Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE CONTEMPORAINE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



SQUONK66 - Old Stones Memories (2010)
Par MARCO STIVELL le 22 Décembre 2011          Consultée 895 fois

Si Old Stones Memories n'est pas le premier album de l'artiste internaute breton SQUONK66, il est son premier imaginé, composé, trouvant ses racines au beau milieu des années 80, soit vingt-cinq ans avant sa sortie ! En fait, SQUONK66 avait déjà enregistré une première version, dans les conditions suivantes : "Avec les seuls moyens que j'avais, c'est à dire un Poly 800 Korg, un JX8p Roland, un Casiotone et une boîte à rythmes Roland 707, mais surtout avec 2 platines cassettes et une bande où j'entassais les pistes en empêchant la platine d'effacer ce qui était déjà dessus..." Soit quelque chose qui pourrait sonner très vétuste aujourd'hui. Heureusement, SQUONK66 n'a jamais lâché l'idée de le réenregistrer, et avec le concours de Cédric "Amanyth" (un autre artiste internaute fan de Genesis) qui l'a initié à Cubase, le studio d'enregistrement virtuel, il a pu s'y remettre à la fin de ces années 2000. Bénéficiant de moyens toujours limités mais déjà plus satisfaisants, l'aboutissement a eu lieu au bout de 18 mois de travail, entrecoupés de l'élaboration du premier album car SQUONK66 "en avait trop marre". Mais quand c'est fait, c'est fait, et tant mieux !

Old Stones Memories est partagé entre deux longues parties de pas loin de vingt minutes chacune, et augmenté d'un morceau plus court. Sur ces deux grands ensembles dominés par les claviers et programmations du SQUONK66, la guitare de master Trust No One est de nouveau le seul invité toléré, et c'est plus qu'un simple apport. Cette délicatesse distordue se fond dans une masse de sons typés, jamais pris au hasard et suscitant plus l'empathie que le frisson désagréable qui nous parcourt face au rendu kitsch (on s'étonnera juste de ces voix moqueuses particulières dans la deuxième partie à 6'30). Comme DarK SidE Of MinD, ces deux grands morceaux sont scindés en diverses parties, les ruptures étant ici plus brusques, donnant l'impression d'un collage surprenant (comme une ligne de souvenirs mis à la suite), mais réussi. On ne doute plus du fait que ça foisonnait, dans ce jeune esprit. Beauté éthérée, parfois classisante, et mouvance rock-électro séduisante sont les deux esthétiques maîtresses de cette suite "Old Stones Memories". On remarque que c'est aussi quand elles se fondent l'une dans l'autre que l'on détient les passages les plus optimistes que SQUONK66 ait pu nous offrir. Entre encore une variation bluesy et une autre un peu plus typée eighties, tout ça le fait bien comme on dit aujourd'hui !

N'oublions pas le très beau "Jellyfish Walk" qui nous offre encore une preuve de la musicalité – ah ce piano, ces ambiances – de l'artiste breton (déjà un signe ressortant dans la fausse guitare très celtisante de la fin) quand elle hésite avec une autre très forte influence.

Car bien plus que sur le précédent disque, l'ombre de Mike Oldfield plane sur Old Stones Memories autant que sur les productions de Trust No One invité sur ce disque, même si l'on sent comme chez ce dernier une empreinte très personnelle. Disons que de la musique du génie anglais, on trouve beaucoup de clins d'œil assumés et propices à émouvoir les fans qui n'adhèrent plus à ce qu'a pu offrir leur idole ces dernières années. La localisation de ces influences pour SQUONK66 se situe plutôt dans la fin des années 70 du grand Mike (Incantations) et le début des années 80 (QE2, Five Miles Out, Crises). Et ce malgré la présence "inévitable" d'une référence à l'un des plus grands tubes de Mike, son premier : l'intro de Tubular Bells, ancrée dans celle du deuxième long morceau du présent album. A la fin de la première partie, on note une citation de celle du morceau "Crises", lorsque la batterie de Simon Phillips est très présente. Après 6min30 sur cette même partie, on a un court passage très "Taurus II", de même après 10'30. Enfin, comment éviter l'utilisation de sons caractéristiques de la période QE2 (parfois flûtés) sur des percussions world, ou encore celle à la fin de la première partie de boucles-synthé "slide" (très "Taurus II"-like encore). Trust No One et sa guitare fabuleuse y sont également pour beaucoup, mais même "Jellyfish Walk" où il ne participe pas possède son lot de ressemblances avec ce que l'on sait (dans la partie centrale bondissante notamment). Oldfield n'est pas la seule référence, on rencontre aussi un peu de Peter Gabriel (le fameux rythme dans la deuxième partie à 4'00 qui fait penser à "A Different Drum" en accéléré), et même du Tony Banks (tout le milieu de la première partie qui évoque l'esprit de la musique de The Wicked Lady).

Néanmoins il serait injuste de nier l'apport personnel du SQUONK66, avec cette richesse et cette empreinte qui lui sont propres (les batteries entre autres, très factices mais pas désagréables pour autant et sa vision à lui de la musique world). De plus, on pourra noter la grande différence de cet album par rapport à ce que l'on connait d'autre de lui à ce jour, une musique dans un style nettement plus lumineux, inspiration pendant une période plus heureuse oblige. Enfin, il faudra reconnaître que cette œuvre reste très bien réalisée, pour quelque chose qui a été construit par une seule personne à la maison. Ce qui peut ne sembler vouloir plus rien dire aujourd'hui (grâce à Cubase justement, entre autres), mais pensez bien qu'il y a encore des gens pour qui la musique n'est pas quelque chose de si accessible.

Pour écouter : http://www.jamendo.com/fr/album/67937

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


The ENID
The Seed And The Sower (1988)
Somptueuse incursion dans la new-age




ETHEL
Ethel (2003)
Des violonnades qui dépotent !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gilles 'squonk66' (claviers, programmations)
- Julien 'trust No One' (guitare électrique)


1. Old Stones Memories Part 1
2. Old Stones Memories Part 2
3. Jellyfish Walk



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod