Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-PROG-AMBIENT-CELTE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Children In Paradise, Mostly Autumn, Karnataka, Mermaid Kiss, The Reasoning , Panic Room
- Membre : Kajagoogoo

IONA - Another Realm (2011)
Par MARCO STIVELL le 3 Janvier 2012          Consultée 917 fois

Après avoir accouché de deux chefs-d'oeuvre à presque sept ans d'intervalle, IONA semble un peu tituber en ce début de nouvelle décennie. La raison en est principalement la perte de son "plus-que-simple-sonneur" Troy Donockley, un grand choc pour les fans (de plus en plus rares semble-t-il) que compte le groupe en ce bas monde. A la place, il engage Martin Nolan, qui lui pour le coup se limite instrumentalement aux uilleann pipes et aux whistles.

La raison du départ de Troy, bien qu'il soit resté en bons termes avec le groupe, pourrait tenir à son désaccord croissant avec la spiritualité de IONA et particulièrement de Joanne Hogg, elle aussi de plus en plus grande. La musique de ce Another Realm ne délaisse pas l'ambition habituelle et révèle encore de jolies choses, mais on sent que le IONA des années 2000 a perdu un peu de son âme. Par ailleurs donc, l'influence de Joanne Hogg se fait grandissante en ce qui concerne l'écriture des textes et la composition. Elle confectionne pas mal de nouveaux titres à elle seule.

On peut parcourir le livret et voir la plupart des chansons ornementées d'explications forcément spirituelles quand ce ne sont pas directement des citations de la Bible ou d'autres livres religieux. Que l'on se comprenne, bien que l'exprimant en musique, le groupe n'est pas mû par une envie de convertir tous les auditeurs. Simplement il ne fait pas dans l'avarice concernant ses bons sentiments empreints de magie chrétienne et c'est cela qui peut choquer les sceptiques dans l'approche d'une telle oeuvre. Ces musiciens l'ont certes un peu toujours fait, mais on dirait que c'est redoublé suite au départ de Troy Donockley. Ainsi, il n'est pas rare de voir des citations du livre The Eye of the Eagle de David Adam ("Speak to Me", "Another Realm"), pas plus pas moins que diverses suggestions de sens de paroles, directement inspirées de ce monde invisible qui nous entoure, où s'exprimerait toute la force de Dieu (c'est le fameux "autre royaume" du titre du disque) et dont la découverte se fait de manière initiatique, dans les échanges positifs que l'on peut avoir entre humains. Et bien entendu, Dieu est décrit comme le Sauveur, chevauchant un destrier blanc et brandissant une épée purificatrice. Si les IONA se sentent si concernés par cette vision des choses, c'est qu'ils la ressentent mieux à travers leur petite île d'adoption en Ecosse, qui demeure l'un des symboles de cette rencontre entre chrétienté et foi celtique (rien que l'ouverture et la fin de l'album reprennent des paroles de St Columba d'Iona). Pour beaucoup d'auditeurs, il est clair que cela ne signifiera rien, ou alors ils le comprendront à l'extrême opposé... A ce moment et peut-être plus que jamais avec IONA, il vaut mieux se concentrer sur la musique, car le groupe n'a toujours pas choisi de se résumer à brandir une guitare sèche, à jouer trois accords et à entonner "Jésus reviens !". En plus c'est en anglais.

Nous sommes en présence du premier double disque d'IONA, et sachant qu'ils n'ont pas non plus perdu l'habitude de les remplir comme il se doit... On est en droit de se dire qu'à moins que le groupe ait ressenti une dose d'influence plus forte que les inégalables Open Sky et The Circling Hour, l'ensemble doit forcément comporter des longueurs. On a visé juste. Another Realm est le premier disque qui laisse à l'auditeur une sensation d'ameublement forcé, après tout il fallait bien remplir un double disque. Le voyage est plaisant, mais assez monotone par moments. Ceci étant sans doute dû à la prédominance des plages ambient-éthérées sur le rock progressif qui fait au moins tout autant la particularité d'IONA. Et en la matière, il faut dire que ces derniers nous ont habitués à mieux par le passé. Par exemple, "Ruach" rappelle fortement la partie "Wind" de la suite du précédent disque, en mettant ainsi le violon en avant. Ce n'est pas gratuit car le titre est non seulement le mot hébreu désignant la force invisible de Dieu, mais il signifie également "vent" dans cette langue. Et bien que plus longue que "Wind", "Ruach" s'écoute sans se révéler transcendant. Ca pourrait être également le cas des "As It Was", "As It Shall Be", ou encore "Speak to Me", mais celles-ci misent pas mal sur la grande nouveauté instrumentale de l'opus, pour le coup ravissante : la présence de la guitare 12 cordes. Parmi les autres apports inédits, il y a l'autoharpe, ainsi que les shofars sur "The Fearless Ones", des instruments faits à partir de cornes de bélier et qui dans l'ancien temps étaient utilisés au moment d'une guerre imminente.

L'autre genre musical qui domine le plus sur Another Realm, c'est la pop qu'affectionne Joanne. Elle est souvent garnie de batteries et percussions tribales qui viennent trancher le côté planant des synthés, comme sur "The Ancient Wells" (anciens "puits" où la manifestation de Dieu serait particulièrement présente en matière de miracles et de diffusion d'amour, Iona par exemple) qui contient un fameux pont en reel où la guitare et la cornemuse se suivent de près ainsi qu'une fin lyrique, puis "And the Angels Dance", "Let the Waters Flow", ou encore "Another Realm" et son solo de violon très beau, bien que trop court. On note également une mise en avant de Phil Barker plus importante, comme sur "Clouds" (sans oublier son envolée de cordes oniriques et sa rupture aux guitares cristallines), "Let Your Glory Fall" qui est une chanson éperdue à la rythmique particulière, ou encore "White Horse".

Nous en venons d'ailleurs aux deux pavés du disque, répartis sur chaque volume, et où les influences progressives d'IONA devraient logiquement se faire ressentir le plus. En fait pour "An Atmosphère of Miracles", on ne parlera pas de prog, mais encore de musique ambient où l'on se fait très proche des "Songs of Ascent" de Open Sky, jusque dans les montées de batterie. "White Horse" est un peu plus contrastée et fait appel à une certaine vigueur de la section rythmique, alors que Nolan et Bainbridge se suivent de près, comme au bon vieux temps. Toutefois, on est encore en deça des grandes réussites.

C'est valable pour tout le disque en fait. Celui-ci se veut à son tour aussi mélodique qu'ambiancé, mais ces ritournelles manquent de consistance et des chansons comme "Let the Waters Flow" paraissent décidément bien mineures dans l'oeuvre du groupe. L'ensemble s'écoute agréablement, mais décolle rarement, et ce seront Dave Bainbridge (aux guitares, bouzoukis...) et Frank Van Essen qui arriveront le plus à surprendre. Joanne Hogg chante toujours aussi bien, mais elle n'est qu'à demi servie par l'aspect passable des compositions. Quant à Martin Nolan, s'il remplace dignement Troy Donockley d'un point de vue technique, ne s'impose pas autant que lui dans le son du groupe et surtout pas dans la composition. Ce disque n'est pas un raté, loin s'en faut, mais il figurera clairement comme la première baisse dans l'inspiration depuis vingt ans.

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


Tony BANKS
The Wicked Lady Soundtrack (1983)
Première BO de film de l'histoire de Genesis & co




ASHER QUINN
Open Secret (1987)
Un heureux retour


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Joanne Hogg (chant, choeurs, piano, clavier, shaker)
- Dave Bainbridge (guitares, bouzouki, piano, claviers, autoharpe, sh)
- Frank Van Essen (batterie, percussions, violons, altos, choeurs, gl)
- Phil Barker (basse, contrebasse)
- Martin Nolan (cornemuse et flutes irlandaises, choeurs)


1. As It Was
2. The Ancient Wells
3. Another Realm
4. Clouds
5. An Atmosphere Of Miracles
6. Let Your Glory Fall

1. Ruach
2. Speak To Me
3. And The Angels Dance
4. Foreign Soil
5. Let The Waters Flow
6. Saviour
7. The Fearless Ones
8. White Horse
9. As It Shall Be



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod