l’écouter, alors je ne sais plus quoi faire pour vous.

A lire aussi en DIVERS par SEIJITSU :


THESE NEW PURITANS
Hidden (2010)
La guerre est déclarée




SEEFEEL
Seefeel (2011)
Grand retour du papa de Boards of Canada


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
  N/A



Non disponible


1. Climactic Phase #3
2. Polyfusion
3. Industrious
4. Imperial
5. Plainsong
6. Charlotte's Mouth
7. Through You
8. Filter Dub
9. Signals



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod