Recherche avancée       Liste groupes



      
GARAGE SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Black Joe Lewis

The BUTTSHAKERS - Headaches And Heartaches (2011)
Par MANIAC BLUES le 16 Octobre 2011          Consultée 1506 fois

Si vous avez apprécié la garage soul endiablée de Black Joe Lewis, il y a de fortes chances que vous tombiez sous le charme des Buttshakers. Influencé par le rhythm’n’blues le plus brut, la soul la plus sale, le rock le plus primitif, Headaches And Heartaches rappelle ce que nous avait proposé le Texan avec son dernier disque Scandalous. Pourtant, un océan sépare les deux groupes, les Buttshakers étant en effet originaires de Lyon. La formation bénéficie tout de même des talents de la chanteuse américaine Ciara Thompson, native de Saint Louis. La présence d’une afro-américaine derrière le micro est un atout majeur pour le groupe français.

Reposant sur une section de cuivre bouillonnante, une guitare électrique explosive, une chanteuse qui ne coupe pas les cheveux en quatre, cet album puise son inspiration dans la soul des origines sans pour autant être rétrograde. En effet, le groupe propose avec autorité un style personnel ravageur qui ne fait absolument pas tâche dans le paysage soul contemporain. Au contraire, ce sont plutôt les stars actuelles de la néo-soul, Duffy et Joss Stone en tête, qui font figure d’has-been.

Les dix morceaux dégagent tous une énergie contagieuse. Très soudé et enthousiaste, le groupe impose une base rythmique inébranlable renforcée par un sax et une trompette décomplexés. Les Buttshakers démarrent pied au plancher par le frénétique « You Talk Too Much » : appuyé par des chœurs efficaces, Ciara chante avec une fougue pleine de rage. Habitées par un esprit punk, les chansons sont courtes, directes, électriques et cuivrées.

Heureusement, les Buttshakers savent varier les plaisirs et se montrent également adroits dans l’art de la ballade. Ciara Thompson, le guitariste Julien Masson et le duo saxophone/trompette maîtrisent parfaitement « Ain’t That Good Woman » et le splendide « Take It Slow ». Ces morceaux lents apportent une diversité essentielle. Sans celle-ci, le rythme infernal imposé sur la quasi-totalité de l’album deviendrait lassant. Enfin, le disque finit en apothéose sur deux morceaux très bien orchestrés : « Headaches & Heartaches », servi par un riff très efficace et le torride « You Got The Movin’ », le titre le plus long de l’album et sans doute le meilleur.

Pour un premier album, Headaches And Heartaches est donc une très bonne surprise. Que ce soit sur scène ou en studio, le groupe fait forte impression. Désormais, Black Joe Lewis n’est plus un cas isolé en matière de garage soul. Les deux groupes sont les figures de proue d’un nouveau courant qui, espérons-le, gagnera en popularité dans les années à venir.

A lire aussi en SOUL par MANIAC BLUES :


Otis REDDING
Otis Blue (1965)
Otis sur une autre planète




Roberta FLACK
First Take (1969)
Comment ça, vous ne connaissez pas Roberta Flack?!


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Ciara Thompson (chant)
- Julien Masson (guitare, choeur)
- Julien De St. Jean (trompette, choeur)
- Fabien Gianina (basse, choeur)
- Seb Rambaud (batterie)
- Flo Constantinides (saxophone)


1. You Talk Too Much
2. I've Been Abused
3. Keep Your Eyes On Me
4. Hey Hey
5. Ain't That Good Woman
6. Losin' It
7. (on The Verge Of) Fallin In Love
8. Take It Slow
9. Headaches & Heartaches
10. You Got The Movin'



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod